Au cœur des temps anciens, le mal se répand sur terre, il faut se battre ou accepter de disparaître, le danger est partout...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nécessité d'unir les pays

Aller en bas 
AuteurMessage
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 132
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancé
Ecuyer : Colville
avatar
Chevalier d’Émeraude
Dempsey d’Émeraude
MessageSujet: Nécessité d'unir les pays   Dim 19 Nov - 22:01
Colville – Je n'ai pas fait exprès !

Dempsey – Et est-ce que je te reproche quelque chose ? Allez, viens là.

Il l'attrapa sous les bras puis le souleva fermement pour le dégager de la boue et de la vase où il s'était enfoncé presque jusqu'aux hanches, secouant la tête en voyant le petit aux bords des larmes et convaincu qu'il allait se faire disputer. Evidemment que Dempsey ne pensait pas qu'il avait sauté là-dedans pour le plaisir ! Les accidents, ça arrivait et ce genre de "pièges" n'était pas non plus rare près des rivières et des fleuves, lors de la saison des pluies. C'était déjà arrivé à d'autres, les chevaliers se purifiaient tous les matins, y compris lorsqu'ils étaient en mission à l'extérieur, donc les occasions étaient aussi fréquentes pour ces petits incidents. On se calme... Il poussa Colville un peu plus loin pour qu'il se relave et alla, pendant son temps, lui chercher une tunique propre et une petite serviette pour qu'il s'essuie. Il était encore très tôt, partis la veille du royaume d'Emeraude, ils avaient déjà parcouru une bonne distance et le paysage avait drastiquement changé. Les forêts devenaient plus rares mais aussi plus profondes, les montagnes les entouraient de toutes parts, moins hautes et glacées qu'au Nord, tout en restant imposantes à leur manière. Ils avaient à peine franchi la frontière du royaume, dormis dans une petite grotte cette nuit, à proximité de la rivière.

Dès que Colville fut de nouveau propre et habillé, Dempsey avait débarrassé sa tunique et pantalon de la boue entre-temps, il revint avec lui au petit campement qu'ils avaient installé puis se prépara à repartir. Le ciel était chargé de lourds nuages gris, la pluie n'allait plus tarder. Dans ces montages, cette saison était d'une tristesse abominable, gris contre monts gris, de roc et filant vers les cieux... Il se frotta un peu les mains pour se les réchauffer avant d'enfiler sa cape, attachant par devant et demanda aux autres s'ils étaient prêts. Il avait quitté Émeraude en compagnie de Chloé et Jasson, et leurs écuyers, au moment où Santo et Bergeau, eux, rentraient de Fal. Bridgess était aussi parti avec deux de leurs compagnons pour son royaume natal, rencontrer le Roi de Diamant, son père. Wellan devait se rendre avec Falcon au royaume de Rubis, et ainsi de suite. Pour une visite officielle, Dempsey ne se sentait pas spécialement stressé. Seuls les chevaliers de sa génération le savaient mais il avait toujours gardé un contact, par courrier, avec sa famille. Un contact certes très irrégulier, obligé par la vie qu'il menait, et dont ni lui ni sa famille n'évoquaient rien en public. Le chevalier ne croyait pas que rester en contact avec les siens puissent les inciter à favoriser un pays ou un peuple au détriment des autres, c'était d'une stupidité sans nom, comme règle. Bien au contraire, ils se sentaient plus attachés à un continent où ils étaient conscients de leurs racines.

Dempsey – Tu as emporté un arc ? demanda-t-il tout à coup en en voyant un dépasser des affaires de Jasson.

Jasson – J'apprends à m'en servir.

Dempsey – Ah ça oui, tu nous a tous bluffés l'autre jour.

Très honnêtement, lorsqu'il avait manqué la cible la plus proche, lors de son premier tir, Dempsey avait pensé qu'il en était au même stade qu'eux, dans la pratique du tir à l'arc, puis était resté bouche bée lorsqu'il avait planté les deux autres flèches en plein centre sur des cibles encore plus éloignées. Jasson ne répondit pas, se contentant d'un faible sourire. Dempsey lui demanda où il s'était le plus entraîné, d'ailleurs, car il ne l'avait que très peu vu s'exercer à ça dans la cour du château. Leur frère répondit d'un ton neutre qu'il avait eu l'aide des Elfes pour ça et qu'ils lui avaient montré les bases. Ils savaient tirer à l'arc, eux ? Enfin, oui, avec l'autre troupe venue de ce continent dont ils ne savaient même pas le nom, il était clair que les Elfes cachaient très bien leur jeu... Un peuple pacifique, tu parles ! Un peuple guerrier, oui ! Et qui avait décidé de le cacher pour on ne savait quelle raison... Chloé leur avait rapporté mot pour mot la conversation étrange avec ce "Nain", dans les montagnes de Shola, un être qui ne s'était pas privé de se moquer en entendant clamer que les Elfes étaient pacifiques. Maintenant, ils le croyaient bien... La conversation dériva ensuite sur les us et coutumes de Béryl, les enfants surtout voulaient assouvir leur curiosité. Ce pays vivait principalement de son élevage et des minerais, pierres et métaux qui étaient tirés des nombreuses mines, creusées à travers les montagnes, et dont ils avaient un commerce actif avec les pays voisins et plus éloignés. Colville l'abreuvait de questions, sa bonne humeur coutumière retrouvée.

Dempsey – La capitale est à moitié enterrée dans la montagne, une cité souterraine bâtie grâce à de vielles mines qui ont été renforcées. Mais nous n'y allons pas, la famille royale n'y vit que l'hiver.

Principalement lorsque la neige recouvrait tout et que le froid devenait aussi vif et saisissant que vers le Nord. L'Hiver arrivera après la saison des pluies, les lacs et rivières gonflées seront, dans certains pays, complètement pris par la givre et les glaces, rendus innavigables du même coup. Il était amusé de voir les yeux des enfants briller lorsqu'on leur racontait des anecdotes du pays qu'ils visitaient. Leur petit groupe avançait sur des sentiers bien tracés et encore dégagés de toute trace de neige, quoi que rendu très glissant en certains endroits. La pluie les accompagnait, pour le moment assez fine et peu dérangeante, mais persistante. Dempsey raconta aux enfants qu'ici, l'hiver venu, les habitants des vallées et montagnes célébraient ce qu'on nommait la Fête des Chandelles. Ils allumaient, des bougies et cierges qu'ils plaçaient dans de grandes chandelles faites en papier fin, couverts de dessins ou de motifs, et les accrochaient sur le pan des portes et aux fenêtres, la nuit tombée. Cette pratique permettait de chasser les démons et de donner chance au foyer pour le long hiver. Les familles se réunissaient pour manger, boire, danser ensemble, presque toute la nuit. Morgan demanda tout à coup s'il y avait vraiment des démons, dans ces montages, et le chevalier éclata de rire.

Dempsey – Non, bien sûr, ce sont des légendes qu'on se raconte le soir pour se faire peur.

Jasson – Il doit aussi y avoir des Nains, comme à Shola.

Oui, sans doute, mais personne ne les avait jamais vu. Ils continuèrent un moment de parler des légendes qui courraient ici et des peuples qui pourraient y vivre. Concernant les Nains, ils ne savaient rien du tout de ce peuple, hormis le peu vu au Nord chez le guide involontaire du petit groupe. Leur progression les fit finalement quitter les sinueux sentiers de montagnes et les très hauts pins pour arriver dans une vallée large et dégagée, où de nombreux troupeaux de bovins et moutons se faisaient voir. Leurs gardiens leur lançaient parfois des signes amicaux ou de salut, sur leur passage, surveillant leurs bêtes sans se laisser perturber par la pluie ou le vent glacé. La cité où vivait la famille royale n'était plus très éloignée, maintenant, moins d'une heure à cheval en gardant cette allure.

Dempsey – D'ailleurs, Jasson, tu ne nous a pas vraiment dit comment tu te sentais ? Tu n'es pas trop fatigué ? Après tout, ça ne fait pas si longtemps que ça que tu as été libéré.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 181
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 26 ans
Situation marital : Amoureux
avatar
Mercenaire
Jasson Egan
MessageSujet: Re: Nécessité d'unir les pays   Mer 20 Déc - 17:08
Jasson leva brièvement le nez pour regarder le ciel bas et gris, avant d’attacher sa cape sur ses épaules et grimper à cheval, convaincu qu’ils allaient recevoir la pluie avant même d’arriver. Il talonna légèrement son cheval pour le faire avancer, souriant à Morgan lorsqu’il fit de même pour se retrouver à sa hauteur. Tard hier soir, voyant que son écuyer n’arrivait pas à s’endormir, Jasson lui avait parlé pour comprendre ce qui le travaillait et c’était à ce moment que Morgan lui avait avoué qu’il avait cru ne plus jamais le revoir en vie, après l’avoir vu être emporté par le dragon puis ne pas revenir en même temps que tout le monde. Il semblait se sentir un peu mieux, ce matin, Jasson avait passé presque trente minutes à le rassurer avant qu’il ne s’endorme contre lui, près du feu. Ils étaient encore très petits et influençables, Morgan s’angoissait plus facilement que Nogait au même âge, il était moins aventureux. En tout cas, ses pensées étaient enfin exemptes de soucis, c’était le principal. Jasson reporta le regard sur la route, par la suite, avec un bref regard pour Chloé. A elle aussi, il devait parler, mais n’avait pas encore trouvé un moment pour le faire, tout s’était enchaîné si vite. En plus de cela, Bergeau avait passé toute la journée de la veille, jusqu’à leur départ, sans le lâcher, tant il était « soulagé de le revoir entier ». Il était adorable. Dempsey le sortit de ses pensées en lançant tout à coup un regard vers ses affaires. Que trouvait-il de bizarre ?

Dempsey – Tu as emporté un arc ?

Jasson – J'apprends à m'en servir.

Dempsey – Ah ça oui, tu nous a tous bluffés l'autre jour.

Merci… Un faible sourire lui échappa en se souvenant de ce moment, il n’avait pas tenté pour la gloire mais par besoin de s’entraîner et progresser. Son frère ajouta ensuite qu’on l’avait pourtant très peu vu s’exercer dans la cour du château ou avec les gardes, lui demandant où il avait appris ça, avec qui. Le jeune chevalier conserva un ton très neutre en lui expliquant que c’était les Elfes qui avaient débuté sa formation, en voyant qu’il s’y intéressait, il avait aussi appris avec Aveleen, en deux ans. Son niveau réel, depuis lors, il l’ignorait, il ne s’entraînait pas régulièrement et se considérait lui-même comme débutant. Le sujet de l’arc fut ensuite laissé le temps que Dempsey assouvisse la curiosité des enfants sur les lois, coutumes, traditions et manières du royaume de Béryl, répondant patiemment alors même qu’il était presque noyé sous les questions. Un pays de montagne, bien qu’il n’y ait pas ici la même rigueur climatique qu’au Nord, quelques coutumes et valeurs restaient communes, comme la façon de vivre. L’élevage et l’exploitation des mines prédominaient, bien évidemment. Jasson leva la main pour repousser derrière ses oreilles ses mèches venant dans ses yeux à cause du vent, souriant doucement en observant le paysage et les alentours. Il avait toujours bien aimé les montagnes et les forêts, bien plus que les paysages de plaines, de petites collines, de désert ou des bords de mer.

Dempsey – La capitale est à moitié enterrée dans la montagne, une cité souterraine bâtie grâce à de vielles mines qui ont été renforcées. Mais nous n'y allons pas, la famille royale n'y vit que l'hiver.

Il leur raconta ensuite la tradition de la Fête des Chandelles, les trois enfants buvant ses paroles avec une lueur au fond des yeux. Ils étaient adorables, comme ça. Est-ce qu’eux-mêmes avaient fait les mêmes têtes lorsqu’on leur racontait des histoires, enfants ? Il ne parvenait pas à s’en souvenir, ses premiers vrais souvenirs remontaient au temps où il était déjà arrivé à Émeraude. Ils s’engageaient sur un sentier plus large et dégagé, quoi qu’avec beaucoup de boue à cause des pluies persistantes, lorsque Morgan demanda d’un ton plus inquiet s’il y avait des démons, dans ces montagnes, poussant Dempsey à éclater de rire. Ces légendes-là étaient sacrément tenaces, elles ne servaient pourtant à rien d’autre qu’à effrayer les enfants. Il y avait, bien sûr, des peuples étranges et des hybrides, vivant dissimulés, mais de là à les accuser d’être des démons, il ne fallait rien exagérer.

Dempsey – Non, bien sûr, ce sont des légendes qu'on se raconte le soir pour se faire peur.

Jasson – Il doit aussi y avoir des Nains, comme à Shola.

Le jeune homme serait vraiment très curieux de rencontrer ce peuple, quelques uns de ses représentants, pour apprendre à les connaître, découvrir leurs propres coutumes et mode de vie, parler avec eux, savoir pourquoi ils vivaient dans les montagnes, depuis combien de temps, quelles étaient les capacités et caractéristiques de leur peuple, en résumé, les connaître comme il voulait bien connaître les Hommes et les Elfes. C’était toujours ainsi, dès lors qu’il était confronté à une nouvelle communauté, petite ou grande, il voulait aller vers elle pour apprendre à la connaître, aimant découvrir et explorer, comprendre comment vivaient les autres peuples dans ce monde, leur Histoire et leur Culture, leurs arts, tout. Le fait, ici, était qu’il allait bien compliqué de se rapprocher de communauté cloîtrées dans des mines profondes, s’ils ne voulaient pas être découverts, c’était qu’il y avait une bonne raison. Quelle pitié qu’ils aient encore si peu d’informations sur les différences races dans les livres et parchemins, la bibliothèque d’Emeraude se vantait d’être la plus complète des royaumes humains du continent, et pourtant, elle lui semblait désespérément vide.

Dempsey – D'ailleurs, Jasson, tu ne nous a pas vraiment dit comment tu te sentais ? Tu n'es pas trop fatigué ? Après tout, ça ne fait pas si longtemps que ça que tu as été libéré.

Jasson – Je vais très bien, tu n’as pas besoin de t’en faire. J’étais emprisonné mais pas maltraité.

Il lui sourit pour le rassurer puis reporta le regard sur la route, après avoir demandé combien de temps de voyage il leur restait, environ. Un cri très lointain, d’un animal, l’interpella, et il leva les yeux vers le ciel, voyant à peine un point noir, sans doute un aigle, voler ci loin au-dessus d’eux et à bonne vitesse. Il était plutôt rare d’apercevoir ce genre de rapaces dans les montagnes, ils étaient plus habitués des forêts, plaines et campagnes, où leur vue perçante leur permettait de débusquer les lapins et autres bestioles. Par la suite, il prit peu part à la conversation, durant l’heure qu’il leur fallut pour rallier la petite cité où vivait le roi et sa famille avant de partir dans la cité souterraine pour l’hiver. Ils croisaient de plus en plus de monde, paysans, commerçants et soldats, qui les saluaient avec respect. Jasson vit encore un autre aigle, au loin, puis un second, filant dans le sens inverse, haussant un peu les sourcils en suivant leur course. C’était… un peu bizarre, d’un seul coup. Il ne fit pas de remarques, cependant, restant juste plus attentif s’il en passait d’autres et cherchant la raison. Ni Dempsey ni Chloé ne chassaient, ils n’avaient sans doute rien remarqué de ce manège. Par ailleurs, ils avaient aussi plus importants à s’occuper dans l’immédiat.

Il descendait de cheval, une fois arrivé dans la cité près de la maison du roi, et l’attachait à un poteau lorsque son regard fut attiré par les hauteurs, une bref lueur, très vive, au sommet d’une des montagnes, et à nouveau le manège étrange des deux aigles de toute à l’heure, volant en cercles serrés avant de piquer vers la lueur et disparaître. Il fronça les sourcils, essayant de sonder la montagne mais ne repéra aucune trace de vie, rien de particulier mis à part un léger… trouble ? Il devait sans doute délirer… Morgan s’approcha en demandant d’un ton inquiet s’il y avait un problème et son maître secoua la tête en lui disant que non, ce n’était rien.

Jasson – Très bien, allons-y, j’espère que ce roi-ci sera plus conciliant devant l’idée d’une alliance que d’autres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 364
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancée
Ecuyer : Ariane
avatar
Chevalier d’Émeraude
Chloé d’Émeraude
MessageSujet: Re: Nécessité d'unir les pays   Ven 29 Déc - 12:38
Chloé était partagée entre l’impatience et la crainte à l’idée de quitter Emeraude une nouvelle fois, n’étant plus partie aussi loin depuis l’attaque du dragon. Elle n’en avait pas parlé, bien sûr, même si Dempsey et les autres devaient s’en douter. Elle n’avait pas honte, non, mais tâchait de le dissimuler le plus possible pour pouvoir surmonter cette crainte le moment venu. C’était aussi pour cette raison qu’elle avait tenu à s’entraîner au tir à l’arc, préférant éviter le corps-à-corps autant que possible avec les wyvernes et dragons à l’avenir. Désolée mais elle ne faisait pas le poids, elle l’avait compris à ses dépens et ne commettrait plus la même erreur. Il lui fallait encore de nombreuses semaines d’entraînement, sans aucun doute, pour se débrouiller, mais elle allait travailler. Voilà un nouvel objectif qui l’occuperait, objectif tombé à point nommé juste au retour de Jasson – ce qui lui avait fourni une distraction en or pour ne pas penser au reste. Et puis, il était de retour ! Sans qu’eux-mêmes n’aient pu intervenir en quoi que ce soit, leur frère d’arme s’en était tiré tout seul, finalement…

Lui lançant un regard discret et très bref, Chloé se concentra à nouveau sur la route, profitant de ces premières heures de suite de chevauchée depuis ce qui lui semblait être une éternité. Ils étaient partis la veille et avançaient vite, cela lui faisant un bien fou comme si elle n'était pas sortie depuis des mois. C’était faux, bien entendu, mais l’interdiction de faire des efforts avant d’être guérie avait été un vrai supplice pour la jeune femme qui n’était plus habituée à l’inactivité. L’impatience et l’émerveillement surpassaient donc la crainte des dragons et wyvernes de très loin, les yeux de la chevalier s’arrêtant partout où ils le pouvaient à leur allure. Dempsey discutait avec les enfants des coutumes de Béryl, répondant à toutes leurs questions pour satisfaire leur curiosité devant l’air attendri de Jasson et Chloé. Ils étaient comme ça, eux aussi, à leur âge… Elle-même ne s’en souvenait pas mais en était convaincue, n’ayant aucune envie de demander confirmation aux personnes vivant au château qui les avaient vus grandir et évoluer. Elle n’écouta que d’une oreille distraite ce que racontait son compagnon, toujours attendrie mais connaissant déjà cette histoire pour l’avoir écoutée quelques années plus tôt. Ils se parlaient, entre enfants, nouaient des liens, apprenaient aussi les habitudes des autres peuples…

Dempsey – La capitale est à moitié enterrée dans la montagne, une cité souterraine bâtie grâce à de vielles mines qui ont été renforcées. Mais nous n'y allons pas, la famille royale n'y vit que l'hiver.

Heureusement, d’un côté, cela signifierait que le froid était plus présent ici, comme à Shola. L’hiver n’était pas la saison que Chloé préférait, principalement parce qu’elle se sentait vulnérable lorsqu’ils voyageaient à cause des chemins glissants, du feu qu’ils devaient impérativement faire pour ne pas mourir de froid, des pauses régulières pour eux autant que les chevaux… Pourtant, a contrario, c’était une des saisons les plus belles, la neige recouvrant le paysage rendant une certaine pureté à la terre et à l’environnement. Comme si tout était calme, endormi, et que rien ne viendrait perturber cette quiétude. Inspirant à fond, elle surveillait le chemin pour ne pas provoquer d’accident avec les chevaux, tout comme Dempsey et Jasson sûrement, pendant qu’ils discutaient de Béryl et de la Fête des Chandelles.

Souriant à l’évocation de cette tradition, Chloé couva du regard les enfants un bref instant pour voir leur réaction, s’étonnant de la peur qu’elle lisait sur le visage de Morgan. Prête à sonder les environs, elle ne put retenir un petit rire lorsqu’il demanda s’il y avait vraiment des démons dans les montagnes, provoquant un éclat de rire chez Dempsey. Des démons… Ils étaient si facilement impressionnables, c’en était mignon. Tout au plus quelques peuples étrangers, comme les Nains, vivaient ici, mais non. Certainement pas des démons. Leur voyage au-delà des limites d’Enkidiev lui avait appris au moins une chose : ne pas juger trop vite sur base de rumeurs ce que l’on ne connaît pas. Ils pensaient qu’il y avait des démons, là-bas, des créatures horribles, alors que non. En dehors de sorciers, d’elfes ou autres peuples inconnus, aucun démon ne semblait vivre là-bas. En tout cas, aucun démon au sens où l’entendaient les enfants.

Dempsey – Non, bien sûr, ce sont des légendes qu'on se raconte le soir pour se faire peur.

Jasson – Il doit aussi y avoir des Nains, comme à Shola.

Probablement, oui, c’était même sûr et certain. Chloé hocha la tête, approuvant son frère d’arme tout en avançant et en contemplant le paysage. Elle surveillait également où les chevaux marchaient, surveillait les alentours, les fourrés, les buissons… Juste au cas où. Ils étaient à une période plus froide, après tout, et ils avaient rencontré un dragon adulte dans une région beaucoup plus froide, enneigée. Alors, oui, la jeune femme se méfiait. Mais, pour ne pas inquiéter Dempsey et Jasson, elle tâcha de faire la conversation à son tour, de répondre ou relancer lorsqu’il le fallait tout en gardant un œil sur Jasson. Lui qui parlait beaucoup d’habitude, elle avait compté sur sa présence pour ne pas devoir trop parler, or, il était très silencieux, laissant parler Dempsey qui était lancé sur le sujet des légendes avec les enfants. C’était mignon, en un sens, même la pluie fine et persistante, ainsi que le chemin glissant par endroits même si dégagé, n’atteignait pas son envie de répondre aux questions, de les faire rêver.

Après une longue progression à travers les sentiers sinueux de la montagne, ils arrivèrent dans une vallée, changeant considérablement le paysage qu’ils avaient devant leurs yeux jusqu’à présent. Ils croisèrent de nombreux troupeaux de bovins et de moutons accompagnés de gardiens qui leur faisaient des signes amicaux, lorsqu’ils les voyaient. Ces salutations ralentirent un petit peu leur rythme pour ne pas paraître impoli et prendre le temps de répondre à chacun mais cela permit, au moins, aux chevaux de reprendre leur souffle après tous ces efforts. Et puis, ils voyaient d’autres personnes, pas encore beaucoup pour l’instant, mais c’était déjà cela. D’autres personnes que le peuple d’Emeraude. Chloé ne pouvait vraiment rien y faire, rester enfermée sans grande chevauchée plusieurs jours de suite était incroyablement difficile, pour elle. Même si, au fond, elle savait que cela lui avait fait du bien aussi et que Santo avait raison. Comme Dempsey. Mais tout ce qu’elle avait appris depuis leur dernière mission lui donnait l’impression d’être restée à Emeraude pendant des semaines et des semaines.

Dempsey – D'ailleurs, Jasson, tu ne nous a pas vraiment dit comment tu te sentais ? Tu n'es pas trop fatigué ? Après tout, ça ne fait pas si longtemps que ça que tu as été libéré.

Jasson – Je vais très bien, tu n’as pas besoin de t’en faire. J’étais emprisonné mais pas maltraité.

Il sourit ensuite et demanda combien de temps de voyage il leur restait, environ, avant de reporter son regard sur la route devant eux. C’est ce qui s’appelait éviter le sujet très grossièrement. Il était évident que Dempsey ne posait pas la question pour connaître les conditions de son emprisonnement ! Mais ils avaient la réponse, avec cette esquive. Jasson n’allait pas bien, il s’était entraîné et impliqué dans l’entraînement au tir à l’arc pour oublier et ne pas penser au reste. Bergeau ne l’avait pas lâché d’une semelle, à son retour, ce qui avait aussi dû l’aider à ne pas ressasser… Mais maintenant, avec ces longues heures de voyage, il était seul avec ses pensées, parlant bien trop peu au goût de Chloé – et de Dempsey, d’après ce qu’elle put en juger. Elle échangea un regard discret avec son compagnon, inquiète tout à coup mais n’osant pas lui poser platement la question. Ce n’était pas le meilleur moment, pas alors qu’ils allaient arriver auprès du roi de Béryl. Il fallait que Jasson soit détendu et non sur ses gardes, tirant une sale tête et les évitant du regard. L’image qu’ils cherchaient à renvoyer était celle d’un Ordre soudé et non l’inverse.

Tâchant de penser à autre chose, à son tour, Chloé parla avec Dempsey de leurs arguments, de ce qu’ils devaient faire une fois sur place, elle-même lui disant qu’il valait mieux qu’il parle et qu’eux restent en retrait s’ils voulaient avoir toutes leurs chances de les rallier à leur cause. Tout en chevauchant lentement, ils croisaient de plus en plus de personnes habitant à Béryl, lancées dans leur journée de travail quotidien, les saluant comme depuis le début avec les troupeaux de bovins, moutons et leurs gardiens. La traversée, quoi que plus lente, fut plus courte et ils descendirent bientôt de cheval lorsque la maison du roi fut en vue. Bien… Il n’y avait plus qu’à bien parler, maintenant, et à faire preuve de conviction pour montrer l’urgence de la situation sans sombrer dans la panique pour autant. Chloé avait confiance mais les alliances étaient plus froides, se faisaient beaucoup plus difficilement avec ce mélange de peuples sur Enkidiev. Ils attachèrent chacun leur cheval à un poteau, près de la demeure royale, lorsque Morgan demanda à son maître s’il y avait un problème d’un ton inquiet, faisant froncer les sourcils à Chloé qui était juste à côté. Que se passait-il ? Elle lança un regard à Jasson mais il secoua la tête en disant que ce n’était rien. Heum…

Jasson – Très bien, allons-y, j’espère que ce roi-ci sera plus conciliant devant l’idée d’une alliance que d’autres.

Chloé s’apprêtait à demander ce qui se passait, plus précisément, mais leur arrivée n’était pas passée inaperçue. Déjà, un homme plutôt grand qu’elle ne connaissait pas s’approchait d’eux, l’air très formel, pour les saluer et les escorter jusqu’à la famille royale. Ils se présentèrent après lui, annonçant le motif de leur visite même s’il la connaissait déjà, des regards bienveillants se posant encore sur eux alors qu’ils avançaient vers la demeure où logeait la famille royale. Egale à toutes les constructions vues jusqu’à présent, celle-ci était toute en pierre et très sobre selon Chloé, le royaume de Béryl étant peu peuplé. Elle avait déjà remarqué que la population semblait vivre par petits groupes, ou alors était-ce dû au travail, mais le château royal n’était pas aussi imposant que celui d’Emeraude. La décoration semblait se baser sur les matériaux qu’exportait le royaume, beaucoup d’éléments en métal agrémenté de bois. Ils attendirent dans une pièce, de taille moyenne avec quelques sièges en bois, que le roi puisse les recevoir, leur guide fermant l’immense porte en bois derrière lui, s’absentant quelques secondes à peine avant de revenir. Rapide.

Guide – Le Roi vous attend, vous pouvez entrer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 132
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancé
Ecuyer : Colville
avatar
Chevalier d’Émeraude
Dempsey d’Émeraude
MessageSujet: Re: Nécessité d'unir les pays   Mer 10 Jan - 14:46
Leur frère avait décidément cette manie, lui aussi, d’esquiver ce genre de questions… Faisait-il un concours avec Chloé ? Dempsey se retint de lever les yeux au ciel, après avoir croisé brièvement le regard de sa compagne, mais ne fit aucun commentaire, c’était préférable. Très bien, se concentrer sur leur mission, pour le moment, c’était le plus urgent. A leur retour, le roi Hamill devait venir au château pour leur parler des dragons, puis ils repartiront sans doute pour d’autres quêtes. Il n’y avait guère le temps de s’ennuyer, ces jours-ci, les journées étaient toujours très bien remplies et il n’était pas rare que les enfants tombent littéralement de fatigue dans leurs lits le soir. Il parla des arguments à présenter avec Chloé et Jasson, sur le reste du trajet, étant néanmoins plus confiant que ses deux amis sur le sujet. Alors oui, certes, l’ambiance générale du continent penchait plus vers la méfiance et le rejet que l’inverse, en ce moment, pour autant, tous les rois et reines n’étaient pas non plus fermés aux discussions. Il y avait une certaine urgence, d’où le « cours » qu’ils devaient avoir avec le seigneur Hamill, l’Ordre avait mis trop de temps à réaliser que ses connaissances étaient d’une pauvreté infinie et ce n’était pas le Magicien de Cristal qui allait le leur signaler. A se demander, même, si les Dieux et leurs serviteurs Immortels se souciaient réellement du sort du continent.

Bientôt, ils arrivèrent à Valan, la petite citée où vivait le Souverain et sa famille lors des belles saisons. Béryl restait un royaume peu peuplé, les montagnes prenaient quasiment tout l’espace disponible dans la contrée, et les habitants se regroupaient dans des cités placées aux pieds des montagnes, près des mines qu’ils exploitaient. Les vallées servaient, elles, pour l’élevage et un part infime de cultures. Valan était loin d’être un centre important et ils croisèrent peu de monde avant d’arriver à la demeure royale. Un petit château, principalement fait de pierres comme tous les autres châteaux du continent, à l’exception de celui de Shola qui avait la particularité d’être en partie taillé dans la glace et la pierre blanche. Les gardes leur ouvrirent les larges portes pour leur permettre d’entrer dans une cour modeste, pavée de pierre. Dempsey descendit souplement à terre et attacha son cheval là où leur indiqua, à des poteaux de bois près des mangeoires, aux écuries. Jasson marmonna qu’il espérait que ce roi-ci soit plus conciliant que ses confrères, faisant sourire Dempsey qui lui donna une petite tape encourageante sur l’épaule. Un majordome vint vint vers eux une minute après, pour les saluer et les escorter jusqu’au couple royal.

Le chevalier avait beau avoir quitté cet endroit alors qu’il n’était âgé que de quatre ans, il se souvenait encore des lieux avec une certaine clarté et aurait pu s’y guider sans l’aide d’une tierce personne. D’abord parce que le château était finalement très petit, ensuite parce que les lieux étaient décorés de nombreuses œuvres d’arts du pays qui fournissaient de multiples points de repères. On les fit passer dans une anti-chambre assez sobre en attendant que le couple royal soit averti qu’ils attendaient après eux, patientant finalement très peu de temps avant que le majordome ne revienne pour les faire entrer. Ils n’arrivèrent pas dans la salle du trône, comme c’était l’usage dans de nombreux pays, mais dans un salon tout simple, quoi que chaleureux, où le roi Wyler les accueillit comme de vieux amis qu’il n’avait plus vu depuis trop longtemps. C’était là le privilège des souverains de Béryl, Zénor ou ailleurs, où les souverains travaillaient comme les membres de leur peuple, où ils menaient aucune guerre contre les voisins, car la population était soit pacifiste, soit trop restreinte. La reine Stela les salua elle aussi très simplement, avant de les inviter à venir s’asseoir. Ici, peu de domestiques, le roi se chargea lui-même de servir des boissons, une fois tous assis.

Wyler – Vous transmettrez mes compliments et mes encouragements à la jeune Reine.

Stela – Tes « félicitations », mon chéri, pas tes encouragements. Notre pays doit garder des relations cordiales avec celui d’Émeraude 1er.

Dempsey préféra ne pas en rajouter une couche, dissimulant son sourire en toussant un peu. Les encouragements ici étaient de rigueur, en effet. Ils échangèrent quelques banalités avant de finalement entrer dans le vif du sujet, à savoir la guerre et la défense du continent. Eux au moins n’avaient pas face à eux un roi et une reine bien campés sur leurs positions, contrairement aux parents de Wellan, Santo, Bridgess, etc. Simples et ouverts, les deux se comportaient comme l’aurait fait n’importe qui dans le pays, fussent-ils à sa tête. Ils ne s’étaient pas épousés par amour, eux non plus, cependant, la chance, ou le destin, avait voulu qu’ils finissent par s’éprendre tendrement l’un de l’autre. Dempsey était leur premier enfant et avait conservé avec eux, à distance, un échange cordial avec son père, un peu plus affectueux avec sa mère, sans jamais en parler car les règles de l’Ordre réprouvaient qu’ils conservent de telles relations avec leurs familles. C’est pourquoi il était préférable qu’il parle, cette fois-ci, au nom d’eux trois mais aussi au nom de l’Ordre. Wyler écouta, tout d’abord en silence, gardant toujours ses questions pour la fin lorsqu’on venait l’entretenir d’une affaire. Le récit était bien long, car il fallait également inclure les découvertes récentes faites au Nord. Lorsqu’il acheva enfin son récit, le roi avait un air pensif, frottant un peu sa barbe grisonnante, sourcils froncés.

Wyler – Je ne pensais que les choses étaient aussi graves… Bien sûr, le malheur de Shola nous a tous bouleversés, mais une union de puissants sorciers ? Notre pays n’a aucune armée, vous le savez, mais si une telle guerre prend de l’ampleur, nous pourrons aider par la fourniture de ressources. J’ignore, parmi nos jeunes gens, combien seraient prêts à apprendre à porter les armes. Nous avons un peuple plutôt doux.

Oui, il le savait, il sera plus ardu de lever des hommes ici que dans d’autres royaumes, comme celui de Rubis, par exemple, où la population était nettement plus revendicative et agressive. Mais la culture n’était pas du tout la même, les forêts y étaient dangereuses et il avait fallu s’adapter. Dans ces montagnes, les plus gros dangers étaient les intempéries et pouvaient vite être évitées. Le froid tombant l’hiver dans les montagnes de l’Est n’était en rien comparable à la morsure glaciale et morbide du Nord.

Dempsey – En combien de temps pensez-vous évaluer cela ?

Wyler – Le temps que les messagers se rendent dans toutes les cités et récoltent les engagements de nos hommes, il faudra au minimum trois bonnes semaines. Je ferai ensuite parvenir notre réponse au Roi d’Émeraude. Mais ne comptez pas sur une grande aide en terme humain.

Une aide en ressources sera déjà plus qu’appréciée, au plus fort de la guerre, ces dernières étaient un handicap important lorsqu’elles venaient à manquer. Dempsey hocha la tête puis passa à l’autre sujet dont ils devaient discuter. S’il y avait effectivement des peuplades Naines dans ces montagnes, il devait y avoir des traces, peut-être même de discrets échanges commerciaux. Après tout, Chloé n’avait-elle pas rapporté que le Nain croisé à Shola se rendait justement dans les monts de l’Est ? Voyant l’étonnement se peindre sur le visage du Roi, il se tourna vers Chloé pour lui demander de décrire le Nain rencontré au Nord et ce qu’elle avait appris de lui. Après tout, ni lui ni Jasson n’y étaient, à ce moment-là, elle pourra mieux en parler qu’eux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 364
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancée
Ecuyer : Ariane
avatar
Chevalier d’Émeraude
Chloé d’Émeraude
MessageSujet: Re: Nécessité d'unir les pays   Mer 7 Fév - 22:10
Roi – Vous transmettrez mes compliments et mes encouragements à la jeune Reine.

Reine – Tes « félicitations », mon chéri, pas tes encouragements. Notre pays doit garder des relations cordiales avec celui d’Émeraude 1er.

Dempsey toussa mais Chloé vit nettement un sourire dissimulé, tout comme le sien d’ailleurs. Si même les autres royaumes pensaient cela… Ou alors était-ce uniquement ce peuple-ci qui semblait très ouvert et simple, ne cherchant pas les ennuis. Elle avait l’impression qu’ils étaient doux dans leur comportement, se débrouillant et survivant au froid sans se préoccuper de problèmes qui, pour eux, semblaient plus importants. Cependant, ils n’étaient pas non plus fermés à la discussion comme l’étaient d’autres souverains, ce qui leur faciliterait énormément la tâche. Plus que jamais, le continent avait besoin de ressources, de personnes pouvant combattre, tenir une épée ou susceptible d’aider d’une quelconque manière dans la guerre qui s’annonçait plus difficile. C’est pourquoi Chloé et Jasson restèrent silencieux, laissant leur frère d’arme parler aux souverains de Béryl puisqu’ils étaient toujours attachés à lui, indirectement. Cela se ressentait dans leur manière de parler, dans les paroles qu’ils échangeaient, dans leur manière de se tenir… Tout renier et oublier était difficile, aucun membre de l’Ordre n’avait réellement oublié ses parents, gardant une relation cordiale pour s’en servir dans des cas tel que celui-ci.

Dempsey parla longtemps, expliquant tout ce qu’ils avaient appris et découvert point par point, le roi Wyler ne posant aucune question et n’interrompant jamais son récit. A mesure qu’il parlait, Chloé vit le visage et l’expression du roi changer, lui-même réalisait les conséquences engendrées par toutes les paroles que Dempsey prononçait. Ils devaient se préparer d’urgence, rassembler leurs forces sans perdre une seule seconde, en apprendre davantage sur les dragons, wyvernes et leurs ennemis qui semblaient être de plus puissants. Mais la jeune femme n’était pas inquiète pour autant, tâchant de rester calme et gardant son sang-froid comme Santo le lui avait répété lors de leur dernière discussion. Les peuples du continent avaient besoin de voir qu’ils étaient confiants sans négliger l’aide qu’ils pouvaient apporter.

Roi – Je ne pensais que les choses étaient aussi graves… Bien sûr, le malheur de Shola nous a tous bouleversés, mais une union de puissants sorciers ? Notre pays n’a aucune armée, vous le savez, mais si une telle guerre prend de l’ampleur, nous pourrons aider par la fourniture de ressources. J’ignore, parmi nos jeunes gens, combien seraient prêts à apprendre à porter les armes. Nous avons un peuple plutôt doux.

Dempsey – En combien de temps pensez-vous évaluer cela ?

Roi – Le temps que les messagers se rendent dans toutes les cités et récoltent les engagements de nos hommes, il faudra au minimum trois bonnes semaines. Je ferai ensuite parvenir notre réponse au Roi d’Émeraude. Mais ne comptez pas sur une grande aide en terme humain.

Cela, personne n’allait en être étonné, chacun pouvait se douter du manque de bellicisme du peuple de ce royaume en y marchant quelques jours et en parlant à certains villageois. Ils étaient assez isolés, chaleureux mais ne devaient pas être préparés à la guerre ni taillés pour. Il fallait une certaine mentalité, être plus dur et ne pas avoir peur de combattre, endurer certaines blessures bénignes pour survivre à un risque de blessure mortelle. On ne devenait pas chevalier ou soldat du jour au lendemain… Certains jeunes hommes allaient vouloir s’engager pour aider, évidemment, Chloé n’en doutait pas une seule seconde, mais ils devraient veiller sur ceux qui n’avaient jamais tenu une épée et qui ne tiendraient pas une seconde sur un champ de bataille. Ce n’était pas de la cruauté ou de la sélection, c’était une question de sécurité et de protection. Question à laquelle Chloé accordait beaucoup d’importance, refusant de voir un enfant se battre alors qu’il n’y était pas prêt.

La tirant de ses pensées, Dempsey se tourna vers elle après avoir abordé l’existence des Nains dans les montagnes et de possibles traces de commerce témoignant de leur passage. Il était vrai que le Nain qui les avait guidés se rendait vers l’Est et, si tel était vraiment le cas, peut-être la population d’ici en avait-elle aperçu parfois ou entendu parler. Ils vivaient dans les montagnes, adoptaient un autre train de vie avec d’autres coutumes, d’autres histoires. Si Dempsey était trop jeune pour en avoir gardé des souvenirs, suffisamment en tout cas, il n’était pas à exclure la possibilité de rumeurs ou légendes. Mais le Roi ne semblait pas connaître ce peuple vu l’étonnement qui composait son visage… Dempsey lui demanda de décrire le Nain rencontré au Nord et de préciser ce qu’elle avait appris de lui durant ces heures très brèves de voyage. Elle hocha la tête, adoptant une posture bien plus respectueuse pour s’adresser au Roi, sereine, choisissant ses mots.

Chloé – Il s’appelait Fengast et était plus petit que nous, il nommait d’ailleurs notre race celle des « Grandes Gens ». Du reste, son physique est assez semblable au nôtre mais il semble doté d’une incroyable force physique et d’une grande connaissance sur les montagnes et leurs secrets. C’est lui qui nous a guidés pour regagner le continent et les terres connues alors qu’il y avait de la neige partout.

Chloé décrivit son comportement confiant dans les montagnes et ce qu’il leur avait dit à ce sujet durant leur long trajet, tout dans ses réactions témoignant d’une connaissance développée sur l’environnement montagneux. Il savait comment se nourrir, où et son peuple se dissimulait dans les montagnes, semblant avoir une certaine capacité à se cacher puisque jamais personne n’avait entendu parler d’eux. Mais, et elle ne l’ajouta pas à voix haute, Chloé ne put s’empêcher de penser que ce dernier détail ne voulait rien dire, que leurs connaissances étaient maigres et incroyablement limitées à Enkidiev et ses environs. Elle avait l’impression que leur esprit était fermé et limité à ce qu’ils voyaient, pouvaient atteindre à cheval sans chercher plus loin. Elle échangea un regard à ses frères d’armes avant de reprendre, pour le Roi, sur les habitudes des Nains et leur léger différend inexpliqué avec les Elfes. C’était d’ailleurs lui qui leur avait appris qu’ils étaient tout sauf pacifiques… Mais une chose à la fois.

Chloé – Ce sont des mineurs, forgerons et tailleurs de pierres. Il a dit qu’ils étaient peu nombreux mais plus résistants que les humains et je pense que la… reproduction n’est pas une capacité comme la nôtre, chez eux, puisqu’il nous a dit en être étonné. En revanche, il a été étonné et presqu’ébloui devant Ariane même s’il nous a avoué ne pas aimer la magie ni s’en servir. Il semblait connaître de vieilles légendes très belles, nous en a raconté plusieurs durant la soirée ainsi que de magnifiques chants. Je ne comprenais pas les paroles de certains, prononcés dans un langage qui lui était propre, mais je suis convaincue qu’une histoire se cachait derrière.

Chloé se souvenait presque avec émotion ces moments de partages, très touchée au moment-même par ces chants et leur sonorité. Il y en avait eu dans leur langue, oui, mais le premier et peut-être plus long était dans sa langue. Pourtant, il était parvenu à leur faire ressentir ce qu’il souhaitait, à transmettre de l’émotion, des sentiments, quelque chose de très fort et profond. Chloé eut un léger sourire, précisant cela au Roi, avant de parler des profondes dissensions régnant entre les Nains et les Elfes alors qu’il était très bien renseigné sur ce peuple, bien plus qu’eux concernant leur passé et leurs capacités. Pour Chloé, les Elfes étaient de très bons archers, très proches de la nature et très sages de par leur âge mais pour le reste, tout ce qu’avait évoqué Fengast… Alors pourquoi se haïr à ce point ? Parfois, elle regrettait de ne pas l’avoir demandé mais comprenait la réserve de leur guide, peut-être était-ce même une haine remontant à la nuit des temps et que lui-même ne pouvait réellement expliquer.

Chloé – Il y a également une profonde querelle entre les Nains et les Elfes même s’ils semblent bien connaître l’histoire de ce peuple. Il nous a raconté qu’ils n’étaient pas pacifiques mais très proches de la magie. Apparemment, ils ont également la capacité de réveiller les âmes d’objets inanimés comme les arbres. Ou ils l’ont eue, en tout cas. J’ignore si c’est le cas des elfes que nous connaissons mais le peuple que nous avons rencontré avec le guérisseur et le Roi Thranduil en sont peut-être capables.

Seulement, ce n’était plus son domaine, Chloé effleurait déjà à peine celui des Nains pour lequel ils avaient très peu d’informations. Elle tourna la tête vers Jasson pour le laisser parler à son tour, disant poliment qu’il en savait beaucoup plus sur eux qu’elle-même étant donné ses nombreuses missions dans leur royaume.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Nécessité d'unir les pays   
Revenir en haut Aller en bas
 
Nécessité d'unir les pays
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Zimbabwe-Mugabe : La Nécessité d’un Coup d’état
» Wikileaks: Les pays Arabes peu tendre envers l'Iran

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Piliers de la Terre :: Continent d'Enkidiev :: Royaumes du Sud :: Béryl-
Sauter vers: