Au cœur des temps anciens, le mal se répand sur terre, il faut se battre ou accepter de disparaître, le danger est partout...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Visiteurs étrangers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître des Events
Friend or not...
avatar

Fonction :
  • Fondateur
  • Administrateur
Présence :
  • Actif
Messages : 67
Double-compte : Maître du Jeu
Âge in-RP : Immortel
Situation marital : Marié au monde
Maître : ...

MessageSujet: Visiteurs étrangers   Ven 21 Oct - 20:00



PNJ Roi Björn, souverain du Royaume des Ombres

La nouvelle parvenue par le rapide messager était pour le moins incongrue. Cinq chevaliers, leurs écuyers et une sorcière venue du royaume d’Argent, qui s’était déjà présentée ici quelques fois, venus leur rendre visite pour demander de l’aide afin de libérer un ami en échange d’une autre faveur ? Voilà qui était très particulier… Les visiteurs étaient si rares dans ce royaume, à vrai dire, il n’y en avait plus aucun depuis le massacre des Sholiens, il y a sept ans de cela. Ces derniers étaient les seuls, avec parfois de rares Elfes, à franchir la frontière naturelle de leurs chaînes de montagnes pour venir jusque dans ce coin isolé du royaume, y rencontrer ses habitants. Les habitants d’Espérita, quant à eux, ne voyageaient pas. Ils restaient à vivre entre eux, en tribus plus ou moins grandes, dispersés dans leurs propres montagnes et des vallées de glace, ignorant le reste du continent comme les autres royaumes les ignoraient, il n’était même pas certain que les contrées du continent sachent seulement que Espérita était habité. Oh, pour les Ombres, ils se doutaient seulement qu’il y existait des peuplades de démons, rien de plus. Amusant, comme rumeurs.

Debout dans la salle du trône, près du mur Est recouvert d’une immense carte du continent, le roi croisa les bras avec lenteur en regardant les tracés des royaumes, les frontières se joignant les unes aux autres, le cours des fleuves, le contour des forêts et des différentes chaînes de montagnes. Émeraude, lui avait rapporté le messager… Une des contrées situées en plein centre du continent, avec le royaume de Perle. Björn ne s’y était jamais rendu, comme dans de nombreuses contrées, il n’avait voyagé qu’à Shola, Espérita, chez les Elfes et une fois à Zénor, sans pouvoir se rendre plus loin car les troubles agitant son propre pays étaient suffisamment compliqués à gérer pour pouvoir s’absenter plus de quelques jours d’affilée. Des échanges avec les autres royaumes… Ce serait un espoir bien utopique, même si les autres rois voulaient y mettre des efforts, la population du continent n’était pas prête à accepter celle vivant dans leur immense forteresse de pierre. Humains et hybrides se côtoyaient librement dans l’abri des montagnes, ceci étant, ce ne sera pas un état accepté par tous. « Des démons », voilà comment tous ces êtres seraient aussitôt désignés. Enfin, il devait tout de même recevoir ces étrangers, comme tout Roi se doit de le faire pour des hommes et femmes arriver de si loin.

Son épouse vint le rejoindre alors qu’il était toujours près de la carte, à contempler les tracés, plongé dans ses réflexions. Il tourna la tête vers elle pour lui sourire doucement, plus apaisé, comme de coutume, lorsqu’elle se trouvait à ses côtés. Ensemble, ils échangèrent longuement avant qu’on ne leur annonce finalement l’arrivée des étrangers. Alyas, son vieil ami était entré, apparemment sur les nerfs mais dissimulant cette nervosité, comme à sa parfaite habitude, ses yeux violets brillant d’une lueur guerrière en continue. Il leur conta à mi-voix ce qu’il avait vu, entendu et échangé avec le groupe d’étrangers puis se mit légèrement en retrait, les deux mains croisées dans le dos, dans une attitude sereine, quoi que martiale. Les chevaliers et leurs gamins apprentis arrivèrent ensuite dans la salle, guidés par Vélina. Contrairement à Alyas, elle n’était pas du tout nerveuse, semblant plutôt s’amuser de la crainte qu’elle inspirait, comme de coutume. Le roi la remercia du regardant avant qu’elle ne prenne sa place auprès du capitaine, dans la même position, s’avançant en souriant et en saluant le groupe, tout comme son épouse. Voilà donc quelques uns des « défenseurs sans pouvoirs réels » du continent. Il est courageux de partir au combat en étant si dépourvu de moyens. La Dame de l’Alberta était sans doute la plus sereine du tas, bien quelle ne cesse de jeter de fréquents regards vers Vélina.

– C’est un honneur de vous revoir, majestés.

– Je vous pensais retirée pour de bon près des fées et des elfes, vous revoir dans cette forteresse est une surprise, répondit Björn dans la langue commune, mâtinée d’un très fort accent du Nord. Voilà plus de sept ans que nous n’avons guère reçu de visiteurs étrangers, les Sholiens furent les derniers à franchir les portes de cette salle. Soyez les bienvenus.

Il leur fit signe de les suivre, son épouse venant glisser le bras autour du sien avec douceur. Ils se rendirent ainsi dans une autre salle adjacente, un salon où il recevait de coutume ceux qui lui venaient lui quémander une audience. Un cheminée de pierre rougeâtre abritait un feu flamboyant et de nombreux fauteuils et canapés étaient disposés autour. Björn s’y installa avec sa femme et fit signe à leurs invités de faire de même. La pièce était dallée de pierre et assez hautes de plafond, où étaient suspendus trois lustres en fer, supportant des bougies épaisses et grandes, toutes allumées. Le sol était recouvert de tapis de fourrure, afin de donner une atmosphère un peu plus chaleureuse à la pièce. Trois grandes bibliothèques couvraient les murs et un autre pan de la pièce était recouvert par une autre carte immense, cette fois représentant les trois royaumes du Nord. Shola, les ombres, Espérita. De ces trois contrées, une détruite et les deux autres survivant plus qu’elles ne vivaient. Dans un coin de la pièce, on pouvait également apercevoir un autel supportant une grande statue blanche, avec des fleurs et des bougies à ses pieds. Captant le regard curieux d’un des chevaliers, Björn se chargea de lui fournir une explication, alors que les serviteurs venaient leur apporter de quoi boire.

– C’est un des autels en hommage aux Sholiens, dit-il d’un ton respectueux et encore emplis de deuil. Ils ont été des voisins et alliés précieux. Nous avons bien hâte que les survivants puissent se rassembler derrière leur jeune reine et reconstituer sa force d’autrefois.

Dans un coin de la pièce, dissimulé dans les ombres, Alyas marmonna tout à coup que l’enfant n’avait que neuf ans et qu’il croyait difficilement que le peuple d’Émeraude l’acceptera, ne serait-ce que comme leur princesse, à cause de son statut hybride.

– Elle est la future souveraine de Shola avant d’être pupille d’Émeraude, rappela le roi des Ombres avec douceur. C’est une enfant du Nord et son hybridité n’ôte rien à cela. Les Sholiens survivants attendent qu’elle soit assez âgée pour prendre la place qui lui revient. Shola saura se relever, une bataille a été perdue, pas la guerre. Garde confiance, mon ami.

Toutes les raisons d’en douter étaient réunies, c’était exact, cependant, ils ne devaient guère céder au désespoir. Si leurs contrées ne pouvaient guère compter sur le soutien des autres royaumes ni même sur le soutien des Dieux, ils compteront sur leurs propres forces et leur entraide, comme ils l’avaient toujours fait. Alvae ajouta tout à coup que « Shola » était l’ancien nom de la déesse de la mort, dans l’ancien langage, une précision d’un humour très noir au vu de la situation actuelle. Et oui, le destin avait parfois un sens de l’humour particulièrement douteux. Revenant sur le petit groupe, il écouta la Dame de l’Alberta raconter qu’elle soupçonnait que l’enlèvement de l’ami des chevaliers avait été commis par Monicant, un sorcier particulièrement hargneux, issu de ce royaume et qui avait autrefois survécu à l’attaque du grand volcan, près de l’ancienne capitale du pays. Les chevaliers recherchaient une personne apte à repérer sa trace et briser les protections dont il s’entourait. Une question difficile, peu des leurs étaient capables de cette magie, d’autant plus que Monicant n’évoluait plus seul, il avait réuni des disciples autour de lui. Il tourna à nouveau le regard vers Alyas, qui lui renvoya en retour un air indigné.

– Dis-moi… Tu fais parti des personnes qui ont les pouvoirs les plus puissants, ici.

– Tu veux que je les accompagne ? Et pourquoi ? Pourquoi accepter d’aider des types nous traitant comme des démons ? Des types qui ont laissé les Sholiens être isolés puis massacrés sans lever le petit doigt ?

– Car c’est le Roi d’Émeraude qui soigne en ce moment votre princesse. Et nous avons effectivement une faible ouverture pour créer des échanges entre notre contrée et les autres. Tu étais au massacre, Alyas, tu sais de quoi les troupes d’Amecareth sont capables et tu y as survécu. Si tu as la possibilité de combattre les alliés de l’Empereur, pourquoi ne pas le faire ? De plus, l’enfant est, techniquement, ta demi-sœur, cela fait une raison de plus d’agir, même à distance, pour la protéger. Je ne t’en donnerai pas l’ordre, tu le sais, tu n’es pas un de mes sujets. Je te le demande en tant qu’ami.

Un nouveau silence se fit après sa petite déclaration. Son allié réfléchissait, sourcils légèrement froncés et le regard sombre. Un instant plus tard, Vélina éclata d’un rire très léger, avançant d’un pas, et ce faisant, les ombres de la pièce semblèrent bouger avec elle, accompagnant chacun de ses mouvements.

– Permettez-moi de les accompagner également, majesté, s’inclina-t-elle. Alyas n’osera pas refuser et il faut bien une personne pour veiller sur lui, comme il est du genre à foncer dans le tas.

– Regardez qui parle, siffla le capitaine mauve d’un ton exaspéré, où perçait toutefois son amusement.

– Je t’ai vu sauter sur le dos d’un dragon fou de rage pour lui planter ton poignard dans les yeux, ce n’était donc pas foncer dans le tas ?

L’Elfe longiligne s’approcha de l’hybride et déposa doucement un baiser sur les lèvres violettes, les siennes aussi noires que la nuit, tout comme l’étaient ses très longs cheveux d’une finesse incroyable. Bien, ainsi, c’était décidé. Le couple avait carte blanche pour agir comme il l’entendait. Björn avait une entière confiance en eux deux, ils sauront faire en sorte d’aider au mieux le petit groupe de chevaliers et écuyers, malgré toutes leurs différences et leurs différents. Alyas partit suite sa décision de partir dès la levée de l’aube. Le roi le suivit du regard puis se tourna vers les chevaliers.

– Que evnait faire votre ami dans ce royaume, à la base ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Wellan d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Administrateur
Présence :
  • Actif
Messages : 286
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Amoureux
Ecuyer : Cameron

MessageSujet: Re: Visiteurs étrangers   Mer 26 Oct - 19:45

A la fois impressionnant et terrifiant, voilà ce que ressentait Wellan et il savait que c’était également le cas de ses frères et de Chloé. Aucune architecture semblable n’existait sur le continent, c’était aussi différent de ce qu’ils connaissaient que l’était le château de glace et de pierre du royaume de Shola. Et toutes ces… Humain, hybrides, mélanges improbables et étranges, les flux de la sorcellerie présents absolument partout, les enfants peu nombreux, les êtres humanoïdes ou radicalement différents d’eux, des êtres comme Kira, des hommes aux yeux blancs et avec d’immenses ailes blanches ou de chauves-souris dans le dos, ils voyaient aussi des hybridité entre des espèces qu’ils connaissaient, des queues de lézard ou des yeux de serpent, des plumes d’oiseaux, des yeux d’insectes… Une peuplade qu’il ne saurait pas qualifier précisément, sinon en utilisant le mot « bizarre » et assez effrayante. Personne ne pouvait s’attendre à ça. Quant au Roi des Ombres, dont personne ne se doutait non plus de l’existence, était humain et aurait passé inaperçu partout sur le continent. Assez grand, des muscles discrets, les cheveux noirs et mi-longs, il ne portait ni couronne ni habits plus précieux, ressemblant en tous points à un homme tout ce qu’il y a de plus ordinaire.

La reine Alvae, quant à elle, avait des traits fins et étirés vers ses pommettes, les cheveux très noirs comme très peu d’Elfes femmes les avaient, les yeux d’un bleu soutenu et vêtue elle aussi très simplement, restant pour le moment silencieuse. Ils s’assirent une fois arrivé dans un salon, près de la salle du trône, leurs deux guides les ayant suivi. L’avertissement de la Dame de l’Alberta résonnait encore dans leurs esprits, provoquant un léger mal à l’aise. Jusqu’alors, aucun d’entre eux n’avait jamais entendu parler d’une quelconque légende ou histoire évoquant les Elfes Noirs, qui étaient vraiment l’archétype même des démons aux yeux de Wellan, cette femme était proprement l’être le plus étrange et terrifiant rencontré jusqu’ici. En la sondant, on ressentait tout d’abord un très grand froid son esprit rendu inaccessible par la sorcellerie, puis un malaise profond ne donnant guère envie de s’attarder sur elle, comme si elle avait le don d’absorber toute la chaleur du monde. Il était préférable d’observer la pièce plus avant. Sa décoration simple et qui se voulait chaleureuse n’arrivait cependant pas à faire oublier à Wellan qu’ils avaient des centaines de tonnes de pierre au-dessus de la tête, en étant enfoncé si loin dans la montagne. Le Roi reprit la parole en voyant le regard curieux que portait Kevin vers une sorte d’autel religieux, avec une statue blanche. Les Alhombriens n’étaient pas censés ne plus avoir foi en les Dieux ?

– C’est un des autels en hommage aux Sholiens, dit-il d’un ton respectueux et encore emplis de deuil. Ils ont été des voisins et alliés précieux. Nous avons bien hâte que les survivants puissent se rassembler derrière leur jeune reine et reconstituer sa force d’autrefois.

Oh… Quand il évoquait leur « jeune reine », ils parlaient de Kira ?! Mais… Elle était dorénavant la pupille du Roi d’Émeraude, élevée sous sa tutelle depuis sept ans, c’était de lui dont elle devra hériter. Elle devait de toute manière rester en sécurité là-bas jusqu’à la naissance du Porteur de Lumière, ce qui pouvait encore prendre des années et des années, en plus de celles nécessaires pour l’éduquer et l’entraîner. Kira était donc tout sauf destinée à quitter le royaume d’Émeraude avant l’âge adulte et sans doute avant ses trente ou quarante ans, il était improbable qu’elle puisse un jour réunir les Sholiens et les gouverner pour reformer son royaume de naissance. Elle ne pouvait pas être… Même si il était certes plus légitime qu’elle soit considérée avant tout comme une princesse Sholienne que comme une princesse d’Émeraude, elle n’en restait pas moins adoptée par Émeraude 1er et son peuple. Il ouvrait la bouche pour souligner ce point lorsque le capitaine mauve le devança, avançant un tout autre problème auquel Wellan n’avait pas pensé, que la petite puisse tout simplement être complètement rejetée par le peuple d’Émeraude à cause de la couleur de sa peau et de son statut d’hybride. Sauf que le peuple en question ignorait qu’elle était hybride. Une information que possédait le roi et qui ne le dérangeait pas le moins du monde.

– Elle est la future souveraine de Shola avant d’être pupille d’Émeraude, rappela le roi des Ombres avec douceur. C’est une enfant du Nord et son hybridité n’ôte rien à cela. Les Sholiens survivants attendent qu’elle soit assez âgée pour prendre la place qui lui revient. Shola saura se relever, une bataille a été perdue, pas la guerre. Garde confiance, mon ami.

Le chef des chevaliers tapota légèrement le pied au sol, tenant son verre sans y avoir encore trempé les lèvres. Il risquait d’y avoir là un certain conflit… Émeraude avait adoptée et éduquée l’enfant, en avait sa pupille, il la protégeait et l’avait désignée comme héritière légitime. De ce fait elle était donc liée à la couronne d’Émeraude. Cependant, les Sholiens survivants avaient aussi la légitimité de clamer que la petite était la fille de la Reine Fan, née à Shola et seule héritière du trône, et cette fois, une héritière de sang, non pas une pupille. Le droit du sang pouvait prévaloir sur le droit d’adoption, si jamais cette affaire en arrivait là… Il n’écouta pas ce que rajouta la reine, trop occupé à imaginer les nouveaux problèmes qui pourraient leur retomber dessus si les Sholiens réclamaient leur reine alors que ladite future reine,à cause de la prophétie, de son adoption et de son rôle dans la guerre, ne pouvait pas quitter le royaume d’Émeraude. Voilà qui promettaient de futures années particulièrement tendues… Ils ne pouvaient pas non plus prédire les réactions de Kira, si son allégeance ira vers son peuple d’adoption ou son peuple de naissance.

Son attention revint lorsque la vieille femme mentionna enfin nom, sur le sorcier qu’ils recherchaient, celui qui avait enlevé Santo. Un certain Fréhor de Nomicant, membre d’une Confrérie du Vent, dont Wellan n’avait jamais entendu parler non plus. Cela dit, avec les très nombreuses découvertes de ces derniers jours, à la fois sur Amecareth et leur propre continent, ils ne devraient même pas s’en étonner. Le sentiment de ne presque rien connaître de leurs terres et de leur Histoire était extrêmement désagréable et gênant, comme s’ils vivaient et défendaient un territoire dont ils ne connaissaient presque rien et n’avaient même pas vraiment de droits à y habiter. La sorcière déclara ensuite qu’elle ne pourrait pas tenir la mesure contre Nomicant, qu’il fallait l’aide d’un autre sorcier, plus jeune et capable de tenir la secousse. De son côté, le Roi des Ombres eut un air pensif un instant puis tourna la tête vers son capitaine mauve, si semblable à Kira, lequel lui renvoyant un regard presque indigné. Wellan y vit surtout un manque total de respect pour son souverain, obéir à ce dernier était pourtant une base ! A moins que ce ne soit inscrit dans les gênes des hybrides comme eux de refuser toute autorité ? La question se posait sincèrement.

– Dis-moi… Tu fais parti des personnes qui ont les pouvoirs les plus puissants, ici.

– Tu veux que je les accompagne ? Et pourquoi ? Pourquoi accepter d’aider des types nous traitant comme des démons ? Des types qui ont laissé les Sholiens être isolés puis massacrés sans lever le petit doigt ?

– Car c’est le Roi d’Émeraude qui soigne en ce moment votre princesse. Et nous avons effectivement une faible ouverture pour créer des échanges entre notre contrée et les autres. Tu étais au massacre, Alyas, tu sais de quoi les troupes d’Amecareth sont capables et tu y as survécu. Si tu as la possibilité de combattre les alliés de l’Empereur, pourquoi ne pas le faire ? De plus, l’enfant est, techniquement, ta demi-sœur, cela fait une raison de plus d’agir, même à distance, pour la protéger. Je ne t’en donnerai pas l’ordre, tu le sais, tu n’es pas un de mes sujets. Je te le demande en tant qu’ami.

Oh, autant pour lui. Cet homme était donc Sholien, pas Alhombrien, et connaissait visiblement le Roi depuis assez longtemps pour être considéré comme un de ses proches. Cependant, même s’il était Sholien, il vivait au royaume des Ombres, travaillait pour son Roi, il serait donc naturel qu’on attende de lui la même obéissance que les natifs du royaume, c’était une question de respect, ami ou pas ami. Wellan tenait beaucoup à ce genre de principes et au respect de la hiérarchie, y voyant des valeurs sûres et fortes, assez chères, des valeurs fondatrices dans n’importe quelle société. Ce n’est qu’après cette légère crispation qu’il réfléchit aux autres paroles du Roi. Comment ce type avait-il pu survivre à cette nuit de massacre, par quoi était-il traversé, qu’avait-il vu et comment s’était-il donc défendu ? Ces données étaient cruciales pour eux, dans leur guerre contre les dragons, car on soulevait là un point important : des hommes et femmes avaient pu combattre les dragons sans pièges, sans préparation, la plupart sans même des armes. Il existait donc bien d’autres techniques que les chevaliers et les différentes populations devaient connaître pour se préparer aux mieux aux futures attaques. Avoir devant soi un survivant de cette nuit affreuse n’était pas rien.

Le capitaine ne répondit pas tout de suite, apparemment plongé en pleine réflexion, et ce fut l’Elfe Noire qui brisa le petit silence qui s’était installé en éclatant de rire, faisant légèrement tressaillir Wellan qui ne s’y attendait pas. Même ce rire ne la rendait pas plus sereine à côtoyer, d’autant plus lorsqu’elle se bougea d’un pas en avant en faisant littéralement bouger les ombres de la pièce avec elle. Nogait avait même émit un gémissement discret et avait reculé sur son siège, tout sauf rassuré. Wellan lui envoya une vague d’apaisement en l’incitant par pensées à rester calme, il n’avait rien à craindre. Cette femme était simplement un peu… Très… Elle était très effrayante et ne pouvait décemment pas inspirer la moindre confiance. Wellan n’aimait guère les Elfes de façon générale, par contre, il devait s’avouer soulagé que tous ne soient pas comme cette femme. Si c’était le cas, personne n’oserait approcher les frontières de leur royaume à des kilomètres à la ronde et des guerres violentes auraient sans doute éclatées bien des fois. Les Elfes normaux provoquaient déjà des tensions et rejets à la limite des guerres, alors autant dire qu’avec des Elfes Noirs… Par ailleurs, même en unissant toutes leurs armées, ce ne serait sans doute pas un combat que les humains pourraient avoir une chance d’emporter.

– Permettez-moi de les accompagner également, majesté, s’inclina-t-elle. Alyas n’osera pas refuser et il faut bien une personne pour veiller sur lui, comme il est du genre à foncer dans le tas.

– Regardez qui parle, siffla le capitaine mauve d’un ton exaspéré, où perçait toutefois son amusement.

– Je t’ai vu sauter sur le dos d’un dragon fou de rage pour lui planter ton poignard dans les yeux, ce n’était donc pas foncer dans le tas ?

Il avait fait quoi … ? Wellan se rappela les énormes dragons adultes qu’ils avaient affronté puis imagina ensuite ses hommes parvenir à sauter sur l’un d’eux pour lui crever les yeux, pâlissant un peu au passage. Quand il avait pensé à de nouvelles techniques de combat, c’était toujours en incluant des armes, des épées, des poignards, des flèches ! Il n’avait pas songé une seule seconde à ce qu’un homme puisse grimper sur une de ces bêtes de cauchemar pour l’affronter. A mois que cet homme, Alyas donc, n’était capable de ça que par son statut d’hybride, qui lui conférait une force et des réflexes bien plus sérieux que ceux des humains ? L’Elfe Noire se mouva ensuite pour embrasser le capitaine sur les lèvres, doucement, informant ainsi le petit groupe que ces deux-là formaient un couple. Un hybride mauve et une démone, charmant. Il partit ensuite, après avoir déclaré qu’ils s’en iront dès la lever du jour. Très bien. Wellan hocha la tête vers lui pour le remercier avant qu’il ne quitte la pièce, reportant son attention sur le roi. Parallèlement, Wellan nota mentalement et rapidement les questions qu’il aura à poser à cet Alyas, s’il en avait l’occasion.

– Que venait faire votre ami dans ce royaume, à la base ?

– Il avait ressenti une présence étrange et très liée au mal, son devoir lui intimait de se rendre au-delà de la frontière pour vérifier ce qui se passait.

Le roi hocha la tête avec lenteur, un air pensif sur le visage, puis répondit que chacun avait ses propres devoirs et les dangers qui les accompagnait, le tout était de s’arranger pour ne pas mourir dès la plus tendre enfance. Un instant plus tard, l’Elfe Noire avança de nouveau et s’inclina, saluant le roi et la reine avant de sortir à son tour.

– Dites-moi, majesté… Comment se fait-il qu’il y ait autant d’hybrides à vivre près des humains ? Cela ne créé jamais de tensions ?

– Oh, si, très souvent, mais ça ne vire jamais en bataille rangée ou pire, lorsqu’un conflit survient, il existe beaucoup de moyens pour le régler, c’est dû, la plupart du temps, à une incompréhension entre les cultures ou façons de vivre. Et pourquoi ici, car c’est sur le principe de l’égalité et de l’acceptation de tous que notre territoire a été fondé. Le premier roi avait beaucoup voyagé et exploré les différents continents avec le fondateur du royaume de Shola, lui aussi très grand explorateur. Chacun revenu chez soit, notre fondateur a décrété que ces terres seront les terres d’accueil de ceux qui n’ont nulle part où aller. Peu importe la race, l’espèce, l’âge, les pouvoirs, l’apparence ou les convictions. Concernant les humains, notre race n’est plus « pure ». Depuis toujours, les humains se mêlent à d’autres espèces et une très grande majorité d’humains de ce royaume ont une part de sang Elfe, entre autre. L’apparence n’est pas un critère suffisant pour définir qui est quoi.

Cela, on s’en doutait… C’était assez incroyable… Se reprenant, Wellan redéfinit d’un autre moment avec le Roi pour les termes de leur accord, ils se reverront après le sauvetage de Santo. Suite à cela, les chevaliers prirent congé et furent conduit par un serviteur discret jusqu’à une grande pièce avec plusieurs lits où ils pourront passer le reste de la nuit. Un petit peu de repos ne fera de mal à personne, surtout aux enfants qui tenaient à peine sur leurs jambes. Aucun n’avait plus le sentiment d’être toujours sur Enkidiev, tant ce royaume était à part et hors norme. Même le royaume de Shola, qui avait eu de grosses différences avec les autres contrées du continent, n’en était finalement pas si éloigné par rapport avec ce qui se passait ici. Wellan se rapprocha de son jeune écuyer en le voyant s’endormir sur place, puis l’aida à se défaire de ses bottes et de sa ceinture avant de l’inciter à se coucher comme ça, ce sera très bien. Tirant une petite couverture pliée au bout du lit, il en recouvrit Cameron et lui souhaita une bonne nuit, n’étant toutefois pas sûr que l’enfant l’ait entendu avant de plonger dans le sommeil.

Autour d’eux, tout le monde fit la même chose, ne prenant pas la peine de se déshabiller entièrement, chacun s’endormant rapidement dans son coin, les enfants en premier. L’écuyer de Jasson s’était lui aussi effondré contre son oreiller les yeux fermés sans perdre un instant. Après une aussi longue chevauchée à un rythme soutenu, le stress émanant de cette contrée et tout ce qu’ils avaient vu et entendu, il n’y avait rien d’étonnant dans tout cela. Ceci dit, Wellan était tout de même fier de voir que les enfants ne se laissaient pas ronger par l’angoisse ou la peur, ils avaient le cœur ouvert et acceptaient souvent mieux tout ce qu’ils voyaient que les adultes. Le chef des chevaliers s’assit à son tour au bord du lit, lui-même ayant l’esprit trop agité pour céder au sommeil. Il ne cessait de se demander si Santo allait bien, dans quel état ils allaient le retrouver, mais aussi comment un tel royaume pouvait exister, tant de races différences coexister en paix, pourquoi le Magicien de Cristal ne leur en avait jamais parlé une seule fois… En supposant, bien sûr, qu’il soit au courant… Étant donné que ce royaume n’avait plus de lien réel avec les Dieux, il ne devait plus en avoir non plus avec leurs serviteurs Immortels.

La nuit fut très courte et assez agitée, néanmoins, Wellan se réveilla en forme avec une volonté marquée. Ils allaient retrouver Santo aujourd’hui et détruire le sorcier qui l’avait enlevé, cette seule idée lui donnait un fort baume au cœur. Après s’être rapidement purifiés et sa prière quotidienne à la déesse Théandras, Wellan rejoignit ses hommes et leurs écuyers dans le hall de la veille, où ils étaient arrivés, là où des palefreniers avaient conduits leurs chevaux. Leurs deux guides vinrent également les y retrouver. Si le capitaine mauve portait lui aussi une cape contre le froid, des gants, une armure, ainsi qu’un arc et une épée, sa compagne, elle, était toujours vêtue d’une robe fine, longue et très simple, ne la protégeant absolument pas et n’avait pas non plus d’armes. Le chevalier crut qu’elle avait changé d’avis et ne les accompagnait plus, surtout en voyant qu’il n’y avait pas de cheval prévu pour elle. Bah, peu importe. Il grimpa à cheval après avoir enfilé ses propres gants, redressant la tête lorsque les lourdes portes de pierre furent ouvertes, laissant entrer de puissants vents glacés et violents. Toute la petite troupe s’élança aussitôt.

C’est à ce moment-là que Wellan réalisa que non seulement l’Elfe Noire les accompagnait bel et bien, désarmée et quasiment pas couverte, mais qu’en plus, elle courait à côté d’eux à la même allure que leurs chevaux, voire bien plus vite lorsqu’elle partait au-devant d’eux, sans sembler essoufflée ou contrite par l’effort. La stupeur lui arracha une brève exclamation étouffée puis il se reprit. Ils ne savaient rien de sa race, c’était sans doute ordinaire, pour elle. Alyas ne parlait pas plus que sa femme, les guidant avec un air concentré, concentré sur des flux de sorcellerie dont eux-mêmes ne pouvaient pas percer la signification. Ils tournèrent assez brusquement vers l’Est, une vingtaine de minutes après le début de la chevauchée, traversant une immense lande fouettée par le vent et entourés de toutes parts par de hautes montagnes. La vallée où ils évoluaient n’étaient qu’à peine éclairée par le soleil, dévoilant parfois de rares animaux et des centaines de petits buissons oscillant entre le rouge, l’orange, le marron et le fauve. Leur guide les amena aux pieds d’un mont immense, recouvert de neige, au sein d’une chaîne de montagnes moins imposante que celles qui l’entourait, puis sauta à terre, se débarrassant de sa cape, son écharpe et ses gants.

– Je pars en éclaireur, annonça-t-il.

Il se mit aussitôt à grimper le flanc de la montagne à l’aide de ses griffes, de la même façon que procédait Kira sur la tour du château, comme il l’avait vu une fois. Wellan le suivit du regard un long moment, sondant les environs. Ils ne pouvaient rien repérer, sinon les flux puissants de la sorcellerie… Il s’écoula un long moment, personne ne bougeait ou ne parlait, sinon parfois pour ne pas s’engourdir à cause du froid. Ils avaient eux aussi mit pied à terre, attendant le retour de Alyas. Le chef des chevaliers sentait l’impatience le brûler de plus en plus, faisant les cents pas dans l’herbe basse et craquante, lorsque leur guide revint enfin. Il descendit avec rapidité puis sauta à terre, Wellan lui demandant aussitôt ce qu’il avait vu, si Santo était bel et bien là et ce qu’ils devront affronter. Leur guide mauve hocha la tête en jetant un regard derrière lui, vers les sommets, puis se frottant un peu la main, qui crépitèrent un bref instant.

– J’ai pu voir votre ami, répondit-il, provoquant une grosse vague de soulagement chez les membres de l’Ordre. Peut-être conscient, je n’ai pas eu le temps de bien regarder, en tout cas il respirait. Il est dans une cellule, au beau milieu des quartiers de la Confrérie. Je pensais qu’il serait simplement dans une des planques de Fréhor de Nomicant… ça va poser problème. On peut se défendre contre un seul sorcier, même celui-là, par contre, avec simplement vous, Vélina et moi, ça ne suffira jamais pour s’en sortir contre eux. Déjà, rentrer en force est impossible, il faut y aller par la ruse.

Le soldat tapota du pied, plongé en pleine réflexion, sourcils froncés. Il ajouta d’un ton sombre que lui et sa femme étaient déjà connus des membres de cette fameuse Confrérie, pour les avoir affronté plus d’une fois, ils se feraient aussitôt repérés et cela déclencherait une bataille rangée. Autrement dit, très mauvais plan, sachant que Santo pouvait servir d’otage. Exaspéré et un peu désespéré, Wellan continua de marcher de long en large en cherchant une solution valable, énonçant parfois des idées à voix hautes, toutes refusées après réflexion, ce qui n’allégea guère son humeur. Santo risquait sa vie, là-dedans ! Il était à la merci de toute une troupe de sorciers ! Déjà, pour commencer, pourquoi le gardaient-ils en vie, que voulaient-ils faire de lui ? Et s’ils s’amusaient à tester sur lui des sorts ou des potions ? Leur frère avait-il une chance de s’en tirer ou était-il déjà condamné ? S’empressant de chasser cette horrible pensée de sa tête, Wellan continua plutôt de réfléchir à leurs moyens, se frottant un peu les tempes. L’Elfe Noire les interrompit à un moment pour pousser tout le monde à se mettre à couvert, à l’entrée d’une petite grotte au pied de la montagne.

– C’est quoi cette Confrérie ? grogna Wellan en luttant pour ne pas éclater de rage et de désespoir. Qui sont-ils, qui est le type qui a enlevé Santo et pourquoi ?! Vous allez finir par nous le dire ?!

Nogait émit un murmure pour l’inciter à se calmer, tout en lui envoyant une vague d’apaisement. Wellan tressaillit un peu puis rit une profonde inspiration, les poings serrés. Rester calme alors que son meilleur ami était coincé là-haut à souffrir, depuis déjà des jours, c’était plus qu’il ne lui en fallait pour craquer. Déjà émotif de base, Wellan n’en avait que plus de mal à contrôler sa colère et ses emportements lorsqu’un roche était en danger ou en pleine souffrance, éprouvant un besoin viscéral de l’aider et le protéger. C’était son rôle depuis toujours, même lorsqu’ils étaient enfants au château, c’était toujours lui qui allait vers ses frères et sa sœur pour les consoler, les protéger, veiller sur eux, et déjà les diriger. Alyas, lui, n’avait rien relever ni fait de remarque sur sa colère, appuyé contre la paroi, les bras croisés, dans un détachement apparent qui faillit faire bondir Wellan de nouveau.

– La Confrérie du Vent est un rassemblement d’hommes, de femmes, de vieillards et même d’enfants, issus des trois royaumes du Nord et parfois des autres royaumes du continent, y compris de ce que vous appelez la Forêt Interdite, au Sud-Est. Ses membres sont soit des personnes désabusées ne comptant plus sur le soutien des Dieux envers les hommes, soit des faibles en quête de pouvoir et puissance, soit des personnes rejetées de tous ayant trouvé dans la Confrérie une nouvelle raison de vivre, un asile. Ils pratiquent la sorcellerie et l’enseignent aux plus jeunes. Leurs motivations sont toujours restées très obscures, même pour nous, on ignore ce qu’ils veulent exactement.

Voilà qui n’aidait pas à être rassuré… Une Confrérie dont ils n’avaient jamais entendu parler non plus, avec des membres sorciers et sorcières, ayant des motivations inconnues de tous. Parfait, vraiment, c’était parfait, une menace de plus à ajouter à la liste ! Alyas s’était brièvement interrompu pour soupirer, laissant entrevoir que lui aussi était très agacé par ce manque d’informations. S’il pensait et raisonnait comme un soldat, il devait voir de même le danger potentiel représenté par ce rassemblement.

– Quant à Nomicant, c’est un activiste. Un sorcier d’une puissance moyenne, qui a accepté de travailler pour Amecareth en échange de plus de pouvoirs. Il est rongé par la haine, le dépit, l’envie de vengeance… Lui, son objectif est clair. Détruire les Immortels et débarrasser tous les humains de l’influence néfaste des Dieux et leurs serviteurs, afin qu’ils soient libres et maîtres de leur destin. On sait qu’il est membre de cette Confrérie depuis pas mal d’années mais j’ignore s’il a des responsabilités là-dedans. Concrètement, on ne sait pas grand-chose d’eux, leur existence n’a été découverte qu’à cause de certains marioles comme Nomicant, qui ont laissé échapper des informations. Bref. Un moyen d’entrer puis d’aider les autres à s’infiltrer discrètement serait que l’un de vous se présente comme étant un nouvelle personne voulant rejoindre la Confrérie, par exemple… Il y a au moins une personne qui maîtrise un tantinet la sorcellerie, parmi vous ?

Un silence lui répondit, assez gêné aux entourloupes. Aucun d’entre eux, non… La sorcellerie était considérée comme extrêmement mauvaise, et l’était de toute manière, aucun magicien digne de ce nom n’enseignera les bases à son élève, même en les connaissant lui-même. C’était la sorcellerie qui avait détruit Shola, Zénor autrefois, qui les menaçait de toutes parts aujourd’hui, impossible que qui que ce soit ait pu songer à apprendre à la manier. L’Elfe Noire soupira à son tour et Alyas se massa un peu la tempe en tirant une petite grimace, marmonnant qu’ils pourraient user de la méthode plus bourrin, las, c’était tout sauf une bonne idée, ajoutant que lui-même n’avait déjà pu s’infiltrer que de façon brève et en devant partir vite avant que ses défenses pour masquer son aura magique ne soient brisées et qu’il soit repéré.

– Ils apprécient ceux et celles qui se détournent des lois des Dieux et des Hommes pour gagner leur liberté, ceux qui ont un caractère un peu rebelle, sinon.

Un caractère un peu rebelle ? Wellan ne put s’empêcher de lancer un regard vers Jasson, au même instant que Nogait et Kevin, peut-être même Chloé mais Wellan ne la vit pas, dans la pénombre. Il expliqua ensuite à Alyas que ça, ils avaient dans leurs rangs, Jasson était amoureux d’une Elfe. Vélina sourit puis ajouta qu’un couple mixte pourrait s’attirer la sympathie de la Confrérie, ça valait le coup d’essayer. Oui, sauf que son amie n’était pas là, ce que Wellan souligna d’un ton refroidi par la déception. Ils n’avaient pas assez de temps pour se permettre un autre voyage jusqu’au royaume des Elfes puis d’à la fois convaincre le Roi de laisser partir la jeune femme et convaincre l’amie de Jasson qu’elle devait venir risquer sa vie pour eux dans une Confrérie dont personne ne savait rien alors qu’elle ne devait rien et qu’il était connu que Wellan détestait les Elfes, pas de quoi les inciter à l’écouter. C’était une impasse de plus ! Il réfléchissait à une autre solution lorsque l’Elfe Noire fit craquer ses doigts, un air à la fois amusé et mauvais illuminant son visage.

– Oh, sourit encore Vélina de plus belle. Ça, ce n’est pas un problème. Je vais la kidnapper et je reviens.

Avant que quiconque n’aient eu le temps de protester ou dire quoi que ce soit, l’Elfe noire était partie en courant, laissant Wellan pantois. Non mais… Non, elle ne… Enfin ! Elle ne pouvait quand même pas faire ça ! Eh oh ! Il avait tendu la main par réflexe pour la retenir mais trop tard, leur guide avait déjà disparu et on ne ressentait même plus sa présence dans les alentours. Hum, voilà qui risquait de ne pas beaucoup plaire à Jasson… Même si c’était pour assurer la vie et la sécurité de Santo. Un silence lourd s’installa, seulement rompu par le capitaine mauve qui était occupé à sortir des vêtements de ce pays d’un sac, accroché à son cheval, pour les donner à Jasson en lui disant de se débarrasser de cette armure bien trop voyante et qu’il pouvait conserver ses armes. Lui n’avait pas l’air du tout perturbée que sa chère épouse soit partie agresser et enlever une autre Elfe, se comportant comme si tout ceci était parfaitement ordinaire. En attendant, ils furent un feu au fond de la petite grotte pour se réchauffer, discutant de la suite du plan avec Jasson et le garde, comment les choses allaient s’organiser. C’était extrêmement dangereux… Dire que sans cette altercation entre Santo et Monicant, aucun d’entre eux n’aurait jamais su pour cette Confrérie.

– Chloé, pourras-tu aider Jasson à calmer son amie, en cas de besoin ? chuchota-t-il discrètement. Comme tu la connais déjà...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Chloé d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 315
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancée
Ecuyer : Ariane

MessageSujet: Re: Visiteurs étrangers   Mar 13 Déc - 23:39

Ce Royaume était… particulier. Ce qui frappait surtout Chloé était l’intégration évidente des personnes « différentes », peu communes que l’on ne croise jamais à Emeraude ou dans les autres royaumes. Et elle comprenait pourquoi, malheureusement… Les mélanges, les races hybrides semblaient exister en majorité dans le Royaume des Ombres et toutes ces personnes seraient exclues chez eux. Trop différentes, trop bizarres, trop… effrayantes. C’était horrible à dire et à penser, mais Chloé ne pouvait le changer. En croisant le regard de certains habitants, elle était mal à l’aise. Et l’impression de ne pas être la bienvenue ici, avec ses frères d’arme, ne cessait de croître à mesure que le temps passait dans cette salle. Entre l’avertissement de la Dame de l’Alberta et ce Royaume, sans oublier ce que la jeune femme avait découvert chez les elfes au détour de longues recherches, autant dire qu’elle craignait les heures prochaines.

Le décor avait beau se vouloir chaleureux, ou somptueux, ou accueillant… Non, pas somptueux, cette pièce et ce château n’avaient rien à voir avec le château d’Emeraude mais quelque chose, ici, imposait un certain respect. C’était, à la fois, intimidant sans être oppressant grâce au confort qu’on leur fournissait pour cette longue discussion délicate. Mais les personnes présentes… Le roi, la reine, le soldat et ami du roi qui avait l’air très proche de ce dernier. Comme Kira, en plus âgé, beaucoup plus froid et distant. Il semblait également très dur et impitoyable mais Chloé supposait plus qu’autre chose, même si la discussion tendait vers cette hypothèse. Et l’Elfe Noire… Tous, ici, connaissaient l’aversion de Wellan pour les elfes. Comment ne pas être, d’emblée, plus tendus et sur le qui-vive pour réagir au moindre dérapage ? Ils avaient confiance en leur chef, bien entendu, mais l’amour pousse à des actes irraisonnés. Ils en avaient eu la preuve encore récemment. Ne buvant dans son verre que pour ne pas froisser leur hôte, la jeune femme restait silencieuse tout en laissant Wellan parler avec le roi, Alyas et la Dame de l’Alberta.

Roi – Que venait faire votre ami dans ce royaume, à la base ?

Wellan – Il avait ressenti une présence étrange et très liée au mal, son devoir lui intimait de se rendre au-delà de la frontière pour vérifier ce qui se passait.

Et, depuis, c’était le silence complet… Ils n’avaient eu que de rares nouvelles, dont les dernières remontaient à plusieurs jours déjà et ils savaient tous que leur frère d’arme n’était pas en bon état. Très loin de là. Le Royaume des Ombres était leur seule chance, ils devaient accepter de les aider, absolument, sinon ils auraient bien plus à déplorer qu’un frère, un ami et un proche. Avec cela, Alyas avait accepté sous la contrainte, restait à savoir s’il ferait vraiment ce qu’ils attendaient de lui ou non. L’Elfe Noire s’inclina avant de sortir, ce qui apaiserait peut-être Wellan. Au moins un peu.

Wellan – Dites-moi, majesté… Comment se fait-il qu’il y ait autant d’hybrides à vivre près des humains ? Cela ne créé jamais de tensions ?

Roi – Oh, si, très souvent, mais ça ne vire jamais en bataille rangée ou pire, lorsqu’un conflit survient, il existe beaucoup de moyens pour le régler, c’est dû, la plupart du temps, à une incompréhension entre les cultures ou façons de vivre. Et pourquoi ici, car c’est sur le principe de l’égalité et de l’acceptation de tous que notre territoire a été fondé. Le premier roi avait beaucoup voyagé et exploré les différents continents avec le fondateur du royaume de Shola, lui aussi très grand explorateur. Chacun revenu chez soi, notre fondateur a décrété que ces terres seront les terres d’accueil de ceux qui n’ont nulle part où aller. Peu importe la race, l’espèce, l’âge, les pouvoirs, l’apparence ou les convictions. Concernant les humains, notre race n’est plus « pure ». Depuis toujours, les humains se mêlent à d’autres espèces et une très grande majorité d’humains de ce royaume ont une part de sang Elfe, entre autre. L’apparence n’est pas un critère suffisant pour définir qui est quoi.

Ce qui n’était pas une mauvaise chose, selon Chloé. Au moins, ici, malgré les autres cultures et coutumes, les peuples semblaient s’accepter. Ils ne se rejetaient pas, même s’il existait des disputes mais ce n’était pas anormal. Après tout, même entre eux, chevaliers, des querelles éclataient de temps à autres lorsque la nervosité était plus importante ou lorsqu’un conflit les opposait. Ils étaient amis, oui, et bien plus, mais cela ne les empêchait pas de se disputer. Une relation sans dispute est fade et ne permet pas de se rapprocher, c’est aussi dans les difficultés que la solidarité fait ses preuves. Enfin… En tout cas, c’était le cas avec eux, chevaliers de la première génération. Chloé observait attentivement leurs écuyers, les voyant tous fatigués et prêts à dormir debout au moment où tous prirent congé du roi et de la reine.

Guidés jusqu’à une chambre où ils pourraient dormir et se reposer, la chevalier aida Ariane à se mettre au lit, veillant sur elle comme ses frères d’arme le faisaient avec leurs écuyers. Ils étaient fatigués, épuisés, vidés par ce long voyage et toutes les découvertes récentes. Mais Ariane n’avait pas bronché et semblait bien accuser le coup, très bien même, ce qui étonnait sincèrement Chloé. Elle était fière, fière de la voir si solide et aussi ouverte d’esprit malgré l’endroit où ils se trouvaient. Ils s’endormirent tous, plus ou moins, Chloé se doutant que ses frères ne dormaient sûrement que d’une oreille. Elle-même ne cessait de penser à ce qui allait se passer le lendemain, à l’état dans lequel ils allaient retrouver Santo, à la puissance du sorcier auquel ils allaient être confrontés… Elle essayait de dormir, de se reposer, mais la jeune femme ne put fermer l’œil que durant quelques heures. Par chance, ses années d’entraînement lui permettaient de ne pas être fatiguée et d’être aussi alerte que de coutume.

Se levant, Chloé réveilla Ariane et elles se préparèrent pour la longue journée qui les attendait. Elle la mit en garde, lui disant de faire bien attention et de rester tout le temps près d’elle, de ne jamais se détacher du groupe et de dire si le moindre élément la perturbait. Elle devait être concentrée et le rester, ce n’était pas une balade mais bien une intrusion en terres hostiles et inconnues. Aujourd’hui, plus que jamais, Ariane devait écouter la jeune femme à la lettre et immédiatement. Sans culpabiliser si jamais Chloé lui intimait l’ordre de fuir à toutes jambes. En tant que chevaliers, ils étaient préparés à cette éventualité. S’il y avait un problème, il fallait que quelqu’un prévienne le Royaume d’Emeraude. Elle préférait prévenir son écuyer de cette éventualité pour éviter la même scène qu’avec Santo lorsqu’il avait renvoyé son propre écuyer. Inutile qu’elle culpabilise, regrette son geste ou hésite à fuir. C’était plus important que n’importe quoi d’autre, ils étaient la future génération, pas eux.

Chloé – Retiens que rien ne sera de ta faute, quoi qu’il arrive, lui dit-elle en posant une main sur son épaule.

A présent, en route ! Après avoir rejoint les autres et grimpé sur les chevaux, Chloé lança un regard à son écuyer et à ses frères pour « prendre la température ». Nul doute que tous étaient tendus par la situation… Alyas, leur guide, les rejoignit également et semblait prêt à accomplir sa mission même s’il ne la faisait, visiblement, pas de bon cœur. Sa femme, quant à elle, avait peut-être changé d’avis vu sa tenue. Pas d’arme, des vêtements très légers, rien qui évoque un long départ en tout cas. Ou pas… Dès qu’ils se mirent à avancer, quittant le château et le village, Chloé remarqua que l’Elfe Noire les suivait. Et pas n’importe comment, non : à pieds. A pieds ! Croyant halluciner, la jeune femme dut regarder par deux fois vers sa direction pour se convaincre de ce qu’elle voyait. La femme d’Alyas n’était pas essoufflée, ne montrait aucun signe de fatigue, rien. Elle courait comme eux évoqueraient la magie la plus simple : sans aucun effort important. C’était, à la fois, frustrant, effrayant et impressionnant. Comment faisait-elle cela… ?

Cependant, cette chose inhabituelle fut rapidement déclassée pour un autre sujet bien plus important. Après un court moment de chevauchée, ils se retrouvèrent tous à découvert, dans une lande qui ne leur fournissait aucune cachette, aucun repli. Pire encore, il y avait énormément de vent, vent qui pouvait les trahir et les annoncer à des kilomètres à la ronde. La magie, de plus en plus présente, n’aidait pas à se concentrer et tous se fièrent rapidement au jugement d’Alyas et de sa femme qui ne parlaient pas. Ils guidaient sérieusement, ne se laissant distraire par aucun élément extérieur, complètement indifférents au vent ou à l’endroit annonciateur de dangers qu’ils parcouraient. Au bout d’un long moment, cependant, ils arrivèrent enfin au pied d’un mont immense qui s’élevait, menaçant, au sein d’une chaîne de montagnes plus oppressante encore. Ou peut-être était-ce seulement parce que Chloé savait ce qui s’était passé dans le coin, les risques qu’ils prenaient en venant ici ? Objectivement, celle-ci était moins grande et grosse que les autres qui la surplombaient largement, mais… « mais ».

Alyas – Je pars en éclaireur, annonça-t-il.

Et ils patientèrent. Encore. Encore. Et encore. Pied à terre, le temps semblait bien plus long que lorsqu’ils chevauchaient tout le pays, ayant une occupation, des pensées à restreindre, la concentration à décupler. Ici, ils devaient attendre patiemment, encore, tout en étant dans l’incertitude la plus complète par rapport à la survie de leur frère. Comment allait-il ? Était-il toujours vivant ? Dans quel état ? Où était-il ? Comment le récupérer ? Autant de questions sans réponse qui les mettaient dans un état de nervosité croissante, leurs nerfs subissant les contrecoups de l’inquiétude qui ne cessait de monter d’un cran jour après jour depuis l’enlèvement de Santo. Surveillant du coin de l’œil Ariane, Chloé s’assura qu’elle allait bien et que le stress ne la rendait pas inapte à les aider ou à fuir au cas où. Ils étaient en territoires ennemis, ce sur quoi elle insista lors des rares échanges qu’elle eut avec la petite entre deux montées de stress. Quand allait-il redescendre ? Était-ce normal, qu’il prenne tout ce temps ?

Fort heureusement, Alyas finit par revenir. Pour apporter de mauvaises nouvelles. Enfin… En partie. Santo était toujours en vie, ce qui ôtait un poids considérable de leurs épaules et contribua à faire baisser le stress de plusieurs crans. Tout allait bien, très bien, il était en vie et devrait donc le rester encore longtemps. Sinon, pourquoi le serait-il aujourd’hui ? Après autant de jours, la mort était plus probable. Le sorcier devait avoir d’autres projets pour son prisonnier, même si les imaginer faisait froid dans le dos. Elle préférait se focaliser sur un seul et unique élément : Santo était en vie. Ils devaient le faire sortir. Ce qui s’annonçait être très difficile… Après s’être mis à couvert, écoutant la femme d’Alyas pour aller dans une grotte formée grâce aux nombreuses cavités des montagnes, Alyas leur expliqua ce qu’était cette fameuse Confrérie du Vent. Non sans y être forcé… Wellan en colère devait intimider, apparemment, parce qu’il n’avait pas fallu beaucoup d’arguments supplémentaire pour inciter l’hybride à leur expliquer ce qui se passait, ce qu’ils cachaient.

Alyas – La Confrérie du Vent est un rassemblement d’hommes, de femmes, de vieillards et même d’enfants, issus des trois royaumes du Nord et parfois des autres royaumes du continent, y compris de ce que vous appelez la Forêt Interdite, au Sud-Est. Ses membres sont soit des personnes désabusées ne comptant plus sur le soutien des Dieux envers les hommes, soit des faibles en quête de pouvoir et puissance, soit des personnes rejetées de tous ayant trouvé dans la Confrérie une nouvelle raison de vivre, un asile. Ils pratiquent la sorcellerie et l’enseignent aux plus jeunes. Leurs motivations sont toujours restées très obscures, même pour nous, on ignore ce qu’ils veulent exactement.

D’accord… Très rassurant. En gros, c’était un groupe de rebelles avec des pouvoirs qui devaient sûrement penser que rien ne leur était interdit à propos de la magie. Soit ils l’utilisaient pour se venger de ce qu’on leur avait pris – au sens figuré, bien sûr –, soit ils se prenaient pour des dieux à peu de choses près. Quel groupe sympathique et agréable, cela donnait envie d’aller leur dire un petit bonjour bien épicé avec quelques armes en guise de cadeau. Et sinon, il avait une autre mauvaise nouvelle à balancer, tant qu’ils y étaient ? Si Santo était retenu par des types aussi tordus, il fallait se bouger ! Et vite ! Qu’attendait-il ? Ils devaient réfléchir à une stratégie, mettre un plan au point rapidement maintenant qu’ils connaissaient les personnes qu’ils avaient en face. Ils savaient qui ils étaient, ayant davantage d’informations que s’ils étaient restés chez eux à patienter bêtement.

Mais, curieusement, les autres ne semblaient pas être plus enclins que cela à agir. D’accord, c’est vrai, ne pas connaître les motivations de ce groupe était dangereux et ne présageait rien de bon. Mais ce n’était pas une raison pour se laisser découragé, pas après avoir accompli tout cela, pas après avoir remué ciel et terre pour arriver jusqu’ici. Ils les avaient trouvés. C’était déjà une avancée, non ? Au moins une petite, une toute petite, Chloé s’obligeait à rester optimiste pour les autres qui rencontraient, visiblement, un obstacle de taille. Elle-même envisageait les solutions possibles, les différentes manières d’agir et d’entrer pour récupérer Santo malgré leur sous-nombre. Observant la montagne et les alentours, elle essayait de trouver un plan d’attaque, des indices sur d’autres sorties secrètes, etc.

Jusqu’à ce qu’Alyas pose la question. Cette question à laquelle Chloé avait déjà dû répondre, annonçant que non, ils ne maîtrisaient pas la sorcellerie, qu’elle était interdite et formellement écartée de leur apprentissage à Emeraude. Ils ne pouvaient pas, n’en avaient jamais eu envie et ne le feraient probablement jamais. Même si, pour l’instant, cela représentait un obstacle avec le fait que leurs seuls sorciers ne puissent pas entrer parce qu’ils étaient déjà connus de la Confrérie. Ils devaient s’infiltrer, c’était la seule solution. Mais comment ? Eux-mêmes ne tromperaient jamais la Confrérie… Et s’ils étaient en sous-nombre, il leur fallait être très prudents. D’autant plus avec un otage à l’intérieur, prisonnier et sûrement très bien gardé.

Alyas – Ils apprécient ceux et celles qui se détournent des lois des Dieux et des Hommes pour gagner leur liberté, ceux qui ont un caractère un peu rebelle, sinon.

Chloé n’eut même pas besoin de regarder Wellan pour deviner qu’il avait visé Jasson sans le moindre scrupule. Avant qu’elle ne dise quoi que ce soit, il expliqua à Alyas qu’ils avaient des personnes qui pouvaient faire l’affaire, Jasson et une Elfe dont il était amoureux. La jeune femme détourna brièvement la tête, sentant très mal la suite des événements, voyant déjà ce qui se profilait avant même qu’ils n’en parlent. Un couple mixte qui souhaitait vivre ensemble, quoi de mieux pour attirer la Confrérie dans leur piège ? Même si Jasson ne maîtrisait pas la sorcellerie, ils n’y prêteraient probablement pas attention. Le seul problème était qu’Aveleen était loin, très loin, et peut-être était-ce là la seule échappatoire pour leur frère d’arme. Et puis, il y avait aussi le « détail » de risquer sa vie… Jasson n’accepterait pas, le Roi des Elfes non plus. Encore une impasse. Jusqu’à ce que l’Elfe Noire fasse craquer ses doigts, un air malveillant illuminant ses traits sans qu’aucun ne comprenne ce qu’elle projetait de faire.

Vélina – Oh, sourit encore Vélina de plus belle. Ça, ce n’est pas un problème. Je vais la kidnapper et je reviens.

… Pardon ?! Chloé avait bien entendu, là ?! La jeune chevalier resta immobile un moment, choquée, ignorant si elle avait rêvé ou non ce qu’elle venait d’entendre tandis que l’Elfe Noire repartait à toutes jambes pour enlever Aveleen. La kidnapper… Mais c’était de la folie ! Et Alyas, lui, ne semblait pas plus perturbé que cela, demandant à Jasson de laisser son armure pour passer inaperçu lorsqu’il pénétrerait dans la forteresse. Chloé le surveilla du coin de l’œil, s’attendant à le voir craquer ou hurler à tout moment, riposter, dire quelque chose. Il devait être plus tendu que jamais et elle préférait éviter de penser à la colère qu’il ressentait, ou à la peur, ou… Bref, un mélange de sentiments contradictoires et forts contre lesquels eux-mêmes ne pouvaient absolument rien faire. Evidemment, qu’il était mal ! Ce n’est que lorsqu’ils firent un feu pour se réchauffer et préparer le reste du plan que Chloé sonda un peu plus Jasson, craignant le pire.

Wellan – Chloé, pourras-tu aider Jasson à calmer son amie, en cas de besoin ? chuchota-t-il discrètement. Comme tu la connais déjà...

Chloé – La connaître est un grand mot… Et il faut d’abord s’assurer de la coopération de Jasson, il est en infériorité pour l’instant mais, dès qu’elle sera là…

Chloé avait murmuré aussi, discrètement, lançant un regard à Jasson qui était occupé à autre chose. Elle le sentait mal, très mal, et préférait parler d’abord à son ami avant d’envisager de calmer Aveleen. Ils n’y arriveraient jamais sans Jasson, et s’il décidait de ne pas le faire… C’était un gros risque, un danger de mort, quoi de plus logique ? Uniquement parce qu’ils s’aimaient. Il avait toutes les raisons de penser que c’était injuste, surtout que l’idée venait principalement de Wellan. Et ils connaissaient son aversion pour les Elfes… Même si, cela, Chloé prit bien garde à le dissimuler et à ne pas montrer ses pensées. Patientant encore un peu qu’ils terminent d’établir le plan d’infiltration et d’évasion de Santo, la jeune femme essaya d’aborder Jasson dès qu’elle le put, prise par le temps. Ils ignoraient combien de temps il fallait à Vélina pour rejoindre le Royaume des Fées, enlever Aveleen et revenir… Mieux valait ne pas prendre de risque et parer à toute éventualité.

Chloé – Comment tu te sens ? demanda-t-elle d’un ton prudent et doux. Je sais que ce plan ne te plaît pas mais… Tu sais que tu peux compter sur nous ? Nous avons… besoin de toi, pour Santo. Aveleen est quelqu’un de très bien, je le pense sincèrement. Est-ce que tu marches avec nous, pour ce plan ? Tu m’aideras à calmer Aveleen ? Est-ce que je dois éviter certains mots ou arguments ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jasson d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 159
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 26 ans
Situation marital : Amoureux
Ecuyer : Morgan

MessageSujet: Re: Visiteurs étrangers   Ven 27 Jan - 15:34

Wellan – C’est quoi cette Confrérie ? grogna Wellan en luttant pour ne pas éclater de rage et de désespoir. Qui sont-ils, qui est le type qui a enlevé Santo et pourquoi ?! Vous allez finir par nous le dire ?!

Il avait raison, ça suffit les mystères, il leur fallait du concret ! Même si ce type les détestait visiblement, il devait être plus clair que ça, au minimum leur dire tout ce qu’il savait de cette fameuse Confrérie, comment elle fonctionnait, qui en étaient les membres. Nogait réagit avant eux en essayant d’apaiser un peu leur chef, avec un maigre succès, pour éviter que la situation ne s’envenime encore plus. Leur guide à la peau mauve n’avait même pas sourcillé plus que ça devant la colère montante du chef des chevaliers, négligemment appuyé contre la paroi, les bras croisés. Ce n’est pas ça qui allait calmer Wellan… Leur frère était en danger de mort, aux mains de mystérieux kidnappeurs, et ils n’avaient pour guide qu’un homme hybride qui semblait s’en moquer complètement et sa femme, une Elfe Noire, qui avait tout d’une démone ou de l’une de ces créatures de cauchemar dont les légendes voulaient qu’elles vivent dans ce royaume. Jasson lui lançait de nombreux regards en travers, particulièrement mal à l’aise, les bras croisés. Il était habitué à l’aura des Elfes, sachant la reconnaître facilement, maintenant. Mais elle… Son aura était à la fois semblable et très éloignée, teintée d’une noirceur certaine et d’un froid dérangeant. Il ignorait ce que cette femme était, exactement, mais ça ne lui disait rien de bon, s’attendant même à ce qu’elle lasse d’eux à tout instant et les attaque.

Alyas – La Confrérie du Vent est un rassemblement d’hommes, de femmes, de vieillards et même d’enfants, issus des trois royaumes du Nord et parfois des autres royaumes du continent, y compris de ce que vous appelez la Forêt Interdite, au Sud-Est. Ses membres sont soit des personnes désabusées ne comptant plus sur le soutien des Dieux envers les hommes, soit des faibles en quête de pouvoir et puissance, soit des personnes rejetées de tous ayant trouvé dans la Confrérie une nouvelle raison de vivre, un asile. Ils pratiquent la sorcellerie et l’enseignent aux plus jeunes. Leurs motivations sont toujours restées très obscures, même pour nous, on ignore ce qu’ils veulent exactement.

Pourquoi aucun d’entre eux n’en avait-il jamais entendu parler ? Pourquoi n’y avait-il même aucune mention de cette Confrérie dans les livres, les rouleaux de parchemins ou les vieux grimoires ?! Même si elle rassemblait des personnes venues des royaumes nordiques ou des territoires inexplorés, comme la Forêt Interdite, il y aurait dû exister des traces, des indices subsistant dans les mémoires. Même leur guide était visiblement très agacé par le fait qu’ils en sachent si peu, inutile d’utiliser la magie pour le savoir, son air était assez parlant. Jasson passa une main dans ses cheveux en reprenant son souffle, l’autre main posée sur la garde du poignard accroché à sa ceinture, puis laissa retomber son bras en un geste à moitié désespéré. Comme s’il y avait vraiment besoin de se rajouter ainsi des problèmes ! Croisant le regard inquiet de son ancien apprenti, il fit l’effort d’au moins lui faire un sourire rassurant. Ils allaient récupérer Santo ! Même si cette histoire s’avérait bien plus compliquée que prévu, ils allaient le récupérer… En espérant qu’il n’aille pas trop mal. Le roi des Ombres leur avait déjà offert la possibilité de retourner dans la citadelle souterraine pour soigner leur ami et reprendre des forces, avant le long et difficile voyage de retour.

Alyas – Quant à Nomicant, c’est un activiste. Un sorcier d’une puissance moyenne, qui a accepté de travailler pour Amecareth en échange de plus de pouvoirs. Il est rongé par la haine, le dépit, l’envie de vengeance… Lui, son objectif est clair. Détruire les Immortels et débarrasser tous les humains de l’influence néfaste des Dieux et leurs serviteurs, afin qu’ils soient libres et maîtres de leur destin. On sait qu’il est membre de cette Confrérie depuis pas mal d’années mais j’ignore s’il a des responsabilités là-dedans. Concrètement, on ne sait pas grand-chose d’eux, leur existence n’a été découverte qu’à cause de certains marioles comme Nomicant, qui ont laissé échapper des informations. Bref. Un moyen d’entrer puis d’aider les autres à s’infiltrer discrètement serait que l’un de vous se présente comme étant un nouvelle personne voulant rejoindre la Confrérie, par exemple… Il y a au moins une personne qui maîtrise un tantinet la sorcellerie, parmi vous ?

Aucune chance pour cela… Leurs interlocuteurs pouvaient bien trouvez ça désolant, comment leur enseigner la pratique de cet « art » alors que c’était cela même qu’ils combattaient, ça qui avait détruit Shola et Zénor autrefois, ça qui les menaçait depuis des années ? Alyas ajouta d’un ton, plus sombre qu’il restait la méthode plus direct, autrement dit foncer dans le tas en espérant récupérer Santo au passage, avant de préciser que c’était tout autant une mauvaise idée et que lui-même n’avait pu s’infiltrer que brièvement, afin de ne pas être repéré. Donc ils repartaient à zéro. Jasson soupira un petit peu en regardant autour de lui, comme si l’ambiance générale pouvait donner des idées. La grotte où ils s’étaient abrités les protégeaient du vent mais pas du froid, un petit bruit persistant de goutte tombant une à une dans une grosse flaque au fond résonnait en écho contre les parois et quelques bestioles couraient ci et là au sol en cherchant des insectes à se mettre sous la dent. Un abri où personne de censé ne voudrait s’attarder, somme toute. Un silence assez gêné s’était abattu, personne n’avait l’air d’avoir une idée. Il croisa brièvement le regard de Kevin, qui avait posé la main sur l’épaule de son apprenti pour tenter de le rassurer un peu. Le sien, le jeune Morgan, restait lui aussi en retrait, très peu rassuré également. Jasson lui fit un petit sourire pour l'apaiser un peu, se rapprochant de lui en lui disant de ne pas s'inquiéter.

Alyas – Ils apprécient ceux et celles qui se détournent des lois des Dieux et des Hommes pour gagner leur liberté, ceux qui ont un caractère un peu rebelle, sinon.

Bizarre… Jasson se sentit brusquement visé par au moins trois ou quatre regards simultanés… Fermant les yeux une petite seconde, il soupira assez fort sans relever, écoutant simplement Wellan lancer qu’au moins, ils avaient ça, que son frère d’arme était amoureux d’une Elfe. Exact, cependant, quand bien même Aveleen accepterait de les aider alors que l’aversion de Wellan pour son peuple était bien connue, rien ne disait que son Roi, lui, consentira à la laisser partir pour ce royaume ! Sans oublier la longueur du trajet, entre la capitale du royaume Elfique et cette fichue grotte, Santo avait le temps d’avoir bien des ennuis. Ils n’allaient que perdre du temps, et ce temps, ils en avaient un besoin crucial pour trouver des solutions et sortir enfin leur frère de ce guêpier. Cependant, l’Elfe Noire se mit tout à coup à faire craquer ses doigts, affichant un sourire glacial et mauvais qui n’augurait strictement rien de bon. Ce ne serait pas de la paranoïa que d’envisager le pire, là, tout de suite ? Jasson se crispa un peu, se déplaçant d’un pas par pur instinct pour s’interposer entre elle et Morgan, juste au cas où. Il n’avait pas confiance, non, cette femme était tout sauf une Elfe ordinaire, il ne pouvait juste pas lui accorder la moindre petite once de confiance.

Vélina – Oh. Ça, ce n’est pas un problème. Je vais la kidnapper et je reviens.

Quoi... Quoi ? Quoi ?! Eh, stop, une minute ! Il fit un brusque pas en avant, mais l'Elfe Noire disparut tout à coup, aussi rapide qu'un courant d'air. Elle comptait vraiment aller enlever... Jasson envoya un regard furieux vers Wellan, qui n'avait sans doute pas pu s'empêcher de le viser, lui et Aveleen, hésitant à lui sortir une remarque acide, au milieu du silence très lourd qui s'était imposé. Silence brisé lorsqu'Alyas alla tirer des vêtements du Nord d'une des poches d'un sac, accroché à la selle de son cheval, puis vint les lui fourrer dans les bras en lui disant de se changer et laisser ici cette armure beaucoup trop voyante, ajoutant qu'il pouvait néanmoins garder ses armes. Hum... Jasson se retourna vers Morgan et lui dit d'aller rejoindre les autres pour l'instant, le temps qu'il se prépare, ajoutant qu'il ne devait pas s'inquiéter. En allant derrière un rocher, il vit ses compagnons se rassembler et construire un petit foyer pour y allumer un feu, tous assez gênés aux entourloupes. Que lui-même fasse tout son possible pour aider leur frère, c'était normal et tout à fait logique. En revanche, enlever comme ça une femme qui n'avait rien demandé et qui ne leur devait rien, non ! Laissant tomber son armure, il enleva aussi sa tunique verte, saisi brutalement par le froid avant d'enfiler les nouveaux habits. Il reboucla sa ceinture autour de sa taille, serrant la tunique marron, d'un tissu beaucoup plus chaud, bouclant ses armes puis remettant ses bottes. Le capitaine mauve lui fit signe d'approcher et de s'asseoir sur un rocher, Jasson s'exécutant sans comprendre puis sursautant en le sentant tirer un peu sur ses cheveux.

Jasson – Qu'est-ce que vous...

Alyas – Vous allez arrêter de bouger, un peu ?

L'hybride lui enleva la petite ficelle que Jasson utilisait pour attacher ses cheveux puis lui fit deux sortes de tresses discrètes, rattachées ensuite ensemble à l'arrière de la tête, laissant le reste flotter librement. Quand il eut fini, le chevalier le remercia en tâtonnant un peu pour vérifier ce que ça rendait. On aurait dit une coiffure dans un style Elfique. Se relevant, il alla rejoindre son apprenti pour s'assurer qu'il était bien plus rassuré, lui répétant qu'il devait prendre soin de ne jamais s'éloigner des autres et d'obéir aussitôt. Jasson le confiait à Nogait, son précédent apprenti, il sera plus rassuré en sachant qu'il prendra soin de Morgan durant son absence. Il se relevait quand il vit la mine de Chloé, l'incitant à venir un peu à l'écart. Oui ?

Chloé – Comment tu te sens ? demanda-t-elle d’un ton prudent et doux. Je sais que ce plan ne te plaît pas mais… Tu sais que tu peux compter sur nous ? Nous avons… besoin de toi, pour Santo. Aveleen est quelqu’un de très bien, je le pense sincèrement. Est-ce que tu marches avec nous, pour ce plan ? Tu m’aideras à calmer Aveleen ? Est-ce que je dois éviter certains mots ou arguments ?

Jasson – C'est logique que je fasse ça, soupira-t-il. Par contre, ça l'est moins d'enlever les gens comme ça. Je veux bien croire qu'elle est "juste une Elfe", pour vous, mais pour moi, elle représente plus que ça.

A quoi vouloir dissimuler ses sentiments, à présent, ils savaient tout, de toute façon, depuis qu'il s'était fait coincer dans la bibliothèque. Ils savaient aussi que c'était interdit, chez les deux peuples, que aider à régler cette situation les mettrait eux aussi dans l'illégalité. Jasson préféra ne pas dire ce qu'il avait vraiment sur le cœur, ce n'était pas le bon moment ni le lieu pour ça, et il voulait encore moins se disputer avec les autres devant leurs écuyers, il n'était pas question qu'ils croient ensuite qu'il existait des dissensions entre leurs maîtres. Il dit à Chloé de laisser tomber, qu'elle n'y était pour rien, retrouvant son calme. Penser à Santo d'abord et à la suite de cette opération de sauvetage. Il alla s'asseoir à nouveau près de Morgan et de Nogait, attendant. Kevin leva la tête à un moment pour demander au capitaine hybride combien de temps allait mettre sa femme pour aller au royaume des Elfes puis en revenir. Leur guide du jour marmonna "quelques heures", assis contre un gros rocher, les jambes étendues et loin du feu ronflant, comme s'il n'était pas plus sensible que ça au froid. Ils parlaient entre eux de cette confrérie, de ce qui pouvait pousser ces gens à se réunir ainsi et vivre dans ces montagnes, qui ils pouvaient bien être. La soirée avançait lorsqu'il y eut du mouvement à l'entrée de la caverne. Jasson se leva en voyant l'Elfe Noire de retour, portant Aveleen évanouie sur son épaule, aussi facilement que si la rouquine ne pesait rien du tout. Il fila aussitôt la récupérer pour l'allonger avec précaution près du feu, fronçant les sourcils en voyant une marque de coup à sa tempe, qui virait au violet.

Le capitaine hybride s'approcha d'un pas souffle puis s'accroupit, déposant la main sur la tempe de l'Elfe, une lumière violette jaillissant de ses mains, semblable à celle de Kira. Aveleen bougea faiblement l'instant d'après, ouvrant ses yeux marrons en cillant un peu, avec un faible gémissement. Jasson voulut l'aider mais elle se redressa toute seule en portant une main à sa tête en grimaçant, marmonnant quelque chose en Elfique dont il ne comprit pas un seul mot, ses connaissances dans cette langue étant encore trop limitées pour suivre. Néanmoins,s on ton était assez parlant à lui seul, tout comme la vague de colère que tous pouvaient ressentir chez elle, une colère plutôt étonnante pour un être de ce peuple. Elle se remit tout à coup très brutalement sur pieds et lança un poignard droit vers l'Elfe noire, tous les chevaliers et écuyers s'écartant d'un bloc, certains avec une exclamation de choc. Du calme ! Vélina esquiva tout aussi vite puis éclata de rire, insensible à ce que lui cracha Aveleen et qui devaient sans doute être des insultes gratinées. Chloé tenta à son tour de l'appeler, lui dire qu'elle ne risquait rien. Jasson s'avança très vite pour poser une main sur son épaule en l'incitant à se calmer, pas du tout aidé en remarquant que le capitaine mauve riait dans son coin, sans même prendre la peine de se cacher. Le cœur battant plus vite, il dit à la rouquine que l'Elfe Noire n'était pas leur ennemie, même si elle avait été brutale, qu'il y avait une bonne raison. Elle lui jeta en retour un regard parfaitement incrédule.

Aveleen – Pas notre ennemie ? s’étouffa-t-elle en hurlant. Pas notre ennemie ?! Elle et son peuple sont bien plus dangereux que toutes les armées d’Amecareth ! Et que fait-on ici ?! Qu’est-ce qu’on fiche dans une grotte ?

Ah, elle connaissait déjà les elfes Noirs, alors. Jasson inspira un grand coup et posa une seconde main sur son épaule, la poussant à se tourner complètement vers lui pour qu'il lui explique comment ils en étaient arrivés là et pourquoi Vélina était partie la kidnapper. Il prit le temps de tout lui expliquer correctement, même si le temps pressait, voulant avant tout apaiser n peu la situation, tout en envoyant régulièrement à son amie des vagues d'apaisement. A côté, le capitaine s'était enfin calmé, même si l'ironie se lisait encore très clairement sur son visage. C'est ça, oui, très amusant comme situation, en effet. Son amie se calma, restant tendue, mais plus sereine, comme à son habitude. Merci... Il lui sourit puis lui demanda si elle voulait les aider ou non, car quoi qu'en dise le monde entier, personne n'avait à la forcer de se jeter là-dedans. Elle réfléchit un instant puis hocha la tête, acceptant de les aider, provoquant une grosse vague de soulagement chez Jasson en cet instant précis. Il la remercia, jetant un regard en travers à l'Elfe Noire pour être bien sûr qu'elle restait à l'écart.

Jasson – Par où doit-on commencer ? demanda-t-il ensuite à Alyas. Il y a-t-il un endroit où nous pourrons tomber facilement sur des membres de cette Confrérie ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aveleen Eärfalas
Soldat
avatar

Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 45
Double-compte : Non
Âge in-RP : 74 ans
Situation marital : Amoureuse

MessageSujet: Re: Visiteurs étrangers   Mar 31 Jan - 22:42

Depuis l’annonce faite que des œufs de dragons avaient été disséminés un peu partout sur le continent après avoir été jetés dans les cours des fleuves, les différents royaumes étaient sur les dents. Les cinq Elfes avaient patrouillé toute la nuit en suivant le fleuve et en fouillant et sondant les alentours. Les animaux de la forêt les aidaient également, eux aussi sensibles à ce nouveau danger. Pour le moment, il n’y avait rien à signaler, rien qui puisse sembler dangereux ou menaçant, peut-être ces œufs n’avaient-ils pas encore atteints leurs forêts ? Rester prudent, néanmoins, tout pouvait basculer en un seul instant. Aveleen sauta souplement par-dessus le petit ruisseau, chaussée de bottes en cuir très légères montant jusqu’à ses genoux, d’une tunique longue verte foncée, renforcée par des pièces marrons en cuir, épousant la forme de sa poitrine, ses hanches et des cuisses. Armée d’un arc, d’une dague et d’une épée courte, les cheveux détachés, elle pouvait aisément passer inaperçue dans cette forêt immense, se confondant avec les couleurs des arbres et des plantes. Ils filaient à une bonne allure, tout en restant très attentifs à leur environnement. Le danger pouvait venir de n’importe où.

Le retour au village fut assez rapide une fois retrouvés les chemins secrets connus uniquement de leur peuple et par de très rares étrangers, humains, qui avaient obtenu grâce auprès de leur roi. Jasson, par exemple, était en passe d’être bientôt initié à ces passages, étant donné qu’il était le messager principal entre Hamill et l’Ordre d’Émeraude depuis plusieurs années et qu’il avait déjà prouvé plus d’une fois être ouvert à leur culture et capable de comprendre leurs mœurs. Être désigné comme un Tunadhé De Elsior, ou un Ami des Elfes dans le langage humain, était un grand honneur, accordé par le roi ou la reine de leur peuple. Cela permettait d’être initié aux secrets de la forêt et à certaines pratiques des Elfes, d’avoir toujours un refuge au cœur du peuple Elfique et d’obtenir de l’aide dès que le besoin se fait ressentir, ainsi que pouvoir présenter une requête au roi avec le même droit d’être écouté que n’importe quel autre Elfe. Le Tunadhé De Elsior devient un des interlocuteurs humains privilégiés dans les échanges et sert aussi parfois de conseiller, pour améliorer les relations entre les deux peuples. Cela implique du respect et un lien solide entre les deux parties. Une cérémonie officielle se déroulait lorsque l’humain ou l’humaine recevait le titre, au cours de laquelle lui était remis une amulette Elfique blanche et scintillante, à porter autour du coup, un bijou possédant certaines propriétés magiques.

Sur le chemin en hauteur, sur les passerelles et cordes, menant à son appartement, la jeune Elfe songea aux discussions en cours pour savoir s’il devait ou non être proposé cet honneur au chevalier Jasson. Elle espérait tant que oui, il était l’un des rares humains à pouvoir les comprendre et à les accepter pour ce qu’ils étaient. Prête à pousser la porte de chez elle, Aveleen sentit tout à coup très brusquement un frisson conséquent qui la fit se hérisser mais elle n’eut pas le temps de se retourner pour faire face au danger, un coup brutal à la tempe l’assommant et la laissant effondrée au sol. Inconsciente, elle ne sut rien du voyage qui se fit ensuite, ni que personne ne put être témoin de son enlèvement. Ce fut une douce chaleur au niveau de la tempe qui la ramena doucement à la réalité, remuant puis lâchant un faible gémissement, clignant des paupières. Elle demanda ce qui s’était passé, dans sa propre langue, en posant une main à sa tempe, grimaçante. Quelque chose l’avait attaquée mais… Une minute… Elle se souvent de ce sentiment glacial qui l’avait traversé, l’associant automatiquement à un ennemi en particulier, un ennemi qu’ils… Non, c’était impossible ! Et si c’était le cas, alors…

Une vague de colère l’envahit très brutalement, sans qu’elle en la contrôle ni puisse expliquer d’où elle provenait, son corps réagissant bien avant son esprit. Sautant sur ses pieds, le regard braqué sur l’Elfe Noire avisée plus loin, la main de la jeune Elfe jaillit pour saisir son poignard et le jeter tout droit vers le cœur de son ennemie. Un coup parfait contre lequel aucun humain, même surentraîné, n’aurait eu le temps d’esquiver, cependant, l’Elfe Noire l’esquiva comme d’un rien, éclatant ensuite de rire. Aveleen lui cria une langue série d’insultes dans leur propre langue, ne réalisant qu’à ce moment-là qu’elle se trouvait dans une grotte, avec un froid terrible, que les chevaliers d’Émeraude étaient autour d’elle, du moins quelques uns d’entre eux, et que la nuit était tombée. Furieuse, elle tourna très vite la tête lorsqu’on mit une main sur son épaule, arrêtant son geste pour sortir son épée en voyant qu’il s’agissait de Jasson. Il pourrait lui dire ce qu’elle fichait ici ?! Mais non, il se contenta de lui dire que la noiraude n’était pas leur ennemie. Par leur ennemie. Aveleen faillit bien s’étouffer tout net en entendant pareille aberration ! Pas leur ennemie !

Aveleen – Pas notre ennemie ? s’étouffa-t-elle en hurlant. Pas notre ennemie ?! Elle et son peuple sont bien plus dangereux que toutes les armées d’Amecareth ! Et que fait-on ici ?! Qu’est-ce qu’on fiche dans une grotte ?

Jasson la fit se retourner vers lui et posa les deux mains sur ses épaules, entreprenant de lui expliquer ce qui se passait ici et pourquoi elle s’y retrouvait mêlée. Ce qui faisait… beaucoup d’informations d’un seul coup. Toutes les légendes sur Alhombria seraient donc véridiques ? Cela prit un long moment pour que son compagnon humain lui raconte toute l’histoire, n moment durant lequel elle capta aussi certains regards de la part des autres chevaliers. Donc ils étaient tous au courant, pour elle et Jasson. Cependant, cela n’en restait pas moins interdit et c’est pour cela qu’elle se fit violence pour ne rien dévoiler ni avoir de gestes inappropriés. Même si l’envie la brûlait de se jeter dans ses bras, elle se contint puis accepta de l’aider à sauver son ami. C’était important pour lui, Santo comptait beaucoup à ses yeux, donc elle l’aidera, elle lui en faisait la promesse. Pendant que Jasson se tournait vers l’hybride mauve, Aveleen vérifia qu’elle avait bien encore toutes ses armes sur elle. Une épée typiquement Elfique, un long arc et un carquois dans le dos, deux poignards à sa ceinture, celui qu’elle avait jeté toute à l’heure lui étant timidement rendu par Nogait. Merci bien.

Jasson – Par où doit-on commencer ? demanda-t-il ensuite à Alyas. Il y a-t-il un endroit où nous pourrons tomber facilement sur des membres de cette Confrérie ?

Alyas – Nous sommes proches de leur forteresse, ils vous tomberont dessus très vite si vous vous baladez dans la montagne.

L’hybride mauve déploya une petite carte de la chaîne de montagnes et leur montra l’endroit où ils se trouvaient actuellement puis le chemin qu’ils pouvaient emprunter pour aller au cœur même de la surveillance de la Confrérie sur ces roches. Les montagnes… Elle les avait en horreur, enfin, si c’était pour soutenir Jasson… Elle le le fera. Il fallait partir, à présent. Elle n’adressa pas un seul autre mot aux autres chevaliers, pas à même à Chloé qu’elle avait pourtant déjà rencontré, pas alors qu’elle savait ne servir pour eux que d’un outil. Jasson la voyait comme une personne, cela dit, elle se doutait qu’il était bien le seul. En passant devant Wellan, elle accéléra un peu le pas afin de quitter cette grotte, marchant aux côtés de Jasson. Il était temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visiteurs étrangers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visiteurs étrangers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des visiteurs venus d'ailleurs, ooooooooooooooh !!!!! [Mission rang D]
» [RP] Poste de Garde des Quartiers (passage obligatoire des visiteurs)
» Nous ne sommes pas des amies. Nous sommes des étrangers avec des souvenirs.
» Régiments de marche de volontaires étrangers
» Les Visiteurs 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Piliers de la Terre :: Territoires glacés :: Alhombria :: Chaîne Bréhor-
Sauter vers: