Au cœur des temps anciens, le mal se répand sur terre, il faut se battre ou accepter de disparaître, le danger est partout...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Après les combats.... Fête à Zénor

Aller en bas 
AuteurMessage
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 69
Double-compte : Non
Âge in-RP : 25 ans
Situation marital : Mariée
Maître : Aucun
Ecuyer : Aucun
avatar
Reine d’Émeraude
Elvira d'Émeraude
MessageSujet: Après les combats.... Fête à Zénor   Sam 29 Sep - 18:24
Si elle n’avait guère été habituée dès l’enfance à ce genre de réceptions et de soirées s’éternisant en longueur, Elvira aurait jugé cela des plus épuisants. La musique emplissait la salle, l’orchestre avait débuté une nouvelle valse et de nombreux couples en profitaient. La jeune femme voyait cela comme un ensemble, à vrai dire. Une salle, de nombreux couples, de la lumière et de la musique, une fête royale pour célébrer la victoire. Pour l’occasion, Zénor avait fait construire un « petit palais » pour accueillir la réception et les invités de marque. Nobles, courtisans et grands seigneurs se pressaient dans cette salle alors même que le peuple se pressait au-dehors, dans tout le village, fêtant la victoire ayant eu lieu sur les plages il y a déjà quelques temps. Après avoir enterré dignement les morts et nettoyé les plages, il avait fallut du temps pour préparer la fête, construire cette salle, et enfin, accueillir les invités de marque. Pour être honnête, Elvira aurait préféré être dehors à danser et rire avec les paysans et artisans, mais cette possibilité-là lui était prise. Elle sourit au roi Vail, de Zénor, lorsqu’il lui fit un baisemain avec élégance, avant qu’il ne salut le roi d’Emeraude.

Roi Vail – Avec une si charmante épouse, je me réjouis pour l’avenir de votre royaume et de votre lignage. Mes sincères félicitations.

Le roi son époux avait tenue à ce qu’elle porte, ce soir, une robe mettant en valeur sa grossesse, bien que peu avancée, encore, elle en était à trois mois. Elvira n’en était guère à l’aise, pour être honnête. La robe n’était as si lourde que d’ordinaire, pour ne pas la gêner, mais elle montrait effectivement très bien son ventre légèrement gonflé, mettant aussi en valeur la poitrine. En-dehors de cela, elle avait dû passer bracelets et bagues, portant en plus une riche tiare « mettant en évidence son statut de reine », comme clamait Emeraude 1er. Tout cela lui donnait le sentiment d’être un joli trophée qu’on exhibait à son bras. La jeune épouse portant l’enfant héritier, si elle portait bien un garçon, et qui avait été littéralement vendue par le royaume de Perle en signe d’alliance. Elle sourit tout de même à tout un chacun, discutant avec les nobles et seigneurs, se laissant montrer par son vieil époux et acceptant avec une joie apparente les félicitations quant à leur mariage et cet enfant royal à naître. Accorder une danse à un seigneur de Zénor fut pour elle l’occasion de se détacher du roi et de profiter d’un moment de répit. Après cette valse, elle profita que son époux soit occupé avec Elund et d’autres personnes importantes pour quitter la salle, avec une escorte veillant sans cesse sur elle.

Au-dehors, l’ambiance était tout à fait différente. Le village tout entier était illuminé par des torches et des chandeliers, des guirlandes colorées décoraient les maisons et les rues, la musique était plus entraînante, l’odeur de viande grillée se glissait partout. Tout en marchant, avec les gardes la suivant et regardant d’un air noir tous ceux qui pourraient faire mine de l’importuner, Elvira se rêva un moment paysanne, courant comme tous ces gens avec ses vêtements du dimanche et dansant au bras d’un jeune homme de son âge, profitant d’une soirée de répit avant le retour au travail des champs. Elle emprunta le chemin menant vers les plages, sachant que c’est là qu’elle allait trouver les chevaliers et espérer s’amuser un peu. Il y avait effectivement pas mal de monde, surtout ceux qui avaient combattu, avec leurs familles, épouses, enfants… Elle aurait cru se détendre un peu, mais même ici, elle se sentait en parfait décalage avec tout ce monde… On l’évitait, c’était évident, soit par simple respect, soit par crainte d’être jugé menaçant, soit parce que personne ne pouvait imaginer discuter très simplement avec une reine. Si seulement Callum était ici… En arrivant à la hauteur de la fille du Roi de diamant, elle s’arrêta pour la saluer, souriante.

Elvira – Chevalier Bridgess. Vous avez accompli un exploit, durant ce combat. Vous avez toute notre reconnaissance.

C’était une grande menace, dont elle les avait débarrassés. Grâce à cela, leurs chances à tous de remporter cette lutte progressaient quelque peu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 44
Double-compte : Non
Âge in-RP : 20 ans
Situation marital : Amoureuse
Maître : Wellan
Ecuyer : Swan et Kira
avatar
Capitaine d’Émeraude
Bridgess d’Émeraude
MessageSujet: Re: Après les combats.... Fête à Zénor   Dim 30 Sep - 9:48
Ils pouvaient bien tous faire un effort pour le peuple de Zénor et pour leurs propres écuyers, mais enfin, Bridgess ne voyait vraiment pas de quoi rire. D’accord, ils avaient vaincu l’ennemi sur ces plages, d’accord, le continent prenait, très lentement, conscience du danger le menaçant, d’accord, les Zénorois avaient tous besoin de se changer les idées car il y avait eu bien des morts durant la bataille, d’accord, ils se découvraient de nouveau alliés potentiel. Et au milieu de tout ça, ils avaient aussi perdu un de leur frère à cause d’une si stupide raison politique ! Comment Elund avait-il pu être assez inepte pour se laisser autant manipuler ?! Comment avait-il pu ne pas voir les manœuvres de ces *** conseillers du roi, comment ?! Même avec les nombreux jours écoulés depuis, la jeune femme ne décolérait pas, aussi folle de rage qu’au moment où elle avait appris tout ça. Wellan avait eu beau essayer de la calmer, ses frères d’armes de lui envoyer très régulièrement des vagues d’apaisement, impossible pour elle, pour le moment, de prendre du recul et contenir sa colère.

Au moins, maintenant, tous étaient de nouveaux réunis, même si l’absence de Jasson se faisait sentir… Sans oublier celle du petit Morgan ! Bridgess jugeait cet enfant d’un courage exceptionnel, pour non seulement avoir voulu accompagner son maintenant ancien maître dans un si long voyage et pour, en sus, n’avoir pas voulu abandonner et revenir en arrière, même si cela le condamnait lui aussi à être exclu de l’Ordre. Il deviendra sûrement un homme fort et courageux, elle n’en doutait aucunement. Pour Aveleen, Bridgess ne l’avait pas assez connue pour qu’elle lui manque réellement, même si elle pouvait comprendre ce qui l’avait poussée à s’engager dans tout cela. C’était un peu pareil pour Callum, ils n’avaient guère eu de temps pour vraiment apprendre à le connaître. Ce temps qui leur avait manqué pour, peut-être, devenir amis, risquait de leur être ôté pour de bon. Toujours flamboyante de colère, elle sursauta un peu lorsque Nogait lui envoya tout à coup une forte vague d’apaisement, en passant à côté d’elle, puis s’éclipsa avant qu’elle n’ait eu le temps de lui râler dessus, en réprimant son envie de lui tirer la langue, telle une gamine de cinq ans.

Leurs écuyers s’étaient éparpillés un peu partout et s’amusaient autant entre eux qu’avec les enfants de Zénor. De leur côté, ils tâchaient de s’amuser tout de même, et certains y arrivaient très bien, peut-être n’était-ce que elle qui ne parvenait pas à relativiser et se dire que ce n’était pas si grave. Leur frère était en vie, loin d’être seul, il s’en sortira avec ou sans eux. Ils feraient mieux de se concentrer sur la défense du continent ! Elle passa un peu de temps avec les chevaliers de son âge en s’obligeant à sourire, puis alla marcher sur la plage, passant d’un groupe à l’autre. A un moment, elle croisa tout à coup le chemin de leur nouvelle et jeune reine, bien enceinte visiblement, qui la salua. Tiens, pour elle aussi, sa situation avait de quoi dégoûter et mettre en colère. Et même si c’était le lot normal pour les personnes de sang royal, ça donnait tout de même envie de vomir. Bridgess était convaincue que le roi avait reçu une aide en potions ou autre chose avant de toucher sa femme.

Reine – Chevalier Bridgess. Vous avez accompli un exploit, durant ce combat. Vous avez toute notre reconnaissance.

Bridgess – Je vous remercie, majesté, répondit-elle en s’inclinant, mais je n’ai fait que mon devoir.

Etant enceinte, elle ne pouvait sûrement pas boire, mais il y avait sûrement d’autres boissons sans alcool qu’elle pouvait prendre. Etant elle-même fille de roi, Bridgess ne se souciait pas vraiment des conventions sociales ou autres, après tout, elles avaient quasiment le même âge. Sans compter que la jeune capitaine n’était pas non plus du genre à trop se prendre la tête selon les rangs de chacun et tout ce qui va avec. Elle invita donc sans aucune difficulté la future maman à venir boire avec eux, lui cherchant des boissons qui pourraient lui convenir, avec le bébé. De toute façon, ils étaient tous là pour se changer les idées, n’est-ce pas ? Alors musique ! C’était soit ça, soit elle cédait à la tentation d’aller trouver Elund et lui coller son poing dans la figure. Quoi qu’elle ne pourrait pas aller trop loin, ses compagnons la surveillaient.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Administrateur
Présence :
  • Actif
Messages : 323
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Amoureux
Ecuyer : Cameron
avatar
Commandant d’Émeraude
Wellan d’Émeraude
MessageSujet: Re: Après les combats.... Fête à Zénor   Lun 1 Oct - 13:26
Depuis quelques années, Wellan avait régulièrement affaire au roi Vail, de Zénor, et on pouvait dire que c’était un homme qu’il appréciait. Il vivait dans une assez grande maison mais sans que ce soit un palais, dans le village avec son peuple, et était très accessible. Tout en étant respecté, beaucoup le tutoyaient et il travaillait autant aux champs que ses sujets, surtout durant lé période des moissons. Un homme simple et très droit, profondément attaché aux siens et à son pays, qui ne se prenait guère la tête. Il y avait, sur leur continent, deux types de souverains. Ceux vivant au-dessus des autres, dans des châteaux et exerçant cette fonction selon les normes attendues, et les rois vivant avec à leur peuple, à leur niveau, travaillant comme eux et leur vie ne tournant pas entièrement autour du Devoir de la charge. Cela se déterminait par la taille de la population et la richesse du pays, ainsi que sa place dans le continent. Zénor était un petit royaume, assez pauvre, tout le monde devait travailler pour manger, ce qui expliquait que Vail et son épouse vivent de cette façon. Il n’en demeurait pas moins agréable d’avoir face à soi des personnes vraiment capables de comprendre les joies et peines de leurs sujets, puisqu’elles les partageaient.

La fête battait son plein et Wellan s’obligeait à conserver un air égal et peu tendu, même si ses pensées flottaient régulièrement au loin. A présent, Jasson et les autres devaient être en plein voyage sur l’océan, à moins qu’ils n’aient déjà atteint le continent de Nahrta. Comment le savoir … ? La coupure avait été particulièrement violente. Même s’il n’était pas le plus proche de Jasson, ils avaient peu d’idées en commun et des caractères s’opposant, il restait tout de même très attaché à lui, l’aimant comme un petit frère, ce qui était aussi le cas des cinq autres. Ils avaient grandi ensemble, ils avaient été entraînés ensemble, ils avaient toujours tout partagé ! Lorsque le lien mental les unissant, avec tout l’Ordre bien sûr mais surtout pour eux, les chevaliers de la première génération, avait été brisé, la douleur en résultant s’était révélée écrasante. Bergeau, surtout, en était très affecté… La situation l’avait rendu véritablement malade, c’était d’ailleurs la toute première fois de leurs vies que les chevaliers avaient vu leur immense frère s’effondrer en larmes. Voir le colosse à la peau rendue mate par le soleil pleurer ainsi avait brisé le cœur de Wellan.

Prenant congé du roi Vail, il quitta la salle à son tour, préférant rejoindre ses hommes plutôt que de rester trop de temps dans la salle réservée aux aristocrates et divers nobles. Il ne lui fallut pas longtemps pour rejoindre les plages, y retrouvant d’ailleurs la jeune reine qui s’était elle aussi éclipsée et prenait actuellement un verre avec les chevaliers. Comme il l’avait déjà saluée plus tôt, Wellan alla plutôt retrouver directement Bergeau, lui posant une main sur l’épaule en serrant un peu. Ça ira, vieux ? Ce n’était pas si simple… Perdre comme ça votre meilleur ami, rendu si loin et sans moyens de lui parler souvent… Mais leur jeune frère n’était pas seul, quoi qu’il arrive, il s’en sortira. Et puis, même s’il ne faisait plus partie de l’Ordre, pour eux tous, il restera leur frère. Tout en répétant à Bergeau, il songea de nouveau à l’idée émise par Bridgess, peu de temps après qu’ils aient appris le renvoi et l’exil de Jasson. Ce n’était pas idiot, mais dans l’immédiat, irréalisable, il y avait tant de paramètres à prendre en compte ! Il resta un moment à discuter avec Bergeau, puis avec les autres. Santo et Chloé avaient aussi ramené des sorciers les ayant aidés, dans la forêt, tiens… L’un deux restait très en retrait. Wellan lui tendit un verre puis l’invita à approcher, s’il voulait discuter.

Wellan – Ne vous sentez pas gêné, surtout. Vous venez bien de Nahrta, c’est ça ? Dites-nous, à quoi ressemble ce continent ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 9
Double-compte : Non
Âge in-RP : 48 ans
Situation marital : Veuf
avatar
Maître Druide
Qadehar
MessageSujet: Re: Après les combats.... Fête à Zénor   Mer 3 Oct - 7:00
Un léger vent venait couvrir les plages d’une odeur marine, un peu salée et piquante, et dans le même temps si familière. Bien qu’on était loin du vent dur, froid et puissant, frappant en permanence l’archipel d’Ys et ses habitants. Une force de la nature si vive, avec laquelle on apprenait à vivre en harmonie. Ys… Ce bout détaché du continent par de grands séismes il y a déjà des centaines d’années, un archipel comme hors du monde, hors du temps, où la confrérie et sa guilde s’étaient installées. Qadehar inspira profondément l’air marin, si feutré et doux par ici, agenouillé près des vagues venant doucement clapoter contre les rivages, à la tombée de la nuit. Il ne se releva qu’au bout d’un long passé à écouter les bruits venus de l’océan, les yeux fermés, en paix avec lui-même et son environnement. Malgré tous les troubles pouvant bouleverser leurs vies, le monde était un grand équilibre, il ne tenait qu’à eux de le comprendre, le percevoir, puis en profiter. Les destins de chacun ne valaient pas grand-chose dans cette immense balance, comprendre cela permettait de faire la paix avec soi-même et avec le monde.

Evidemment, il lui avait fallu du temps, avant de comprendre tout cela, du temps avant de percevoir l’équilibre de ce monde. Du temps et certaines souffrances. Il se retourna vers la fête lorsqu’Oktur vint le rejoindre d’un pas léger et lui tendit un gobelet rempli, avec un sourire. Le sorcier renifla légèrement la substance mordorée qui se trouvait dedans, avant de goûter une gorgée. Une sorte d’hydromel local, sans doute, il ne buvait pas de ça. Le guérisseur affichait un air serein, de son côté, aussi à l’aise ici qu’il l’était dans sa forêt, avec les membres de sa Guilde. Cela dit, d’eux deux, c’était bien lui le plus sociable et affable, il se liait facilement d’amitié avec les autres, et ne tarda d’ailleurs pas à rejoindre le cœur de la fête et les groupes de discussions, autour des larges feux de camp. Qadehar revint lui aussi vers les feux tout en demeurant assez en retrait. Il les observait, tranquillement, eux tous, les comparant, discussions, attitudes et autres, à ce qui était raconté sur eux. Sur les habitants humains de ce continent au sens large. Les bras croisés, il haussa tout à coup légèrement les sourcils quand un des chevaliers l’invita à s’approcher, avec eux, en lui tendant un verre.

"Ne vous sentez pas gêné, surtout. Vous venez bien de Nahrta, c’est ça ? Dites-nous, à quoi ressemble ce continent ?"

"Je suis de l’archipel d’Ys, oui. Merci."

Il accepta le verre après une brève hésitation, mais ça n’avait pas l’air d’être le même truc que toute à l’heure. Bien, Nahrta, que pouvait-il bien leur dire là-dessus ? Il réfléchit un instant, puis finit par leur dire que c’était un continent assez petit, avec quelques royaumes, cerné par des mers très violentes où la navigation était des plus compliquées. Un continent où des membres de toutes les races cohabitaient sans réels soucis, c’était l’un de ceux où les habitants étaient les plus ouverts d’esprit qui soit. Nains, Trolls, Elfes et bien d’autres créatures pensantes, ou non, vivaient et se croisaient en permanence. Magiciens comme sorciers y étaient acceptés relativement facilement. Evidemment, comme sur toute terre, tout n’était pas rose, il y avait parfois des problèmes, des guerres et des tensions, mais quel continent y échappait ? La Paix, réelle, profonde et pérenne, n’existait pas, elle ne pouvait exister, car il n’existait aucune lumière sans obscurité. Il but une gorgée après avoir expliqué ça, d’un ton toujours très serein. Lumière et Ombre, Bien et Mal, ça pouvait sembler très manichéen, comme monde, et pourtant, ce n’était que cela. Les univers n’étaient qu’équilibre entre ces deux forces éternelles.

"Ma Guilde et la Confrérie des Chevaliers du Vent sont sur l’archipel, nous sommes seuls à y vivre. Ils étaient très nombreux, autrefois, plus d’un millier de membre. Puis il y a eu une guerre très violente, les ayant décimés... Plusieurs centaines d’entre eux ont péri en à peine deux jours. A présent, ils sont un peu moins d’une centaine. Sorciers et Chevaliers travaillent ensemble mais ne se mélangent jamais. Un jeune devenant apprenti ne sera jamais écuyer, comme un enfant devenant écuyer ne pourra jamais devenir apprenti sorcier."

Cette Loi les protégeait de nombreuses dérives, comme on avait pu en voir par le passé, comme elle les protégeait de certains dangers. Qadehar laissa son regard dériver un instant dans le vague, perdu dans ses pensées.

"Votre continent a vraiment une sale réputation… On dit que les habitants d’Enkidiev sont racistes, détestent les étrangers et ont peur de la sorcellerie. On raconte aussi que c’est un continent à l’esprit étroit, qui rejette en bloc les alliances venues d’autres terres et restant coincé sur le passé."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 140
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Célibataire
Ecuyer : Hettrick
avatar
Guérisseur
Santo d’Émeraude
MessageSujet: Re: Après les combats.... Fête à Zénor   Sam 3 Nov - 10:59
Les découvertes, plus ou moins récentes, et les expériences faites allaient les faire progresser, peu à peu, ils devaient être patients et continuer leur travail, aussi bien que possible, toujours continuer à progresser et apprendre. Même si la vie avait pris une tournure plutôt… délicate et assez compliquée. Santo leva le regard vers l’immense voûte étoilée, en se demandant si leurs amis, eux aussi, voyaient les mêmes astres ou si ce qu’ils pouvaient apercevoir était encore différent. Quelque part, il sera réconfortant de se dire qu’ils observaient les mêmes étoiles, c’était une façon de plus de rester proche d’eux. Le petit Morgan avait été bien courageux d’accepter de poursuivre le voyage, il avait déjà le coeur solide d’un adulte, alors même qu’il n’était âgé que de douze ans. Puis Aveleen, Callum, Jasson… Où étaient-ils, maintenant, que faisaient-ils ? Avaient-ils réussi à contacter les Chevaliers du Vent ? Comment avaient-ils procédé ? Quelles difficultés se trouvaient sur leur chemin ? Allaient-ils bien ? Ils ne pourront pas avoir de réponses à ces questions avant un très long moment encore, sans doute. Et d’ici là, d’autres problèmes allaient être soulevés. Les instants de repos, comme ce soir, deviendront très rares.

Ce n’était pas la première fois qu’une fête de ce genre était organisée mais c’était la première fois que des représentants d’ordres et guildes étrangers y participaient. Gunda était venue, ainsi que le maître Oktur, de la Forêt Interdite, et Qadehar, le sorcier de Nahrta. Pour le guérisseur, il était tout naturel que ceux ayant combattu à leurs côtés dans la forêt soient présents, même si tout leur équipe d’alors n’était pas au complet. Aucun des Ents n’avait voulu faire le déplacement, ce qui était bien prévisible de toute manière, mais leurs autres compagnons avaient refusé aussi, arguant qu’ils n’étaient pas à l’aise, dans de tels rassemblements, sur le reste du continent. En un sens, ça se comprenait. Santo soupira légèrement, puis rejoignit Gunda qui l’attendait un peu plus loin sur le chemin, après avoir fini d’installer son cheval dans un écurie improvisée, avec du foin pour toutes les bêtes et de l’eau. Il lui tendit le bras si elle le souhaitait, marchant doucement vers la plage et les grands feux de camps qui y brûlaient joyeusement. Il prit son temps, avant de rejoindre les autres, pour pouvoir lui parler mais aussi la rassurer. Elle avait sa place tout autant qu’eux, ici, comment croire le contraire ?

Une fois sur la plage, il la guida vers les autres chevaliers, remarquant du coin de l’œil Wellan légèrement penché vers Bergeau, une main sur l’épaule, en train de lui parler à voix basse. Évidemment, leur frère était celui qui était le plus proche de Jasson et donc celui qui avait le plus mal pris son exil soudain. Ils les rejoignirent quand même peu de temps après, tout comme Oktur, qui discutait avec Kevin d’un ton tranquille et enjoué. Qadehar, de son côté, n’avait pas l’air très à l’aise ou joyeux… De nouveau, Santo se demanda s’il n’existait pas un lien de parenté entre les deux hommes, tant ils se ressemblaient. Ils essayaient tous de se détendre un maximum, à présent, oublier la guerre et les problèmes le temps d’une soirée. Le guérisseur but une gorgée d’hydromel, avec une légère moue. Il n’aimait guère l’alcool, n’en prenant qu’aux fêtes avec ses frères et sœurs.

Wellan – Ne vous sentez pas gêné, surtout. Vous venez bien de Nahrta, c’est ça ? Dites-nous, à quoi ressemble ce continent ?

Qadehar – Je suis de l’archipel d’Ys, oui. Merci.

C’était quand même bizarre de se retrouver face à une personne qui avait de bonnes chances de pouvoir croiser la route de leurs amis partis pour Nahrta. La description qui leur en fit, ensuite, était assez… bizarre. Enfin, bizarre pour eux, qui avaient l’habitude d’un continent essentiellement habité par les humains et où la magie avait une place discrète. Que tant de races puissent se côtoyer, même s’il y avait parfois des conflits, ça restait incroyable pour l’habitant lambda d’Enkidiev. Qadehar en vint même à parler d’équilibre entre bien et mal, lumière et obscurité, tout en décrivant de façon brève et résumé les royaumes, communautés et contrées qu’on trouvait sur son continent. Bon, au moins, si d’autres continents étaient portés sur cette mentalité, ça facilitera les choses pour pousser vers des alliances plus fortes ! Santo était plutôt d’accord avec cette vision du monde, il la trouvait plus rassurante et appréciable que ce qu’ils avaient l’habitude d’entendre. En un sens, leurs amis avaient une certaine chance de pouvoir vivre un temps sur ce continent, cela leur donnera une bouffée d’air. Le guérisseur espérait simplement qu’ils ne décident pas, finalement, de demeurer pour de bon là-bas.

En revanche, ce qu’il ajouta après n’était guère joyeux. Un millier de chevaliers, tous décimés ou presque… Lorsqu’on connaissait soi-même l’entraînement draconien à suivre avant de porter les armes et partir sur un champ de bataille, puis y survivre, cela donnait une excellente idée de la guerre qu’ils avaient dû affronter. Deux jours à peine d’affrontement et des centaines de morts ! Santo eut un long frisson, buvant un peu pour faire passer le sentiment de malaise. C’était terrible, comme histoire, terrible… Il ne connaissait aucun de ces hommes, bien sûr, mais imaginait bien la souffrance qu’ils avaient dû ressentir en se retrouvant réduits à moins d’une centaine en à peine deux jours, alors qu’ils étaient autrefois un bon millier à combattre ensemble. Pour la coopération entre chevaliers et sorciers, c’était en fait comme pour l’Ordre d’Emeraude, la seule différence était que eux avaient choisi de séparer les compétences, là où les chevaliers d’Emeraude devaient être à la fois soldats et magiciens.

Qadehar – Votre continent a vraiment une sale réputation… On dit que les habitants d’Enkidiev sont racistes, détestent les étrangers et ont peur de la sorcellerie. On raconte aussi que c’est un continent à l’esprit étroit, qui rejette en bloc les alliances venues d’autres terres et restant coincé sur le passé.

Santo – Tous les royaumes ne sont pas ainsi, par bonheur. Même si beaucoup sont xénophobes, c’est vrai.

En réalité, depuis que les armées de sorciers d’Amecareth avaient déferlé sur le continent il y a quelques siècles, provoquant des dommages considérables et des milliers de morts, un profond sentiment anti-magie, en plus de la xénophobie, avait marqué les esprits des survivants, et ce rejet s’était transmis comme une tradition. Aucune haine contre tel ou tel sujet ne vient comme ça, sans raison, et sur Enkidiev, cette raison était la guerre qui avait bien failli détruire le continent. C’était triste mais légitime, quand on y pensait bien. Même si ça n’empêchait pas de tout faire pour faire évoluer les mentalités et dépasser cette colère bien ancrée. Ce n’était qu’une histoire de rejet et xénophobie que Jasson avait été exilé ! Alors oui, les couples mixtes se comptaient sur les doigts d’une seule main, malgré tout… Santo eut tout à coup une idée, une façon de faire comprendre diplomatiquement ce qu’ils pensaient de cet exil et du rejet de l’armée de leur jeune frère, ainsi que pour lui fournir du soutien, même à distance. Il en parla aux autres, tout en faisant semblant de ne pas comprendre l’air de Wellan et ses pensées qui hurlaient « Évitons de jeter de l’huile sur le feu ». Il s’en remettra bien.

Pour se lancer, il fallait au minimum, pour chanter, un homme et une femme. Et Gunda accepta doucement d’être sa partenaire, pour chanter avec lui. Ils se préparèrent, parlant un peu autour d’eux pour en trouver d’autres qui savaient jouer de certains instruments et qui connaissaient cette légende, pour venir les accompagner. Leur cible allait être le peuple mais aussi, et surtout, le Roi d’Emeraude, Elund, et tous ces hommes et femmes convaincus que les autres races valaient moins qu’eux et qu’on pouvait se permettre de les ignorer, les mépriser ou les chasser. Ils annoncèrent ça comme un petit spectacle improvisé, qui allait se tenir dans la grande tente dressée pour couvrir le bal de tous les aristocrates, d’où s’était sauvée Elvira plus tôt. Une fois prêts, ils installèrent leur mini-orchestre, à la place de celui qui amusait alors les grands seigneurs. Elund avait l’air détendu, de son côté, ayant sans doute déjà un peu trop bu. Santo et Gunda étaient debout devant, les musiciens, dont quelques uns allaient aussi accompagner parfois en chant, assis derrière. Santo indiqua à Chloé les passages où elle devra chanter, échangeant ensuite un bref regard à Qadehar, quand il s’avança face à la foule qui s’était rassemblée.

Qadehar – Vous allez entendre ce soir une histoire réelle, devenue une légende à travers les millénaires, l’histoire de Beren et Lúthien. Beren était un soldat humain, Mortel et survivant d’une grande bataille en son temps. Lúthien, de son vrai nom Tinúviel, était fille des Hauts Elfes, Immortelle et gardienne des forêts. Il s’agit de la toute première union entre un Humain et une Elfe, entre un Mortel et une Immortelle, et leur amour est célébré dans de nombreux pays, parce qu’ils ont été les premiers à dépasser l’écart entre leurs deux races.

Cette chanson, plutôt longue, était peu connue et chantée, sur Enkidiev, et pourtant, on la décrivait comme une des histoires les plus chantées et célébrées à travers tous les autres continents. Parce qu’elle sublimait l’amour entre des races qui n’avaient pourtant rien en commun, l’amour aussi pur qu’il pouvait l’être, et qui avait résisté envers et contre tout. L’air était très doux, parfois un peu plus joyeux, parfois lent et profond. Gunda commença à chanter, dévoilant une voix assez douce, soutenue par les instruments derrière eux. Il continua après elle, mêlant parfois leurs voix à tous les deux ou avec les musiciens. La chanson racontait la rencontre, dans la forêt, de Beren et Lúthien. La faon dont il l’avait tout d’abord juste observée, puis recherchée. Comment ils étaient tombés amoureux l’un de l’autre. Leur séparation l’un de l’autre à cause des tourments de la guerre, et enfin, la mort de Beren, dans les bras de son aimée. Lúthien, Elfe Immortelle, qui avait alors renoncé par elle-même à son immortalité et aux siens pour suivre son amant humain dans la mort et être auprès de lui à jamais. Puisqu’ils ne pouvaient vivre éternellement ensemble dans la vie, alors ils seront liés à jamais dans la mort.

La moment « fort » de la chanson était lorsque Beren avait soudainement crié «  Tinúviel » pour retenir son aimée dans la forêt, l’appelant alors par son nom Elfique, qu’elle n’avait jamais confié à un mortel. Mais il l’avait su,on ignore comment, les Elfes pensaient qu’il avait été inspiré par la magie, qui lui avait soufflé ce nom au plus profond de ses rêves. Tout en chantant, il regardait parfois Gunda, parfois la foule amassée, sentant grâce à ses pouvoirs l’agacement puis la colère noire d’Elund. Il ne sondait pas le roi par respect, cela dit, son air demeurait parlant. Les légendes comme celles-ci avaient pourtant mérite à être bien plus clamées, dans les fêtes, c’était une superbe histoire amour. Et il espérait qu’elle sera aussi chantée le jour où Aveleen et Jasson allaient se marier.



_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Après les combats.... Fête à Zénor   
Revenir en haut Aller en bas
 
Après les combats.... Fête à Zénor
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» Fin des combats
» Perte des points en dextérité après Up
» Le rôle du Canada dans l’Haïti de l’après-Aristide :
» Deux semaines après le séisme, elle est retrouvé vivante sous les décombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Piliers de la Terre :: Continent d'Enkidiev :: Royaumes Côtiers :: Zénor :: Deill-
Sauter vers: