Au cœur des temps anciens, le mal se répand sur terre, il faut se battre ou accepter de disparaître, le danger est partout...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A propos d'une enfant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridgess d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 17
Double-compte : Non
Âge in-RP : 20 ans
Situation marital : Amoureuse
Maître : Wellan
Ecuyer : Swan et Kira

MessageSujet: A propos d'une enfant   Dim 29 Jan - 11:22

Trois œufs non éclos plus un bébé dragon ayant déjà bien eu le temps de grandir, on pouvait dire qu’ils n’auront pas chômé, aujourd’hui. Leur groupe se sépara en deux à la nuit tombée, l’un pour progresser vers l’Est, l’autre pour retourner au château d’Émeraude, étant donné que l’ordre « surveiller le château et protéger Kira » était toujours d’actualité. Maintenant plus que jamais, étant donné qu’ils venaient d’apprendre l’existence de sorciers sur le continent, qui sait s’il n’y en avait pas plusieurs autres, voire des dizaines d’autres ? Bridgess soupira un peu et lança un regard derrière elle pour vérifier si Swan suivait toujours bien le rythme. La fillette issue du Jade lui rendit un sourire éclatant, illuminant un jeune visage à la peau mate et aux yeux bridés, encadré par de très longs cheveux noirs fins et souples qu’elle avait toujours le plus grand mal à maintenir attachés. Cette enfant était une des raisons de Bridgess de s’émerveiller tous les jours, elle adorait être responsable de l’éducation et de l’entraînement d’un écuyer, de lui apprendre jour après jour, de l’éveiller au monde qui l’entourait, de lui montrer comment être forte et à ne jamais craindre de se dépasser soi-même, d’être fière de qui elle était. Qu’il y avait-il de plus gratifiant que cela ? Un travail qu’elle entreprenait aussi avec Kira, mais qui s’avérait bien plus délicat, étant donné que la jeune princesse n’avait pas le même poids à porter.

Leur petite troupe arriva au château juste avant que les gardes ne s’apprêtent à relever le pont-levis et fermer les immenses portes. Bridgess tira sur les rênes de sa monture pour la faire ralentir, entrant avec moins de hâte au-delà des hauts murs de la forteresse. Un certain calme était revenu dans la cour, il n’y avait plus de commerçants et artisans avec des charrettes chargées de produits, des personnes venues livrer du bois, du fer, du charbon, plus cette foule de personnes venues des alentours, de nombreux villages et petites cités, pour marchander, vendre, acheter, négocier, demander une assistance en termes de lois ou encore pour d’autres soucis quotidiens. Ils se dirigèrent vers les écuries sans perdre de temps, tous harassé par cette très longue journée de chasse et par leur combat avec le bébé dragon. Leurs écuyers avaient été très braves, ils avaient su se reprendre pour ne pas se laisser dévorer par la peur, ils sauront faire de bons chevaliers, la jeune femme en était convaincue. Falcon sauta à terre le premier, le seul des sept premiers chevaliers à être à Émeraude en ce moment, puis aida son apprenti à faire de même, voyant l’enfant vaciller un peu sur sa selle. Bridgess eut un petit sourire attendri, emmenant son cheval vers son box, suivie par Swan. A présent, débarrasser les chevaux de leurs selles et des quelques affaires, les étriller, les nourrir et leur donner à boire… Les enfants aussi se chargeaient seuls de leurs propres montures, ils devaient apprendre à en prendre soin et développer une relation de confiance avec elles. Il était primordial de savoir tenir, sur un champ de bataille, son cheval pour qu’il ne s’emballe pas.

Bridgess – Ne t’endors pas debout, sourit-elle en posant la main sur l’épaule de Swan. Tu dois manger d’abord.

L’enfant lui répondit quelque chose de parfaitement incompréhensible en se frottant un peu les yeux. Les autres écuyers étaient à peu près tous dans le même état, d’ailleurs… Celui de Flacon baillait tous les quatre secondes en essayant toutefois de ne pas trop le montrer, comme ceux de Wimme et Kerns, qui n’aspiraient plus qu’à rejoindre leurs lits et se jeter dedans. Laissant les deux garçons partir devant en entraînant tous les écuyers avec eux, Bridgess traîna un peu derrière, marchant avec plus de lenteur vers leur tour et la salle leur servant de réfectoire commun. Elle songeait aux années futures, à comment défendre au mieux ce continent avec le peu de moyens qu’ils avaient à disposition. L’information trouvée par Chloé chez les elfes n’avait rien de très rassurante, leur Ordre se fera balayer comme un rien sans véritable moyen de défense contre pareilles bêtes. Une main se posa tout à coup sur son épaule, lui faisant tourner la tête. Falcon l’avait rejointe et lui souriait, lui demandant ce qui la préoccupait ainsi. Elle haussa les épaules en répondant qu’elle s’en faisait simplement pour les années futures, voilà tout, ils avaient bien de quoi.

Bridgess – Inutile de t’en faire pour moi, ce n’est rien, ajouta-t-elle. On doit tous être sur les nerfs, avec ce qui arrive. J’espère qu’on retrouvera très vite Santo.

Falcon – Nos compagnons ont une bonne chance de le retrouver, tu sais. Quant au futur, nous trouverons toujours des solutions pour nous en sortir, si on continue d’œuvrer tous ensemble, en se serrant les coudes. J’ai confiance.

Elle ignorait s’il cherchait à la rassurer ou s’il était vraiment si confiant que ça… Enfin, dans un cas comme dans l’autre, il était vraiment gentil. Bridgess lui rendit son sourire puis continua d’un pas plus serein vers le réfectoire, partager un repas avec les autres. Une fois de plus, elle et les trois hommes tentèrent de communiquer avec leurs compagnons au Nord, sans plus de succès que pour les autres tentatives. Bridgess détestait cela, cette sensation de se cogner à un tourbillon d’énergie, les rejetant à chaque nouvel essai pour joindre leurs frères et sœurs d’armes. Ils ignoraient complètement ce qui arrivait au royaume des Ombres, pour eux, comme eux-mêmes ignoraient encore totalement que des petits dragons avaient été jetés dans les fleuves du continent et venaient naître sur les berges de tous les royaumes. Après le repas, Bridgess grimpa avec Swan dans la chambre qu’elles partageaient, n’ayant pas besoin de beaucoup insister pour qu’elle se change et se glisse dans son lit, s’endormant quasiment aussitôt. Son maître l’observa un petit moment puis s’agenouilla à côté du lit pour remonter la couverture sur les épaules de son apprentie et déposer un bisou sur son front. Qu’elle dorme, oui, elle était en sécurité, ici.

La jeune femme tira sur les lamelles de cuir et ôta son armure, l’accrochant à un mannequin de bois, avec les différentes pièces, s’étirant en tous sens avant de faire sa toilette. Elle était lasse mais le sommeil lui échappait encore, l’esprit courant trop vite pour imaginer s’endormir. Une fois rafraîchie, elle enfila une tunique plus légère et longue, faisant office de robe, y ajoutant par réflexe une ceinture avec un poignard accroché sur le côté, détachant ses longs cheveux blonds et sortant de la chambre, refermant avec soin la porte derrière elle en veillant à ne pas faire de bruit. Après un assez long trajet, elle entra dans l’aile royale et arriva à l’étage abritant les appartements de Kira. Elle venait s’assurer qu’elle aussi était toujours en sécurité, qu’elle ne risquait rien, que personne n’était prêt à l’attaquer. Les gardes postés devant l’entrée des appartements la saluèrent d’un signe de tête, sans lui demander pourquoi elle venait alors qu’il était si tard. Bridgess était l’une des rares à venir régulièrement ici, hormis le Roi, Armène, la gouvernante de l’enfant, et maître Abnar. Entrant, Bridgess s’arrêta une fois au seuil de la chambre de la princesse, la regardant endormie avec un sourire aux lèvres.

Évidemment, la fillette n’avait pas un caractère facile, loin de là, c’était ce qui exaspérait souvent Wellan. Elle-même songeait que cela s’arrangera de toute façon lorsqu’elle grandira et que cette force de caractère, elle devait la conserver, cela lui servira pour survivre. De toute manière, comment imaginer autre chose de la part d’une enfant si différente, qu’on avait insultée de démon dès son arrivée au château d’Émeraude ? Même aujourd’hui, beaucoup parlaient d’elle comme une chauve-souris violette, ne comprenant pas pourquoi le roi la gardait ainsi près de lui, pourquoi il s’encombrait d’un « démon venu tout droit de Shola ». Heureusement qu’ils ignoraient que la fillette n’était pas seulement princesse de Shola mais aussi princesse impériale d’Irianeth… Un mouvement derrière elle détourna son attention, Armène venait d’arriver et se demandait sans doute ce que le chevalier faisait ici, à une heure pareille. Bridgess s’excusa d’un sourire et referma la porte de la chambre.

Bridgess – Navrée, je suis venue m’assurer que tout allait bien, ici, expliqua-t-elle en se retournant complètement vers la gouvernante. J’aurai dû vous avertir avant pour ne pas vous inquiéter.

Ce ne devrait d’ailleurs même pas l’étonner que Armène ne soit pas encore couchée et veille sur l’enfant, arrivant dès qu’une chose inhabituelle arrivait, comme de la lumière dans des appartements où devait uniquement se trouver une fillette endormie.

Bridgess – Je ne peux être que très peu présente, ces derniers jours. Dites-moi, comment se porte-t-elle ? Elle s’entraîne toujours bien avec maître Abnar ? Continue-t-elle de faire ses exercices physiques, ceux que je lui avais donné ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: A propos d'une enfant   Mar 31 Jan - 12:01

Le Roi avait encore eut assez de difficulté à prendre son traitement, ce soir-là... Armène était longuement restée à son chevet pour l'aider à manger, ayant apporté un plateau avec ce qu'elle avait pu préparer à la fois de plus simple et de nourrissant. Installé dans son lit, une autre petite couverture sur les épaules, le souverain avait tout du vieil homme fatigué par le poids de sa charge mais tenant encore à afficher un air éveillé et bienveillant. Depuis qu'elle travaillait dans ce château, Armène était devenue la "nounou officielle", s'occupant du Roi, de sa pupille, de tous ceux qui, dans le château, se sentaient fatiguées, étaient malades ou blessés, avaient besoin d'un certain réconfort. Elle écoutait chacun, consolait, câlinait, conseillait, l'esprit et le cœur assez ouverts pour accepter les différences et défauts de chacun tout en leur montrant leurs qualités. Émeraude 1er, s'il était encore robuste pour son âge, était toutefois bien fatigué par une très longue vie, bien remplie, il était normal qu'il ait, parfois, des périodes où tout le rattrapait et où il avait besoin qu'on veille sur lui. Après son repas, elle était restée un peu car il avait voulu parler, de tout et de rien, avant de finalement s'endormir. Armène avait récupéré bols, couverts et le plateau, soufflant toutes les bougies avant de quitter les appartements.

Sa petite Elfette s'était elle aussi endormie assez tôt, ce soir-là, après son bain. Maître Abnar avait dû bien l'épuiser d'exercices, aujourd'hui, la jeune princesse n'avait presque pas réagi lors de son bain, elle qui détestait pourtant l'eau. Ses leçons de magie devaient être si dures... Parfois, Armène entendait maître Abnar lui dire qu'elle avait un immense potentiel et qu'elle apprendra avec le temps à l'exploiter entièrement, que sa différence lui procurait une force que les chevaliers n'avaient pas et que c'était pour cela qu'elle sera la future protectrice du Porteur de Lumière. Tout en marchant vers les cuisines pour rapporter le plateau et les plats, la servante songea à cette fameuse prophétie et au poids que cela devait imposer à sa petite, cette enfant mauve qu'elle considérait comme sa propre fille et traitait comme telle. A neuf ans, cette enfant devait déjà supporter de trop lourds fardeaux... Aux yeux d'Armène, c'était bien terrible qu'une fillette doive débuter avec tout cela. Princesse d'un royaume détruite t d'un peuple décimée, porteuse de si grands pouvoirs qu'elle ne découvrait qu'à peine, destin déjà tout tracé par une prophétie, et surtout, des origines dont elle ignorait encore tout et qui la feraient tant souffrir si elle savait. Armène soupira longuement, dans les cuisines vides, en déposant ce qu'elle apportait puis en lavant, remontant les manches de sa robe.

Toute domestique qu'elle soit, Armène n'ignorait en effet pas les origines paternelles de sa fille d'adoption. Il y a des années, un mois ou deux après l'arrivée de Kira dans ce château, le chevalier Wellan l'avait prise à part pour lui révéler qui était vraiment cette étrange fillette mauve. Il voulait alors qu'elle lui promette de venir le trouver aussitôt si Kira commençait, en grandissant, à présenter des signes de changements inquiétants, que ce soit au niveau du physique, du mental ou de ses pouvoirs, afin qu'il "puisse réagir très tôt". Armène le lui avait promis, bien sûr, pour qu'il la laisse tranquille. Agir au plus tôt, oui, donc tuer Kira si son côté insecte se dévoilait... Cette idée fit frémir d'horreur Armène, qui essuya ses mains sur son tablier sitôt fini et repartit vers les ailes royales du château, afin d'aller s'assurer que sa protégée dormait paisiblement. Même si Kira changeait, son esprit était toujours humain, son éducation la rendait humaine et jamais la servante ne laissera qui que ce soit lui faire du mal ! Elle la protégera à son corps défendant, il faudra la tuer elle-même avant de toucher cette fillette, elle en faisait le serment, même si elle devait s'opposer aux chevaliers, aux Immortels ou à des sorciers. En arrivant à la chambre, elle remarqua aussitôt la lumière qui ne devrait pas être allumée, se calmant en voyant que Kira ne s'était pas réveillée mais que le chevalier Bridgess était présente. la jeune femme lui fit un petit sourire d'excuse et referma la porte.

Chevalier Bridgess – Navrée, je suis venue m’assurer que tout allait bien, ici, expliqua-t-elle en se retournant complètement vers la gouvernante. J’aurai dû vous avertir avant pour ne pas vous inquiéter.

A cette heure, oui, ce serait bien, merci. La domestique hocha la tête, ayant déjà l'habitude à ce que la chevalier vienne parfois le soir voir Kira, lorsqu'elle rentrait de mission et n'avait plus eu l'occasion de l'entraîner depuis quelques temps.

Chevalier Bridgess – Je ne peux être que très peu présente, ces derniers jours. Dites-moi, comment se porte-t-elle ? Elle s’entraîne toujours bien avec maître Abnar ? Continue-t-elle de faire ses exercices physiques, ceux que je lui avais donné ?

Armène – C'est plus ou moins compliqué selon les jours, soupira-t-elle. Venez, ne restons pas à parler ici. Voulez-vous une tasse de thé ?

La domestique gardait le nécessaire non loin lorsque Kira travaillait sur les devoirs que lui donnait son maître dans le salon d'à côté. Elle y conduit la jeune femme, allumant tout d'abord les bougies afin d'avoir assez de lumière, faisant le tour des chandeliers avec la première longue bougie allumée. En attendant, elle dit à la jeune femme qu'elle pouvait s'asseoir, elle était sans doute bien épuisée d'une si longue journée de chasse. Tous au château savaient, bien sûr, pour la menace des œufs de dragons, c'était une affaire bien grave... Armène piqua sa bougie sur un autre chandelier puis alluma un petit feu dans l'âtre, pour y faire chauffer ensuite de l'eau. Elle conservait ses herbes à thé dans un pot en céramique, fermé d'un couvercle, un petit mélange q'elle fabriquait elle-même avec plusieurs arômes, et qu'elle donnait à boire à Kira le soir avant qu'elle n'aille prendre son bain puis se coucher.

Armène – Elle travaille tous les jours avec maître Abnar, en ce moment. Le matin et le soir, elle s'entraîne physiquement aussi et y cours au moindre temps libre, dit Armène tout en mettant du bois dans le feu. Elle tient beaucoup à vous, dès qu'elle revient d'un exercice ou entraînement, elle me dit qu'elle a hâte de vous montrer ses progrès.

La gouvernante mit l'eau à chauffer puis se redressa, allant préparer deux tasses et y déposer au fond deux petites cuillères de thé, les mettant ensuite sur une table ronde non lmoin de la cheminée. L'air s'était rafraîchi, ces derniers temps, le soir, la saison des pluies n'était plus très loin. Tout en surveillant l'eau, Armène décrit un peu le genre d'exercice que suivait Kira afin que la jeune femme puisse faire une idée.

Armène – Son état moral varie beaucoup selon les jours, ajouta la domestique en s'asseyant. Ecoutez... Je ne connais que peu de choses en magie mais je vois bien que ses pouvoirs ne ressemblent en rien aux vôtres. Elle est puissante, oui... Je crains que cette puissance ne lui attire des ennuis, avec les ennemis du continent ou d'autres ennemis, qu'on n'aurait pas soupçonnés. Pensez-vous que maître Abnar soit à même de lui enseigner une certaine forme de magie, qu'elle est seule à posséder ici ? Sans que cela la mette en danger ?
Revenir en haut Aller en bas
Bridgess d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 17
Double-compte : Non
Âge in-RP : 20 ans
Situation marital : Amoureuse
Maître : Wellan
Ecuyer : Swan et Kira

MessageSujet: Re: A propos d'une enfant   Lun 6 Fév - 15:06

Armène – C'est plus ou moins compliqué selon les jours, soupira-t-elle. Venez, ne restons pas à parler ici. Voulez-vous une tasse de thé ?

Bridgess – Pourquoi pas, merci.

Juste avant de répondre, la chevalier avait sondé la tour de l'Ordre pour vérifier que son écuyer dormait toujours du sommeil de l'innocence, tout comme Kira par ailleurs, puis suivit la servante dans un petit salon adjacent. Pour elle qui était habituée à la sobriété des appartements de l'Ordre et plus encore à se contenter d'une couverture et d'un feu de camp lors de leurs longues campagnes à travers tout le continent, elle ne cessait d'être étonnée face au luxe des appartements royaux et de la fine décoration, et ne s'y sentait guère à sa place. Bien que fille de Roi, elle n'avait pas été élevée comme une princesse et ne se souvenait pas de la façon dont était agencé les appartements de ses parents, au château. La vie avait pris pour elle un virage quelque peu étrange, si elle avait échoué aux épreuves d'admission pour être élève d’Émeraude, sans doute sera-t-elle déjà mariée depuis quelques années à un prince du continent, mère d'un ou deux enfants, à servir de décoration dans un royaume allié de celui de son père. En s'asseyant à une petite table, elle suivit les gestes de la gouvernante avec attention, par pure habitude, attendant la réponse à ses questions et assez curieuse de savoir ce qu'elle entendait par "c'est plus ou moins compliqué selon les jours". Kira avait certes un caractère très difficile, cependant, pas de quoi décourager Armène, qui savait comment la prendre. Pourvu qu'un autre problème ne se profile pas à l'horizon, ils avaient déjà tant à se soucier avec cette nouvelle menace des œufs de dragons. Bridgess évitait de s'aventurer dans l'esprit d'autres personnes que les autres chevaliers et écuyers, sauf en cas d'absolu nécessité, jugeant qu'elle n'avait pas à établir ce genre de lien mental avec des personnes qui ne l'avaient pas demandé et qui n'étaient pas préparés à y faire face.

Armène – Elle travaille tous les jours avec maître Abnar, en ce moment. Le matin et le soir, elle s'entraîne physiquement aussi et y cours au moindre temps libre, dit Armène tout en mettant du bois dans le feu. Elle tient beaucoup à vous, dès qu'elle revient d'un exercice ou entraînement, elle me dit qu'elle a hâte de vous montrer ses progrès.

Mais ? Le ton employé par la gouvernante sous-entendait q'il y avait autre chose, derrière ces nouvelles rassurantes. La jeune femme l'écouta décrire les exercices et entraînements que suivaient Kira durant ses journée, en physique, mental, ou magie, rassurée de constater les progrès de la fillette tout en se demandant ce qui pouvait bien clocher dans ce tableau. Tout en écoutant, elle disposa les tasses et cuillères déposées sur la table, essayant d'imaginer ce qui pourrait affecter le moral de la princesse. Sa différence physique, pas seulement physique d'ailleurs, très flagrante était la première cause de ses baisses de moral, ceci étant, ceux qui la voyaient au quotidien se faisaient à ça. Les gardes la protégeant, le Roi, Armène... Difficile de faire accepter facilement une telle différence alors que les humains étaient déjà effrayés par des corps plus difformes ou des couleurs de peau différentes de celles auxquelles ils étaient habitués. Kira ne ressemblait à personne, tel était le problème dans ce château, et bien peu comprenaient que le Roi en ait fait sa pupille. Pire encore, elle venait de Shola, ce qui achevait de la désigner comme un démon aux yeux de bien des personnes. Ce n'était qu'une enfant... Une enfant avec de très grands pouvoirs et à laquelle Bridgess s'était beaucoup attachée, jusqu'à ne plus supporter que Wellan, qu'elle admirait pourtant, la voit plus comme une arme que comme une fillette de neuf ans.

Armène – Son état moral varie beaucoup selon les jours, ajouta la domestique en s'asseyant. Ecoutez... Je ne connais que peu de choses en magie mais je vois bien que ses pouvoirs ne ressemblent en rien aux vôtres. Elle est puissante, oui... Je crains que cette puissance ne lui attire des ennuis, avec les ennemis du continent ou d'autres ennemis, qu'on n'aurait pas soupçonnés. Pensez-vous que maître Abnar soit à même de lui enseigner une certaine forme de magie, qu'elle est seule à posséder ici ? Sans que cela la mette en danger ?

La jeune femme se raidit un peu, tapotant légèrement du bout des doigts sur la table, silencieuse pour le moment. Hum... Contrevenant à ses principes, elle se permit de se glisser dans l'esprit de la gouvernante, la sondant afin de déceler si elle était au courant pour Kira. Et oui. Oui, la réponse fut très vite évidente, la domestique savait tout de la nature réelle de sa protégée, depuis presque son arrivée même dans ce château. Une vérité que lui avait dévoilée Wellan alors qu'il avait mis sept ans de plus à la leur dévoiler à eux, ses frères et sœurs d'armes. Pas peur que l'enfant ne change brusquement... Bon. Une bonne minute s'était écoulé dans le silence le plus total, Bridgess cherchant ses mots. En un sens, Armène en devenait encore plus admirable, puisqu'elle avait aimé inconditionnellement une fillette issue d'un père monstrueux, sans la juger ou la repousser. Elle finit par se lever pour aller chercher l'eau à chauffer, faisant un signe à la domestique pour qu'elle ne se dérange pas. Toutes deux étaient sur un pied d'égalité, Bridgess considérait les choses ainsi, elle ne voulait pas être traitée comme une personne Noble ou elle ne savait quoi encore sous prétexte qu'elle faisait parti de l'Ordre.

Bridgess – J'ignorais que vous étiez au courant pour les origines de la petite, dit-elle enfin. Je ne l'ai su moi-même que très récemment et j'ignore qui d'autre est au courant, mis à part vous-même, maître Abnar et sans doute maître Elund.

Versant l'eau, elle s'interrompit un petit instant en réfléchissant à comment poursuivre. Le sujet était on ne peut plus délicat et Bridgess ne voulait pas blesser ou inquiéter son interlocutrice par une parole malheureuse.

Bridgess – Kira est effectivement très puissante, que ce soit avec la magie dont elle a hérité de sa mère ou des pouvoirs de sorcellerie obtenus de son père, continua-t-elle enfin en touillant son thé. Enfin, elle va le devenir, elle ne soupçonne même pas la quart de ses pouvoirs réels pour le moment, elle est encore trop jeune. J'ignore si maître Abnar peut lui enseigner à maîtriser les pouvoirs hérités de son père, même si je crains, malheureusement, que non... Ce n'est pas une forme qui doit lui être familière.

Un petit soupir attristé échappa à la jeune femme, qui eut un geste un peu vague de la tête. Maître Abnar était un Immortel, pas un sorcier, s'il ne devait pas être ignorant des sorts possibles, il ne pourra pas les enseigner à la toute jeune princesse, si tant est qu'il acceptait qu'elle l'apprenne. Bien entendu, la sorcellerie était très néfaste et destructrice, cependant... Cependant... C'était une part de l'identité de la fillette mauve, si elle pouvait apprendre à en faire usage pour le bien, pourquoi ne pas la laisser progresser dans cette voie ?

Bridgess – Cette enfant a un cœur très humain et il n'y a aucune raison pour que cela change, affirma-t-elle. L'Ordre non plus n'est pas une menace pour elle, rassurez-vous. S'est-elle déjà doutée de quelque chose, quant à ses origines ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: A propos d'une enfant   Dim 19 Fév - 14:18

Un instant de silence, assez long aux yeux de la domestique, suivit sa prise de parole. Sans doute la jeune dame ne s’était-elle pas attendue à ce genre de questions, pourtant, il était si naturel de la poser, de s’interroger sur l’avenir et la sécurité des enfants qu’on aimait. Des enfants, oui. Peu importe le nombre de personnes qui ne verront Kira que comme une arme utile pour la prophétie et la guerre, elle était et restera une enfant dans le cœur d’Armène. Même lorsque la fillette mauve sera adulte, elle restera pour elle sa petite Elfette arrivée comme un miracle et qui avait su éclairer sa vie comme personne d’autre n’avait pu jamais le faire. Armène rêvait de la voir grandir en paix, elle rêvait de pouvoir continuer à veiller sur elle, elle rêvait de la voir un jour au bras d’un homme qu’elle aimera, de lui tresser les cheveux le jour de son mariage puis de la voir enceinte, elle rêvait pour elle d’une vie la plus heureuse possible, malgré la guerre, malgré son apparence particulière, malgré tout ce qui pourrait l’empêcher d’être heureuse. Finalement, le chevalier se lever pour aller récupérer l’eau à bouillir, arrêtant d’un geste la domestique qui s’était redressée pour aller le faire. A cet instant, la servante se demanda si son interlocutrice était au courant pour la princesse mauve et si elle pouvait donc comprendre la teneur de la conversation. Impossible de savoir si le chef de l’Ordre avait mis le siens dans la confidence ou s’il était abstenu.

Chevalier Bridgess – J'ignorais que vous étiez au courant pour les origines de la petite, dit-elle enfin. Je ne l'ai su moi-même que très récemment et j'ignore qui d'autre est au courant, mis à part vous-même, maître Abnar et sans doute maître Elund.

Oh, donc ils n’étaient au courant que depuis peu, il avait dû arriver encore un autre événement qui avait incité leur chef à leur révéler le secret. Armène la remercia lorsqu’elle versa l’eau, tendant la main pour prendre la cuillère et touiller pour que le thé vienne se mélanger à l’eau très chaude, appréciant beaucoup le fumet de cette préparation de plantes et herbes aromatiques. L’odeur lui rappelait celles perçues lors de ses courses aux villages et en campagne, alors qu’elle était toute jeune, pour aller chercher des plantes et autres pour que sa mère puisse préparer les petits remèdes du quotidien et fabriquer des bandages et pansements. Philtres contre la fièvre, baumes pour les chocs et hématomes, il y avait tant à apprendre lorsqu’on en mettait la volonté. Tout en touillant, une petite grimace de mépris faillit la prendre en pensant à Elund. Jamais elle n’avait apprécié ce magicien aux grands airs et à l’allure de perroquet obèse, qu’elle jugeait acariâtre et bourré de principes et de jugements hâtifs. Sans doute était-il très bon dans son domaine, elle ne remettait pas ça en cause, en revanche, il avait un caractère bien trop mauvais pour qu’elle arrive à l’apprécier. Même sans compter le fait qu’il traite sa petite Elfette de sorcière.

Chevalier Bridgess – Kira est effectivement très puissante, que ce soit avec la magie dont elle a hérité de sa mère ou des pouvoirs de sorcellerie obtenus de son père, continua-t-elle enfin en touillant son thé. Enfin, elle va le devenir, elle ne soupçonne même pas la quart de ses pouvoirs réels pour le moment, elle est encore trop jeune. J'ignore si maître Abnar peut lui enseigner à maîtriser les pouvoirs hérités de son père, même si je crains, malheureusement, que non... Ce n'est pas une forme qui doit lui être familière.

La gouvernante en doutait également… Maître Abnar était un Immortel, pas un sorcier, les Dieux ne devaient guère laisser leurs serviteurs s’initier aux formes les plus obscures de magie et de manipulation de l’environnement. Le chevalier Bridgess soupira un peu, secouant un peu la tête. Ses longs cheveux blonds, par ce geste, virevoltèrent un très bref instant autour de son visage, comme un, léger halo doré. La blondeur dans ces contrées avait toujours un peu étonné Armène, qui l’associait aux peuples du Nord et aux Elfes, les chevelures brunes et châtaines étaient beaucoup plus courantes, au centre, à l’Est et au Sud du continent. Elle-même avait les cheveux d’un noir profond, où des mèches grises venaient se mêler, la peau marron claire, des yeux « comme la nuit avec des étoiles dedans », tels que les avaient décrits Kira à quatre ans, ce qui avait été un des plus beaux compliments qu’Armène ait reçu au cours de sa vie. Portant la tasse de thé à ses lèvres, elle en but une longue gorgée, la chaleur descendant doucement de la gorge et se répandit dans sa poitrine, la soulageant d’une partie de la fatigue de la journée.

Chevalier Bridgess – Cette enfant a un cœur très humain et il n'y a aucune raison pour que cela change, affirma-t-elle. L'Ordre non plus n'est pas une menace pour elle, rassurez-vous. S'est-elle déjà doutée de quelque chose, quant à ses origines ?

Armène – Non, oh non, souffla-t-elle. Merci aux Dieux, non. Elle se souvient bien de sa mère et le Roi lui a montré des dessins faits du Roi Shill, afin qu’elle l’identifie comme son père. Elle a un cœur humain, mais son esprit et son comportement rappellent bien plus ses origines Elfiques. J’ai pu savoir que la reine Fan avait une très grande part de sang Elfe et cela se ressent beaucoup chez Kira.

Elle aimait grimper aux murs et se faufiler partout, était sensible à ses cours sur les plantes, magiques ou non, avait des mouvements où se mêlaient souplesse et rapidité et sa démarche était très semblable à celle de l’apprenti d’Elund ou du petit Derek, un des écuyers. Dans son apparence, elle possédait les traits fins des Elfes et leurs oreilles pointues, en plus d’autres caractéristiques. Cette enfant était un mélange si étonnant de plusieurs races, où se mêlaient les Elfes, les Fées, les Hommes-Insectes. Pas une goutte de sang humain, en revanche… Ses réflexes « humains » lui venaient uniquement de son éducation par le Roi d’Emeraude et celle que lui donnait Armène. Elle sourit un peu en buvant son thé, toujours plus heureuse et détendue lorsqu’elle parlait de cette fillette tant aimée. Qu’importe que le monde entier la rejette, Kira savait qu’elle trouvera toujours le meilleur des abris dans les bras de la domestique, quoi qu’il arrive, elle la protégera telle qu’une mère le ferait pour son enfant. En reposant sa tasse, elle se demanda alors ce qui poussait la jeune chevalier prendre Kira sous son aile malgré tout, alors que le reste de l’Ordre au mieux ignorait l’enfant, au pire la craignait. Y compris leur propre chef, qui regardait la princesse comme une menace très grave en devenir.

Armène – N’avez-vous jamais eu de soucis à vous charger d’entraîner Kira, avec vos frères et sœurs ? Je n’ai pas le sentiment que ce fait enchante beaucoup votre ancien maître.
Revenir en haut Aller en bas
Bridgess d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 17
Double-compte : Non
Âge in-RP : 20 ans
Situation marital : Amoureuse
Maître : Wellan
Ecuyer : Swan et Kira

MessageSujet: Re: A propos d'une enfant   Mar 21 Fév - 15:08

Armène – Non, oh non, souffla-t-elle. Merci aux Dieux, non. Elle se souvient bien de sa mère et le Roi lui a montré des dessins faits du Roi Shill, afin qu’elle l’identifie comme son père. Elle a un cœur humain, mais son esprit et son comportement rappellent bien plus ses origines Elfiques. J’ai pu savoir que la reine Fan avait une très grande part de sang Elfe et cela se ressent beaucoup chez Kira.

C’était possible, Bridgess ne se souvenait qu’à peine d’avoir aperçue très vite la reine dans la cour, alors qu’elle quittait le château d’Emeraude avec sa suite, après y avoir déposé Kira. Elle portait alors une légère capuche blanche couvrant son visage et ses cheveux d’or, le chevalier ne se souvenait que d’une femme très grande et mince, habillée richement, partant le visage couvert avec cinq ou six autres personnes. La jeune femme avait toujours un très fort apriori négatif contre la reine, dont une lourde partie tenait à la jalousie, car même morte, elle continuait d’obnubiler Wellan et venait parfois le visiter sous forme de fantôme, il le lui avait avoué un jour. Enfin. Il est vrai qu’avec la peau blanche, Kira serait prise pour une petite Elfe sans aucun réel problème. Elle avait aussi une part de sang de Fée, n’est-ce pas ? La reine Fan était issue de ces deux peuples, d’après ce que Bridgess avait pu apprendre. D’après Wellan, elle possédait en tout cas ce charisme singulier et attirant, irrésistible, des fées. Les membres de ce peuple avaient la capacité d’envoûter d’un seul regard, ils donnaient envie de les aimer et les protéger, d’être proche d’eux. Bridgess but également un peu de son thé en songeant qu’il s’agissait là du peuple le plus mystérieux de tout le continent, avec des règles défiant la logique humaine et une magie très particulière. La petite Ariane deviendra aussi, en grandissant, une femme magnifique et envoûtante, telle étaient les caractéristiques de cette espèce merveilleuse et imprégnée de magie.

Armène – N’avez-vous jamais eu de soucis à vous charger d’entraîner Kira, avec vos frères et sœurs ? Je n’ai pas le sentiment que ce fait enchante beaucoup votre ancien maître.

Ah, le mot était faible et fit assez rire Bridgess qui manqua d’en renverser son thé, faisant un petit geste d’excuse pour Armène avant de prendre sa serviette et essuyer ce qui avait été renversé. Elle répondit ensuite avec un sourire que si, Wella lui en avait fait toute une scène, qu’elle n’avait pas à s’occuper d’entraîner Kira, car la fillette n’avait pas vocation à entrer dans l’Ordre en tant que chevalier. La jeune femme lui avait tenu tête, passant outre ses ordres grâce à son propre caractère de cochon et ne regrettait en aucun cas sa décision, tant il lui paraissait impensable que l’enfant ne puisse pas être entraînée alors qu’elle devra protéger le Porteur de Lumière des griffes de l’empereur.

Bridgess – C’est bien parce que Wellan est mon ancien maître qu’il laisse passer ça malgré tout, il sait qu’il ne me fera pas changer d’avis, quoi qu’il arrive. Quant aux autres, et bien, personne ne m’en a jamais vraiment parlé, jusqu’ici. De toute manière, je fais ce qui me semble juste et je ne vois pas en quoi l’avenir de qui que ce soit sera compromis en entraînant Kira à combattre, bien au contraire.

Buvant le reste de son thé en deux gorgées, elle s’étira ensuite longuement, se massant un peu la nuque après avoir repoussée ses longs cheveux blonds. Wellan avait beau avoir un caractère colérique et borné, il avait aussi beaucoup d’autres belles qualités qui faisaient de lui un grand chef et il était profondément attaché à la protection de ce continent. Elle l’aimait tant parce qu’elle lui ressemblait, maître Elund avait à l’époque fait un très bon choix en les appariant, tous les deux, il l’avait formé à son image et aujourd’hui, elle lui était plus loyale que tout. Cependant, lorsqu’elle se trouvait en désaccord avec lui ou jugeait qu’il se méprenait, elle n’avait aucune hésitation à le lui faire savoir.

Bridgess – Je vais filer, il commence à être bien tard. Merci beaucoup pour le thé et ne vous en faites pas. J’ai moi aussi à cœur de protéger Kira et lui apprendre à se défendre. Il ne lui arrivera rien, je vous en fais la promesse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
A propos d'une enfant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» A propos du CNE
» Symposium sur le Plan National de Protection de l'Enfant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Piliers de la Terre :: Territoires du Centre :: Royaume d’Émeraude :: Château d’Émeraude :: Ailes Royales :: Appartements royaux-
Sauter vers: