Au cœur des temps anciens, le mal se répand sur terre, il faut se battre ou accepter de disparaître, le danger est partout...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au cœur de la forêt

Aller en bas 
AuteurMessage
Fonction :
  • Fondateur
Présence :
  • Actif
Messages : 86
Double-compte : Maître du Jeu
Âge in-RP : Immortel
Situation marital : Marié au monde
Maître : ...
avatar
Friend or not...
Maître des Events
MessageSujet: Au cœur de la forêt   Jeu 19 Avr - 22:00

Maître Oktur, dirigeant de la Guilde Dreyma

Trois jours entiers, c'était ce qui avait été nécessaire avant de convaincre Vifsorbier de les accompagner. Trois jours, ça pouvait paraître long, pourtant, quand on parlait des Ents, c'était un record de vitesse des plus mémorables, voire le temps le plus rapide jamais pris avant une décision. Le matin du quatrième jour, celui où l'Ent devait les rejoindre, Oktur fit rassembler tous les membres de la Guilde et ses invités du moment dans la grande salle aux aurores. Il était debout sur une légère estrade, afin que tout le monde le voit, vêtu de son traditionnel habit bleu sombre, une robe de mage aux manches larges, en plus de l'habituel manteau. Divers outils pendaient à sa ceinture, en plus d'une petite sacoche. Il prenait parfois un de ces longs bâtons, qui aidaient un sorcier ou magicien à canaliser son pouvoir pour lancer des attaques plus puissantes, mais pas aujourd'hui, il comptait sur autre chose. Patiemment, les mains dans le dos, il attendit que tout le monde se rassemble dans la salle devant lui, saluant aussi d'un signe de tête Gunda, les chevaliers et les deux enfants, non loin de l'estrade.

Il y avait environ trois cents personnes, membres de la Guilde. Les plus jeunes étaient encore des bébés de quelques mois, accrochés à leur mère, les plus âgés étaient d'honorables vieillards, arrivant au crépuscule de leurs existences. Une bonne majorité était vêtue de la manière que lui, portant le Bleu de la branche médecine, avec fierté, car là était l'étude principale de la Guilde. D'autres arboraient le Vert du Druidisme. La plupart n'avaient aucune couleur les distinguant, et donc aucune spécialité, c'était le cas des enfants, des bébés, des adolescents et de quelques adultes. Un seul portait la tenue rouge, robe de mage, habits solide dessous et manteau, réservé aux sorciers et magiciens spécialisés dans les arcanes du Combat. Il se tenait prêt des chevaliers, d'ailleurs, les bras croisant, ressortant tout particulièrement dans cette assemblée, par sa tenue. Le silence se fit peu à peu et Oktur, gardant une main dans le dos, posa l'autre en travers de son torse, poing fermé contre le cœur, et s'inclina légèrement. Salut traditionnel utilisé autant par les magiciens que les sorciers.

La petite foule lui rendit son salut dans un même geste, même les plus jeunes gens, parfaitement synchronisée, s'en était beau à voir. Dès qu'ils furent tous redressés, Oktur commença par leur parler du danger régnant sur la forêt depuis quelques temps et de la mission qui allait être menée pour vaincre ce mal, ou s'il s'avérait impossible de le vaincre, du moins le contenir le temps pour eux de trouver une solution plus adéquate pour le détruire. Un parfait silence suivait ses paroles, chacun était attentif, prendra la parole sans y être autorisé durant ce genre d'assemblée était considéré comme un grave manque de respect. Le guérisseur en vint à la nécessité pour eux tous, hommes, femmes, enfants, de choisir sa voie. Certains pouvaient combattre sur les champs de bataille, d'autres pouvaient guérir ou enseigner. Et surtout, l'heure était à l'union. Il sourit à cette parole, ajoutant que des Guildes s'étaient déjà liées entre elles pour des actions communes, bien qu'ils n'en soient qu'aux prémices. Il tendit la main vers un homme en retrait, qui lui ressemblait beaucoup physiquement, et arborait des habits de voyage solides ainsi qu'un long manteau vert, aux bords argentés.

Oktur – Voici maître Qadehar, de la Guilde d'Ys, sur le continent de Nahrta. Et voici, dit-il en tendant de nouveau la main vers le sorcier en rouge, maître Jarus, de la guilde des Murmures, également de Nahrta. Tous deux sont venus, en représentants de leurs communautés, pour lier une alliance avec la nôtre, dans la guerre venant sur nous tous.

Jarus avait affiché un sourire enjoué, saluant de la main et d'un signe de tête l'assemblée, parfaitement détendu. Qadehar, beaucoup plus formel et droit, s'était contenté d'un signe de tête lorsqu'il avait été présenté. Le maître de la Guilde présenta ensuite les deux chevaliers présents, et leurs écuyers, retenant un sourire en voyant pas mal dans l'assemblée les dévisager d'un air avide de curiosité, il était devenu rare qu'ils reçoivent des magiciens ou même des hommes ou femme dépourvus de magie. Seul Qadehar leur avait envoyé un regard plus aigu que curieux, les deux mains dans le dos. Ils échangèrent un bref regard et le sorcier au manteau vert baissa un peu la tête avec un petit sourire. Oktur appela également deux hommes de sa Guilde à avancer, et annonça qu'avec eux, Jarus, Qadehar et les deux chevaliers, leurs pas allaient les mener jusqu'au cœur même de Lumren. A cette dernière phrase, un silence de mort tomba sur la petite foule et certains pâlirent.

Oktur – Jaman Pedrion, avancez. Tous, écoutez-moi ! Si je ne reviens pas, je nomme maître Pedrion mon successeur.

Jaman était un peu pâle, lui aussi, mais il ne montra pas plus que cela son trouble, saluant chacun avec le poing contre le torse, puis lui-même. Oktur lui déclara alors qu'il lui confiait la garde des deux écuyers, le petit garçon et la Fée, le temps qu'ils soient partis. Il rompit ensuite l'assemblée, ne retenant dans la salle avec lui que ceux qui allaient venir dans cette mission. Orien, tout d'abord, un homme solide de soixante ans qui connaissait bien les Ents et la plupart des jeunes Entures de la forêt. Firos, beaucoup plus jeune étant donné qu'il avait à peine vingt ans, mais considéré comme un génie du Druidisme. Qadehar et Jarus, venus de Nahrta, et enfin les chevaliers. Il était temps de partir, à présent, chacun était prêt, seules les armes tranchantes comme les épées avaient été prohibées. Autant ses hommes, lui-même et Qadehar quittèrent la salle dans un silence méditatif, autant Jarus, lui, engagea directement la conversation d'un ton aimable et enjoué avec les deux chevaliers. Il était rare que la tension touche cet homme, même en partance vers une mission des plus dangereuses et mortelles, il conservait son éternelle bonne humeur.

Qadehar – J'ai croisé un chevalier de votre âge, indiqua le maître d'un ton paisible. Avec une Elfe et un mercenaire, un gamin, aussi. Ils partaient à la rencontre des chevaliers du Vent.

Santo – Jasson n'est... Enfin, il n'est plus vraiment chevalier. Mais il reste notre frère.

Qadehar – Ah... Je pourrai lui proposer d'être mon apprenti, en ce cas. J'ai ressenti un Önd puissant, chez lui, il serait dommage de le laisser en sommeil.

Jarus sourit en disant que les apprentis assez sensibles, ça se faisait rares, de leurs jours. Oh, pas sur tous les continents, il ne fallait pas généraliser. Orien, de son côté, avait un peu sourcillé, descendant les escaliers une main sur la rampe en bois, en disant à Qadehar qu'il avait cru qu'il ne prendrait plus jamais de nouvel apprenti, pourtant. Il ne répondit rien dans l'immédiat, l'air pensif, ne rouvrant la bouche qu'en arrivant en bas des escaliers, pour dire qu'il y songeait de nouveau depuis peu de temps et qu'il s'occupera de ça en rentrant à Ys. Pour commencer, s'occuper de ce qui se tramait dans cette forêt allait déjà leur prendre du temps et de l'énergie. En sortant de la Guilde, ils virent tout d'abord leurs chevaux qui les attendait et également Vifsorbier. Culminant à quatre mètres, cet "arbre" géant avait deux yeux vifs et marrons, des feuilles pendant en lierre comme des cheveux sur le sommet de sa "tête", des grandes mains faites de branches. Immobile, il n'aurait été qu'un arbre, mais en mouvement, il était impressionnant. Il les salua d'une voix semblant sorti du fond des âges, aussi grave que le Temps lui-même.

Oktur grimpa souplement à cheval, comme les six autres. Enfin, plus ou moins souplement pour Orien qui ne s'était jamais habitué à monter et détestait clairement ça. Une remarque moqueuse dû sans doute brûler les lèvres du jeune Firos mais il eut l'intelligence de se contenir, pour ne pas manquer de respect à son aîné. Qadehar et Jarus avaient chacun ôté la selle de leur cheval avant de s'y hisser, préférant monter à cru. Quant aux deux chevaliers, ils avaient marqué un net temps d'arrêt en voyant l'Ent, échangeant un regard presque effaré, avant de se reprendre. Ce n'était bizarre que la première fois, pas d'inquiétude. Allez, en route. Oktur se chargea de rouvrir le portail magique puis tourna la tête vers l'entrée de la Guilde. Gunda était sur le seuil, prête elle aussi à partir pour le travail qu'il lui avait confié. Un travail aussi important, sinon plus, car c'est elle qui allait assurer leurs arrières et s'assurer qu'ils reviennent tous en vie. Il lui sourit puis talonna sa monture pour traverser le portail, à la suite de Vifsorbier, dont un seul pas équivalait à presque dix mètres.

Oktur – Nous mettrons quelques jours avant d'arriver au plus profond de la Forêt. Inutile de dire que la prudence la plus extrême doit être de mise. Gunda s'occupera de veiller sur nos arrières et se chargera de certains sorts néfastes, dans le noyau des Bois.

Orien – Je ne savais même pas que la Guilde des Ombres s'était jointe au combat... grogna-t-il d'un ton sombre.

Vifsorbier – Le Nord combat, intervint l'Ent de cette voix si grave. Le Sud protège.

Il se mit ensuite à chantonner pour lui-même, dans sa propre langue qu'aucun humain ne pouvait parler ou traduire. Oktur inspira profondément quand ils commencèrent leur avancée. A présent, ils devaient garder avec soin tous leurs sens en éveil...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 133
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Célibataire
Ecuyer : Hettrick
avatar
Guérisseur
Santo d’Émeraude
MessageSujet: Re: Au cœur de la forêt   Mar 15 Mai - 22:08
La lumière matinale filtrait à peine, perçant difficilement la brume, il était si tôt encore. Santo inspira profondément, avec lenteur, les yeux fermés et la tête légèrement redressée vers le ciel, pour humer l’air frais et la rosée. A genoux dans l’herbe les mains légèrement l’humide, les deux mains posées à plat contre ses cuisses, il était venu dehors dès qu’il s’était purifié, pour une séance de méditation. Hettrick n’était pas avec lui, cette fois, il l’avait laissé dormir plus longtemps que de coutume car il s’était entraîné très durement toute la journée de la veille, à un tel point que Santo avait dû le porter jusque dans son lit le soir. Il s’était déjà endormi, lorsqu’il lui avait retiré ses bottes puis ramené la couverture sur lui. Cet enfant mettait un tel cœur à l’ouvrage, le guérisseur en était vraiment heureux. Un jour, il deviendra sûrement un puissant chevalier, qui défendra les populations de toute son âme. Santo inspira encore puis relâcha son souffle, avec lenteur, faisant le vide complet dans son esprit. Inspire, expire, évacue le stress et la tension, éclaire ton esprits de toutes les distractions et de tout ce qui peut lui peser. La méditation était un exercice que ses frères et sœurs ne pratiquaient pas, malheureusement, ça leur serait des plus salutaires.

C’était le quatrième jour qu’ils passaient dans cette Guilde. Voilà plus d’une semaine, en tout et pour tout, qu’ils avaient eux aussi quitté le royaume d’Émeraude pour leur mission, une semaine très chargée, entre la bataille sur les plages de Zénor et l’exil de Jasson… Santo n’avait pu que conseiller ses frères et sœurs d’arme à distance, pour guérir au mieux Bergeau et les autres blessés. Bridgess avait accompli un véritable exploit, durant cette bataille, prouvant à la fois que Wellan l’avait très bien formée et qu’elle disposait des qualités nécessaires pour commander une troupe. Du sang-froid dans des situations très tendues, beaucoup de courage et des compétences en combat. Jeune, oui, encore, mais douée, il fallait le lui reconnaître. Se débarrasser d’un sorcier n’était pas rien, d’autant plus celui-là, qui les harcelait depuis le tout début de la guerre et avait causé bien des blessures, parfois très graves. En revanche, il y avait beaucoup de morts, bien trop de morts. En un sens, c’était « prévisible », ces hommes de Zénor ne s’entraînaient pas depuis assez longtemps et c’était là la première véritable bataille qu’ils connaissaient. Face à des hordes de guerriers-insectes, des wyvernes et des sorciers, l’hécatombe avait été terrible.

Quant à l’exil de Jasson, comme on pouvait s’y attendre, Wellan l’avait extrêmement mal pris, tout comme leurs autres frères et sœurs. Les raisons invoquées pouvaient se tenir, en un sens, néanmoins, il y avait là bien plus de manipulation politique qu’autre chose. Santo avait dû déployer tous ses dons pour calmer leur frère à distance, grâce au lien mental les unissant, lorsqu’il avait senti qu’il perdait le contrôle de lui-même. Une technique délicate, lorsqu’on ne se trouvait pas près de la personne, et qui avait légèrement assommé tous ceux de la première génération au passage, Chloé plus fortement car elle était à côté de lui à ce moment-là. Même si cet exil était immonde, hurler ne les fera pas progresser d’un centimètre. Jasson était courageux, doué en magie et très sensible sur certains sujets, il saura s’en sortir, le guérisseur en était convaincu. Eux-mêmes ne devaient pas se relâcher, leurs missions les attendaient. C’est sur cette pensée qu’il rouvrit les yeux, portant le regard sur la lisière de la forêt puis vers le ciel assez pâle, au-dessus de cette Guilde biscornue. Bien d’autres combats les attendaient, dont un dans cette forêt-même, pour eux. Quoi qu’il arrive, les chevaliers devaient poursuivre leurs efforts et continuer de progresser.

Santo se leva, frottant un peu l’herbe sur son pantalon, puis rentra dans la Guilde. Il passa par les petits appartement qu’on leur avait alloué pour leur séjour avant d’enfiler son armure, ne prenant pas ses armes comme l’avait demandé Ariane, puis récupérant Hettrick au passage. Il rejoignit Chloé et la petite Fée sur le chemin menant à la grande salle, où toute la Guilde devait se réunir ce matin-là. Même si, en quelques jours, ils avaient pu voir qu’il y avait ici pas mal de personnes, c’était la première fois qu’ils les voyaient tous réunis. Deux cents, trois cents personnes, même, de tous les âges possibles, hommes comme femmes. Beaucoup portaient le même manteau d’un bleu profond que le maître de guilde, quelques uns des manteaux verts et certains n’avaient aucun signe distinctif. Ils avancèrent au devant de la salle, près de l’estrade où maître Oktur patientait. Gunda était déjà arrivée, portant maintenant un manteau d’un violet profond, seule de cette salle à arborer cette couleur. Un autre, dont la couleur de l’habit était unique, un rouge très profond, leur adressa un signe de tête et un sourire amical, lorsqu’ils arrivèrent. Rouge, violet… Ces couleurs évoquaient le combat, le danger, les ténèbres. Le silence se fit, peu à peu, une fois tout le monde entré.

Le mage mit une main dans le dos, repliant son autre bras et posant le poing fermé contre son cœur, avant de s’incliner. Tous les autres répétèrent ce même geste, ce salut plutôt, en une parfaite synchronisation, qui arracha un très léger murmure impressionné au guérisseur. Ce devait être une tradition, de se saluer ainsi. Le maître commença tout d’abord par parler des dangers survenus dans la forêt, les détaillant puis expliquant qu’une mission allait être mené pour identifier ce mal, et si possible, le vaincre. Si cela était impossible, alors mettre en place des moyens pour le contenir le temps de trouver la meilleure voie pour remporter la victoire. Il parla d’alliances, que chacun devait trouver sa place dans cette guerre, que ce soit celle d’un combattant, d’un enseignant, d’un guérisseur ou d’un soutien. Il tendit ensuite la main vers un homme au manteau vert, à trois mètres d’eux, près de l’estrade. La ressemblance physique avec maître Oktur était tout à coup si frappante que Santo en vint à se demander s’ils n’avaient pas là deux frères. Le visiteur avait l’air plus âgé, mais de peu, le regard sombre, très droit, les mains dans le dos. Si son air était globalement plutôt dur, son regard, lui, brillait d’une douceur affirmée. Des yeux bleus, très clairs, comme le ciel d’été.

Maître Oktur – Voici maître Qadehar, de la Guilde d'Ys, sur le continent de Nahrta. Et voici, dit-il en tendant de nouveau la main vers le sorcier en rouge, maître Jarus, de la guilde des Murmures, également de Nahrta. Tous deux sont venus, en représentants de leurs communautés, pour lier une alliance avec la nôtre, dans la guerre venant sur nous tous.

Nahrta… Et la Guilde d’Ys ? C’était le nom de l’archipel où devaient se rendre Jasson, Morgan, Callum et Aveleen, il y avait donc une guilde de sorcellerie, en plus de la confrérie des chevaliers du vent. Silencieux, Santo détacha son regard du sorcier lorsque maître Oktur les présenta à leur tour, leur valant du même coup une véritable volée de regards curieux. Cette réaction était logique, en revanche, celle de Qadehar l’était moins. Il eut l’air presque amusé, comme riant à une vieille blague que lui seul pouvait comprendre. Après cette présentation, le mage appela deux autres personnes. L’un, nommé Orien, plus âgé qu’eux et portant également un long manteau vert, avait le regard tranquille de l’homme sachant ce qu’il faisait. Le second homme, Firos, était nettement plus jeune, peut-être à peine vingt ans, vêtu d’habits de voyage solides, le regard brillant. Le maître de Guilde annonça que leur équipe allait partir pour le cœur de Lumren, provoquant aussitôt un silence profond, dans la salle. Cinq sorciers, deux chevaliers et Gunda, ils étaient pourtant une équipe solide, mais cette forêt présentait un danger qu’ils n’avaient jamais connu.

Maître Oktur – Jaman Pedrion, avancez. Tous, écoutez-moi ! Si je ne reviens pas, je nomme maître Pedrion mon successeur.

Et c’était donc cet homme qui allait également veiller sur leurs écuyers, durant leur absence. Très bien… L’assemblée fut ensuite rompue et la salle se vida. Il était temps de se mettre en route. Santo embrassa Hettrick sur le front avant de partir, comme il le faisait toujours pour le réconforter ou l’encourager, à l’instar de ses frères et sœurs, puis lui murmura de ne pas s’inquiéter, ils allaient revenir. Gunda partit de son côté, elle n’accompagnait pas le groupe sur un même chemin pour cette bataille… En quittant la salle, le sorcier Jarus engagea tranquillement la conversation avec eux, leur apprenant pour commencer que le rouge était la couleur des Guides spécialisées dans le Combat. Donc le Bleu pour les Guérisseurs, le Vert pour les Druides, le Rouge pour le Combat. Très bien, il prit soin de le retenir, notant le tout mentalement. Qadehar dit tout à coup qu’il avait croisé un chevalier de leur âge, en compagnie d’une Elfe, d’un gamin et d’un mercenaire, alors qu’ils partaient pour à la rencontre des chevaliers du Vent. Oh… Santo se mordit légèrement les lèvres, comprenant tout à coup bien mieux le regard qu’il leur avait adressé plus tôt. Le groupe ne leur avait pas fait mention d’avoir rencontré un sorcier, à ce moment-là, et aujourd’hui, ils ne pouvaient même plus les contacter mentalement.

Santo – Jasson n'est... Enfin, il n'est plus vraiment chevalier. Mais il reste notre frère.

Qadehar – Ah... Je pourrai lui proposer d'être mon apprenti, en ce cas. J'ai ressenti un Önd puissant, chez lui, il serait dommage de le laisser en sommeil.

Son apprenti… Il voudrait que Jasson devienne apprenti sorcier ? Il échangea un rapide regard avec Chloé, haussant légèrement un sourcil, mais ne fit pas de commentaires. Ils savaient depuis quelques jours à peine ce qu’était un Önd et Santo ignorait à quel point ce dernier devait être « sensible » pour qu’un maître envisage de vous prendre comme apprenti. Il imagina Jasson portant le long manteau vert des Druides, frappant avec la magie plutôt qu’avec une épée, cette image si étrange qu’il préféra la chasser de son esprit pour le moment. Ils ne discutèrent que peu avant de sortir de la Guilde, pour tomber sur… Santo eut un temps d’arrêt, tout comme Chloé, la bouche entrouverte et les yeux écarquillés. C’était un… arbre ? Mais oui ! Un arbre géant, un sorbier, de quatre mètres, avec deux yeux, une bouche, le temps gravé ou taillé dans son écorce, qui les salua d’une voix semblant sorti des grottes les plus profondes de Shola. D’accord, très bien, c’était donc ça, un Ent. Charmant. Il se secoua un peu avant d’enfin avancer vers son cheval, sans pouvoir s’empêcher de dévisager l’arbre vivant du coin de l’œil. Il tourna la tête pour voir Gunda, qui partait de son côté, puis talonna sa monture pour traverser le portail magique ouvert par maître Oktur. Le retour dans cette forêt profonde, angoissante et menaçante.

Maître Oktur – Nous mettrons quelques jours avant d'arriver au plus profond de la Forêt. Inutile de dire que la prudence la plus extrême doit être de mise. Gunda s'occupera de veiller sur nos arrières et se chargera de certains sorts néfastes, dans le noyau des Bois.

Le vieux sorcier, Orien, glissa tout à coup d’un ton bourru qu’il n’avait pas su que la Guilde des Ombres s’était mêlée au combat, affichant un air indiquant clairement qu’il ne trouvait pas ce détail très appréciable. La Guildes des Ombres, le Royaume des Ombres, ou Alhombria… Ce pays souffrait d’une réputation peu joyeuse chez tout le monde, visiblement. Santo avait confiance en la jeune femme, en revanche, il devait bien admettre qu’il ignorait absolument tout de ses pouvoirs et capacités. Elle n’avait montré qu’un certain manque de confiance en elle, une grande érudition et un caractère renfermé, solitaire. Elle devait être puissante, pour avoir effectué ainsi le voyage par magie, depuis le Nord jusqu’à cette forêt. Par ailleurs, elle allait donc veiller sur leurs arrières, et seule, se chargeant de « sorts néfastes ». Ils pouvaient en conclure qu’elle maîtrisait une forme de sorcellerie soit dangereuse, soit très ténébreuse.

Ent – Le Nord combat, intervint l'Ent de cette voix si grave. Le Sud protège.

C’est aussi ce qu’avait dit Ariane, après qu’elle se soit « connectée » à l’Esprit de la Forêt. Santo baissa un peu la tête en y réfléchissant, interrompu dans le cours de ses pensées lorsque l’Ent chanta dans sa propre langue. Un chant qui semblait « s’enfoncer » dans ces bois si étranges, faisant frémir les arbres sur leur passage. Plus personne ne parlait, seul le chant de l’Ent perçait le silence, on pouvait même entendre d’autres voix semblables à la sienne lui répondre, parfois. On se croirait dans un long songe, où chacun ne peut que se laisser porter par les événements, sans pouvoir véritablement agir. Plusieurs jours ainsi, donc, à voyager avec des sorciers et un arbre pouvant parler et marcher, au cœur d’une forêt très sombre, si ancienne et emplie de magie. C’était comme si le monde extérieur n’existait plus, même leur lien mental avec les autres chevaliers était plus amoindri, sous le couvert de ces bois. Ils passèrent trois longues heures ans échanger un seul mot, à moitié bercé par le chant ininterrompu. Ainsi, ils avançaient presque sans s’en rendre compte… Santo finit part se demander s’il n’y avait pas quelque sortilège ou enchantement là-dessous. Après tout, bien des créatures, comme les Fées ou les Elfes, pouvaient vous tenir sous une sorte d’envoûtement grâce à leurs chants.

Se secouant un bon coup, il se pinça aussi un peu le bras, voulant être sûr d’être parfaitement éveillé. Curieusement, les sorciers autour d’eux n’avaient pas l’air plus endormis, songeurs ou affectés que cela. Qadehar finit par repérer son agitation, haussant un peu les sourcils en lui demandant ce qui lui prenait. Rien, il ne… Pourquoi n’avaient-ils pas l’air affectés, eux-mêmes ? Le chant se poursuivait inlassablement, l’Ent marchait devant leur groupe en paraissant avoir oublié qu’il était suivi, et l’air si lourd de cette forêt n’aidait pas à la concentration. Il fit signe que ça allait, continuant à suivre le groupe en s’interrogeant. Vraiment, il avait l’impression qu’il allait tomber endormi ou évanoui… Ils continuèrent, inlassablement, mangeant en selle sans s’arrêter, puis continuèrent. Santo flottait dans un état second, à demi-inconscient, manquant de chuter de selle lorsqu’ils s’arrêtèrent enfin, à la nuit tombée, dans une clairière pour camper. Maître Oktur se tourna vers lui puis fronça les sourcils, venant le rattraper puis lui plaqua une main sur le front. Santo sursauta violemment puis sentit une douce chaleur l’envahir, chassant cette torpeur bizarre et lui rendant l’esprit clair. Que…

Maître Oktur – Je suis vraiment désolé, dit-il d’un ton paniqué en répétant l’opération sur Chloé. J’avais oublié que vous n’aviez pas été entraîné comme nous.

Le chevalier se frotta le visage, hébété, avec l’impression bizarre qu’on venait de lui voler une journée entière de sa vie. Merci, hein… S’ils avaient compris plus tôt ce qui se passait… Il s’assit au sol avec les autres, voyant que Jarus se retenait tellement de rire qu’il en avait mal aux côtes, une main plaquée contre sa bouche pour dissimuler un très large sourire. Très drôle, hein ? Tsss… Santo lui lança un regard noir, le sorcier en rouge laissant échapper un bruit bizarre, qui devait être un hoquet étouffé, les épaules secouées elle aussi de tremblements et le regard pleurant à moitié tant il était bord de l’explosion. Pour ne pas céder à son envie de lui flanquer un coup, Santo préféra détourner le regard, commençant plutôt à manger. Imperturbable, Qadehar allumait un petit feu et mettait de l’eau à chauffer. Au moins, demain, ils seront avertis…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Au cœur de la forêt
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Piliers de la Terre :: Continent d'Enkidiev :: Royaumes du Sud :: Lumren-
Sauter vers: