Au cœur des temps anciens, le mal se répand sur terre, il faut se battre ou accepter de disparaître, le danger est partout...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un moment à deux

Aller en bas 
AuteurMessage
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 360
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancée
Ecuyer : Ariane
avatar
Chevalier d’Émeraude
Chloé d’Émeraude
MessageSujet: Un moment à deux   Jeu 12 Oct - 23:05
Chloé se frotta le visage, tâchant de bloquer l’accès à ses pensées et sentiments aux autres. Cela allait faire une semaine que l’attaque du dragon s’était passée et, pourtant, elle avait l’impression que des mois s’étaient écoulés… Comme elle avait touché à une arme pendant quelques minutes, elle avait été honnête et avait attendu un jour de plus avant de recommencer à s’entraîner doucement, histoire de ne pas avoir Santo sur le dos. Elle avait l’impression que tout s’était bousculé dans son esprit, tout venait, arrivait en même temps sans leur laisser le temps de respirer un peu. Le dragon, puis la venue d’Elvira présentée comme sa sœur, l’annonce du mariage, Callum… Et le mariage en question qui se préparait en musique, provoquant une vive agitation au sein du château d’Emeraude. Tout le monde semblait impatient et heureux. Enfin… Presque. Elvira ne l’était pas, comme elle l’avait fait comprendre à Chloé qui l’avait retrouvée en pleurs la veille. Comment réagir ? Elle n’était que chevalier et ne pouvait certainement pas faire preuve d’un quelconque manque de respect envers les rois. Quels qu’ils soient.

C’était le premier moment qu’elle passait vraiment seule, après le repas du soir, quelques minutes de repos pour se retrouver et respirer un peu. Elle poussa un profond soupir, s’appuyant contre un des murs dans la cour d’entraînement de l’Aile des Chevaliers en veillant à ne pas être trop visible depuis l’intérieur, souhaitant être tranquille. Juste quelques minutes pour souffler et ne pas devoir afficher un air calme et parfaitement maître de soi en toutes circonstances. Très sincèrement, Chloé ignorait comment réagir face à Elvira et Callum. Elle devait garder son sang-froid, comme Santo le lui avait dit, mais désolée, pour ça, c’était plus difficile. Elle entendit soudain des bruits de chevaliers qui quittaient le repas, sans doute pour aller se détendre un peu, ses frères d’armes profitant du calme pour rire ensemble et parler de tout et de rien. Wanda et Kevin riaient, son ancienne apprentie ralentissant en la voyant ici adossée à un des murs. Faisant mine de rien, elle les salua avec un petit sourire, assurant que tout allait bien et qu’elle voulait simplement prendre un peu l’air, comme tous les soirs, après une journée bien chargée.

Wanda – Tu es sûre ? Tu ne restes pas toute seule, d’habitude, lui dit-elle avec un air inquiet.

Chloé – C’est mon premier jour d’entraînement depuis près d’une semaine, j’ai seulement besoin d’un peu d’air, c’est tout.

Chloé lui fit un plus grand sourire, leur disant de rentrer sans s’inquiéter, qu’elle allait suivre aussi dans quelques minutes. Par chance, Wanda et Kevin finirent par céder, rentrant de leur côté en reprenant leur discussion là où ils l’avaient laissée. Elle savait que ses frères d’armes plus anciens, avec qui elle avait grandi et évolué depuis le début, avaient sûrement senti que quelque chose n’allait pas mais elle espérait tout de même qu’ils ne diraient rien et n’essaieraient pas d’en savoir plus. Elle devait seulement remettre de l’ordre dans ses pensées, apprendre à gérer certaines informations et à se contrôler. Le mariage entre Elvira et le roi… passait difficilement. Mais ce qui l’avait le plus touchée, ici, était le désarroi de sa demi-sœur et la douleur, mêlée à la colère, de Callum lorsqu’ils lui avaient appris pour le mariage de celle qu’il aimait. Les deux à quelques heures d’intervalle seulement. Et elle était impuissante, incapable d’aider qui que ce soit pour la première fois depuis longtemps. Evidemment, cela lui était déjà arrivé, mais entre Jasson, Elvira et Callum, c’était un peu trop en quelques jours à peine.

La jeune femme décida de rentrer à son tour lorsque le froid la fit trembler un peu et que les autres chevaliers commencèrent à revenir dans leur Aile, par petits groupes. Elle se mêla à l’un des groupes, discutant comme si de rien n’était, évitant les autres pour ne pas avoir de comptes à rendre. L’objectif principal était d’atteindre la chambre, se composer une tête normale ou même se coucher tout de suite avant que Dempsey n’arrive lui aussi, histoire d’esquiver la discussion ou les vagues d’apaisement qu’ils semblaient tous apprécier ces derniers temps. Chloé se redressa, se frottant encore un peu le visage pour ne pas avoir l’air étrange et tâcha de reprendre sa tête habituelle en entrant dans la Tour des Chevaliers. Elle croisa quelques personnes, forcément, mais resta plus silencieuse, se dirigeant vers la chambre qu’elle partageait à présent avec Dempsey. Ce qui était toujours bizarre, à ses yeux, tant cette situation avait évolué en l’espace d’une journée après une révélation inattendue. Elle n’avait jamais rien soupçonné !

Nogait – Bonne nuit Chloé !

Hein ? Oh. Chloé lui rendit son bonne nuit avec quelques secondes de retard juste avant qu’il n’entre dans sa propre chambre, suivi de son écuyer, refermant ensuite derrière eux. Elle-même était rentrée un peu plus tôt, laissant toujours à Ariane un peu de liberté le soir au cas où la petite Fée voulait un peu s’entraîner avec ses ailes. Même si la solution de demander à une autre fée semblait s’imposer de plus en plus… Mais soit, un problème à la fois. Elle grimpa encore quelques marches et arriva devant la porte de la chambre qu’elle ouvrit, soufflant un peu avant de la refermer derrière elle… pour tomber nez-à-nez avec Dempsey. Mais quand est-ce qu’il… Elle ne l’avait pas vu ! Chloé afficha immédiatement un sourire, un peu forcé mais passons, essayant de chasser toutes les émotions négatives. Ce n’était pas vraiment prévu, elle pensait avoir le temps et pouvoir dormir avant qu’il n’arrive, elle ! Se frottant à peu les bras pour se réchauffer, un peu mal à l’aise également, elle ne bougea pas tout de suite, annonçant qu’il lui avait fait peur.

Chloé – Je ne pensais pas que tu étais déjà là, dit-elle pour s’expliquer, je ne t’ai pas vu entrer. Colville dort déjà ? Je sais qu’Ariane doit profiter des quelques minutes qu’il lui reste avant de se coucher et je pense que les autres sont toujours en bas. Je n’ai vu que certains d’entre nous remonter.

Chloé se rapprocha pour chercher ses affaires et pouvoir se changer, préférant se bouger et ne pas rester bêtement là, comme ça, à attendre qu’il réponde. Il s’agissait là de questions bateau, en plus de cela, juste pour tromper sa surprise et essayer de se remettre d’aplomb en quelques secondes à peine. C’était idiot. Parfaitement idiot. Elle s’approcha de son armoire, une armoire en bois très haute au-dessus de laquelle trônaient quelques petites boîtes qu’elle n’arrivait pas à atteindre sans aide ou sans magie. Ouvrant les portes, elle attrapa la première tenue de nuit qu’elle trouva, commençant à se déshabiller sans plus de pudeur que cela. Ayant grandi avec des garçons, devenus hommes, qui étaient comme ses frères aujourd’hui, elle n’avait jamais été particulièrement gênée avec eux. Bon, leurs premiers écuyers étaient plus pudiques, mais c’était normal, ils n’avaient pas grandi dans les mêmes conditions, le même cadre. Ce qui n’était peut-être pas plus mal, surtout dans certains cas… Stop, éloigner tout ça loin, très loin. Secouant faiblement la tête, elle se tourna vers Dempsey, s’efforçant de faire une pause en restant « normale », les bras croisés.

Chloé – Et je ne t’ai pas demandé… Comment s’en sort Colville ? Tu as été aux petits soins pour moi depuis l’attaque et on n’a pas vraiment eu le temps de… parler. De tout ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 132
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancé
Ecuyer : Colville
avatar
Chevalier d’Émeraude
Dempsey d’Émeraude
MessageSujet: Re: Un moment à deux   Ven 13 Oct - 9:35
Son écuyer s’était littéralement effondré sur son lit, après avoir enlevé ses bottes et sa tunique les yeux fermé, s’endormant dès que sa tête était entrée en contact avec l’oreiller. Il avait vraiment travaillé très dur aujourd’hui… Dempsey eut un sourire attendri puis remonta la couverture sur lui, avant de se pencher pour l’embrasser sur le front. Allez, il ne risquait pas de se réveiller de sitôt, en tout cas, une longue nuit l’attendait, il n’était pas encore très tard. La petite chambre où il dormait maintenant était attenante à celle qu’il partageait depuis un jour ou deux avec Chloé. Identique à la leur, pourvue de deux lits jumeaux pour les enfants et d’une armoire pour qu’ils rangent leurs affaires. Ariane n’était pas encore couchée, enfin, elle savait qu’il ne faudra pas faire de bruit en rentrant. Dempsey sortit après voir soufflé les bougies pour plonger la pièce dans la pénombre puis regagna sa propre chambre, avec un signe de main pour Falcon et son apprenti qui rentraient dans la leur au même instant. Il ne sentait guère la présence de Wellan dans les environs, il était sûrement encore fourré à la bibliothèque, soit à lire pour se détendre, soit à continuer de concevoir plans et stratégies. Cameron était sans doute avec lui, leur grand chef piquait tous ceux qu’il pouvait avec son amour de la lecture, il les avait tous eu avec ça, lorsqu’ils étaient enfants.

Une fois assis dans sa chambre, sur son lit, il prit contact avec Jasson, pour savoir comment il se sentait. Visiblement, il allait sortir le lendemain ou dans deux jours, le Roi des Elfes ayant enfin daigné le libérer. Enfin une bonne nouvelle ! Leur jeune frère si actif allait tourner dingue en restant emprisonné comme ça, toutes leurs tentatives pour l’aider avaient viré à l’échec le plus complet, même le roi d’Emeraude s’y était cassé les dents, en envoyant lettres et émissaires, rien à faire… Les messagers avaient été accueillis à la frontières du royaume des Elfes à coups de flèches et sommés de faire demi-tour avant de les recevoir entre les deux yeux. Par ailleurs, les quelques royaumes avec qui les Elfes entretenaient également de faibles relations avaient vu leurs émissaires promptement chassés. La rumeur commençait à se répandre, sur le véritable roi du pays, et certains rois plus revendicatifs en étaient déjà se demander s’il ne s’agissait pas tout bonnement d’une déclaration de guerre. De guerre… Beaucoup ne pensaient pas les Elfes capables d’avoir ne serait-ce qu’une armée et d’autres, moins nombreux, pensaient que l’arrivée de ce roi signifiait qu’ils cessaient de se camoufler et allaient passer à l’attaque.

De ce qu’ils savaient, grâce à ce que Chloé, Nogait, Kevin et leurs apprentis avaient appris au Nord grâce à ce curieux « Nain », Thranduil était âgé, très âgé, Immortel et puissant, venu d’autres terres. Il était le frère aîné d’Hamill, ce qui en faisait donc le Roi légitime des Elfes, et il détestait les humains, pour une raison leur échappant. Cependant, il les haïssait mais restait dans l’optique d’en restait loin, coupés d’eux, il ne semblait pas vouloir la guerre. Ça, c’était la vision rassurante, en revanche, comment être certain des intentions d’un tel être ? Ils ne savaient quasiment rien de lui, ni même des elfes en général, impossible de le comprendre. Soupirant un peu, il se releva puis détacha les courroies du plastron de son armure pour l’ôter et le mettre sur le chevalet en bois, à droite de la grosse armoire. Ses pensées vagabondèrent aussi vers Bergeau et Santo, les deux petits, partis vers le royaume de Fal ce matin même, en bateau. Lui-même devait se rendre à Béryl, Wellan ne lui avait pas encore spécifié qui l’accompagnera, et autant dire que l’idée ne l’enchantait guère. Non pas qu’il craigne de regretter de ne plus avoir ses parents ou sa fratrie… Par contre, autant il était plus facile pour des parents d’écouter leurs enfants, même partis depuis des années, autant il était tout aussi simple que ce fait fausse leur jugement.

Dempsey était penché à enlever ses bottes lorsque Chloé entra à son tour dans la chambre, montrant aussitôt un sourire bizarre en lançant qu’il lui avait fait peur. « Peur » ? Il haussa un peu les sourcils en se tenant d’une main à la petite commode d’à côté le temps de terminer d’enlever ses bottes puis les posa près du chevalet, se lavant les pieds et les mains dans un broc d’eau posé sur la commode. Chloé ajouta qu’elle ne l’avait pas vu avant d’entrer, puis demanda si Colville dormait déjà. Il hocha la tête en se mettant de l’eau sur le visage, attrapant la serviette à tâtons. Oui, vu tout ce qu’il avait fait aujourd’hui, voilà un bon moment qu’il était entré dans le royaume des rêves et il n’était plus question qu’il en sorte avant que les premiers rayons du jour ne reviennent briller sur le château. Pendant ce temps, Chloé continua de dire deux ou trois banalités puis alla se changer à son tour et poser son armure, suivie du regard par Dempsey. Il retint un petit soupir en s’essuyant le visage, vêtu à présent plus légèrement, pour la nuit, un peu rafraîchi aussi. Décidément, Chloé et Jasson se ressemblaient beaucoup… Tous les deux avaient tendance à vouloir tout dissimuler lorsqu’ils allaient moins bien alors qu’ils en étaient incapables, aussi bien l’un que l’autre.

Chloé – Et je ne t’ai pas demandé… Comment s’en sort Colville ? Tu as été aux petits soins pour moi depuis l’attaque et on n’a pas vraiment eu le temps de… parler. De tout ça.

Dempsey – Tu sais ce qui est pratique, chez toi et Jasson ? Comme vous ne savez pas mentir ni cacher ce que vous ressentez, on voit aussitôt lorsqu’il y a un problème. Et même sans ça, on a passé toute notre vie ensemble, Chloé, à part quatre ou cinq ans, avant d’être envoyés ici. Ne te fatigue pas à essayer de te cacher.

Il reposa la serviette puis s’approcha d’elle pour la serrer doucement dans ses bras. Légèrement plus grand qu’elle, il put aussi poser la joue contre le haut de son crâne, dans les cheveux, en la berçant doucement, dans l’espoir de l’apaiser au moins un petit peu. Pour répondre à sa question, lui lui dit que son écuyer s’en sortait très bien et avait beaucoup de volonté, qu’il était aussi très différent de Kevin, au même âge, plus timide mais avec une grande envie de progresser. Enfin… Kevin aussi était plus timide et renfermé, les premières semaines, c’était en renforçant son amitié avec Nogait qu’il s‘était plus ouvert aux autres et épanoui. Elund avait passé des heures à réfléchir pour leur attribuer, la première fois, des enfants correspondant exactement à leur propre caractère, une fois que Wellan avait été le harceler pour qu’il accepte d’enfin les leur confier. Sans lui, peut-être même que ces jeunes n’auraient même pas terminés leur apprentissage, le magicien du château aurait sans doute refusé de les lâcher avant encore un ou deux ans, sans l’intervention de Wellan.

Dempsey – Je comprend ce que tu ressens, c’est un sujet sensible, poursuivit-il en la gardant contre lui, la serrant un peu plus fort. Si nous pouvions agir, chacun d’entre nous l’aurait déjà fait. Malheureusement… Ce n’est pas notre place, ça ne le sera jamais. Mais tu peux faire beaucoup, à la place de te morfondre, tu le sais, non ? Tu peux être là pour ta petite sœur et lui remonter le moral. Tu peux passer du temps avec elle de temps à autre, lui montrer que tu lui fais confiance et qu’elle peut te faire confiance.

Cette jeune femme en aura besoin, plus particulièrement encore si, après être tombée enceinte du Roi, on découvrait que ce n’était pas un garçon mais une fille, qu’elle attendait. Etant donné le grand âge de leur souverain, ce sera déjà un miracle en soit qu’il parvienne à mettre Elvira enceinte, sans doute son unique chance, même, la pression pour qu’elle lui donne un fils sera donc d’autant plus énorme. Dempsey pinça un peu les lèvres en songeant à ça, tout en continuant à masser doucement Chloé et la serrer dans ses bras.

Dempsey – Quant à Callum, et bien… Il faudra sans doute du temps avant que les choses soient moins tendues, entre lui et l’Ordre. Et s’il revoit Elvira… Si tous deux décident de… Et bien, personne n’est obligé de le savoir, n’est-ce pas ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 360
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancée
Ecuyer : Ariane
avatar
Chevalier d’Émeraude
Chloé d’Émeraude
MessageSujet: Re: Un moment à deux   Sam 14 Oct - 22:25
Dempsey – Tu sais ce qui est pratique, chez toi et Jasson ? Comme vous ne savez pas mentir ni cacher ce que vous ressentez, on voit aussitôt lorsqu’il y a un problème. Et même sans ça, on a passé toute notre vie ensemble, Chloé, à part quatre ou cinq ans, avant d’être envoyés ici. Ne te fatigue pas à essayer de te cacher.

Mais comm… Chloé poussa un soupir pendant que Dempsey reposait sa serviette, venant ensuite près d’elle pour la serrer dans ses bras. Elle se laissa faire, fermant les yeux en essayant de se détendre un peu tandis qu’il la berçait contre lui pour l’apaiser, comme lors de la fête pour Elvira où elle avait appris qui était la princesse en question, « digne fille du roi Pally ». En plus, ce n’était pas vrai, elle arrivait à cacher quand ça n’allait pas. Bon, pas tout le temps, mais c’est parce qu’ils lisaient ses pensées, puis ici elle n’avait pas été très discrète ce soir vu que plusieurs d’entre eux l’avaient croisée dans la cour avec un air plus fermé. Et son entrée dans leur chambre avait été… désastreuse, autant l’avouer platement. Seulement, il pouvait la laisser, elle allait bien… plus ou moins. Il fallait juste que tout ressorte une fois pour toutes, qu’elle se prépare mieux, qu’elle se reprenne. Elle n’était pas habituée à un tel sentiment d’impuissance, souhaitant aider les plus jeunes et ses proches dès qu’il le fallait. Et ici, elle ne pouvait pas. Comme elle n’avait pas pu avec Jasson, qui avait fini par s’en tirer tout seul, Elvira et Callum.

Mais Dempsey aurait pu, au moins, faire semblant d’y croire quelques secondes. Ne pas entrer dans le vif du sujet aussi vite, lui laisser quelques minutes de répit en répondant simplement à ses questions. Chloé replia ses bras aussi, les refermant sur Dempsey en reposant sa tête contre lui. Elle se concentra sur sa respiration, ses bras, entendant une porte se fermer dans le couloir, ne cherchant plus à cacher quoi que ce soit puisque c’était inutile. Quand même, ils vivaient peut-être ensemble depuis une vingtaine d’années, étaient très proches, etc., cela ne signifiait pas que cacher lorsqu’elle allait moins bien était impossible. Elle avait essayé ! En se plantant, certes, mais elle avait essayé en abordant des sujets banals.

Et, évidemment, il répondit à ses questions par la suite, affirmant que Colville s’en sortait très bien, qu’il avait beaucoup de volonté et qu’il était très différent de Kevin, beaucoup plus timide. Ce qu’elle comprenait, tous leurs écuyers étaient un peu… différents, cette fois-ci. Ariane n’était pas du tout le même genre d’enfant que Wanda, d’autant plus depuis qu’elle avait ses ailes, devenant imprévisible et très distraite. Elle devait apprendre à gérer ces… humeurs et réactions étranges et inattendues, très différentes de celles de son ancienne apprentie devenue chevalier à présent. Chloé suivit les pensées de Dempsey, tout à fait d’accord avec lui au sujet d’Elund. Mais elle comprenait le magicien, d’un certain côté, elle-même ayant éprouvé de nombreuses difficultés lorsqu’il avait fallu laisser grandir Wanda. Ne plus veiller sur elle restait étrange, vraiment, surtout qu’elles étaient forcément plus proches comme tous les chevaliers avec leurs anciens écuyers.

Dempsey – Je comprend ce que tu ressens, c’est un sujet sensible, poursuivit-il en la gardant contre lui, la serrant un peu plus fort. Si nous pouvions agir, chacun d’entre nous l’aurait déjà fait. Malheureusement… Ce n’est pas notre place, ça ne le sera jamais. Mais tu peux faire beaucoup, à la place de te morfondre, tu le sais, non ? Tu peux être là pour ta petite sœur et lui remonter le moral. Tu peux passer du temps avec elle de temps à autre, lui montrer que tu lui fais confiance et qu’elle peut te faire confiance.

Exactement le même conseil que Santo, à croire qu’ils pensaient tous la même chose et qu’ils n’avaient aucune autre idée, à leur tour. Chloé ne leur en voulait pas, ils n’étaient pas responsables, mais ce n’était pas possible. Pas suffisant, tout du moins. Elle avait essayé d’être présente pour Elvira, elle l’avait réconfortée du mieux possible lorsqu’elle était venue pleurer dans ses bras, mais… En quoi cela avait-il avancé la princesse, future reine d’un roi trois fois plus vieux qu’elle uniquement parce qu’un autre roi souhaitait faire des alliances ? La jeune femme connaissait la rengaine, bien sûr, savait que c’était le destin des princesses, qu’il fallait nouer des alliances, et tout cela. Mais ici… Elvira avait une pression incroyable et avait peur que le roi ne la touche. Et si elle ne tombait pas enceinte, ou qu’elle n’accouchait pas d’un garçon, ou encore que le bébé n’était pas viable ou en bonne santé… Et Callum allait devoir assister à tout cela, voir Elvira souffrir et porter un enfant, savoir que ce n’était pas volontaire, loin de là, et que celle qu’il aimait ne faisait qu’accomplir son devoir. Chloé se serra un peu plus dans les bras de Dempsey, fermant les yeux plus fort en imaginant la suite des évènements comme si cela avait le pouvoir de changer l’avenir alors qu’il la massait doucement sans la lâcher. Désolée, elle n’assurait pas du tout, ce soir…

Dempsey – Quant à Callum, et bien… Il faudra sans doute du temps avant que les choses soient moins tendues, entre lui et l’Ordre. Et s’il revoit Elvira… Si tous deux décident de… Et bien, personne n’est obligé de le savoir, n’est-ce pas ?

Chloé – Je ne comptais pas en parler, même si je sais que je devrais, dit-elle tout bas. Etant donné ce qu’elle vit déjà, lui prendre le seul homme qu’elle aime et l’obliger à…

Chloé fit non de la tête, s’écartant un petit peu de Dempsey sans quitter ses bras pour autant, posant ses mains sur son torse. Elle rouvrit les yeux pour le regarder, soupirant à nouveau en cherchant comment expliquer ce qui la bloquait vraiment. En entrant dans la chambre, elle pensait tout nier en bloc, laisser ça dans un coin et ne plus y repenser, mais là, dans les bras d’un proche… Il était plus difficile de tout repousser, surtout dans de telles conditions. Ce n’était que le soir, avant de se coucher, qu’ils pouvaient se voir sans armure ou tenue plus officielle, ce qui facilitait les confidences. C’était de la triche, en réalité, Dempsey savait que Chloé avait tendance à baisser les armes plus rapidement si on l’empêchait de s’isoler d’emblée. Une part d’elle-même lui en voulait pour cela tandis que l’autre avait juste envie de rester comme ça, sans rien dire, et d’attendre que cela passe tout seul. Elle pinça les lèvres, sachant que son compagnon devait deviner ses pensées à ce sujet sans aucune difficulté, en cet instant précis. Ce qu’elle pouvait détester ces liens… Chloé le lui reprocha à voix haute, ajoutant qu’il savait déjà tout ce qu’elle pensait de toute manière et qu’il pouvait aussi la laisser dormir, que ça passerait tout seul.

Chloé – Je ne me morfonds pas, je ne sais juste… pas comment parler de ça, et il y a plus important que mes sentiments à propos de cette histoire. Tant que je ne néglige pas mon rôle de chevalier, tout va bien.

Dempsey – Tu sais aussi que les sentiments sont importants car ils nous influencent, autant le moral que le physique. Et puis, parler, parler. Ne dis rien, laisse-toi aller, je peux ressentir ce que tu ressens. Et ce n'est pas qu'une question d'avoir grandi ensemble. Je suis tombé amoureux de toi lorsque j'avais cinq ans.

De… Pardon ? Il était tombé amoureux d’elle à cinq ans ?! Chloé ouvrit légèrement la bouche, le dévisageant quelques secondes, choquée. Elle en oublia momentanément ses préoccupations tant cette révélation était inattendue. Pourquoi ne lui avait-il rien dit avant, alors ? Pourquoi avoir attendu qu’elle soit blessée pour le lui dire… ? Ce n’était pas la première fois, en plus, pour… Oh. Parce qu’il avait vraiment cru la perdre, lors de cette attaque, ce qui aurait très bien pu être le cas si Callum n’était pas intervenu et s’ils n’avaient pas tous eu ce remède sur eux, contre le poison des wyvernes. Ce qui expliquait qu’il soit si attentif et qu’il l’ait veillée jusqu’à ce qu’elle soit capable de se lever toute seule. Mais elle ne… Elle ne savait pas. Elle ne l’avait jamais remarqué… Ils étaient très proches, oui, elle avait plus d’affinités avec Dempsey, mais jamais Chloé n’aurait cru qu’il était amoureux d’elle.

Chloé – Je ne… Je ne savais pas, murmura-t-elle. Depuis tes cinq ans ? Je n’ai rien fait de spécial, je n’étais qu’une enfant… Pourquoi n’en as-tu pas parlé plus tôt ? Qui d’autre savait, au juste ? Non, ne réponds pas, je ne préfère pas savoir.

Si cela se trouvait, tous les autres le savaient, s’en doutaient depuis des années et elle-même n’avait absolument rien vu. C’était ridicule… Et elle était entrée ici en étant convaincue de pouvoir cacher qu’elle allait moins bien à celui qui la connaissait sans doute le mieux d’entre tous leurs frères et sœurs d’arme. C’était couru d’avance, évidemment, il allait le voir… Mais elle ne pouvait pas le savoir ! Chloé pensait qu’il était tombé amoureux d’elle récemment ou qu’il avait compris qu’il tenait plus à elle qu’aux autres depuis quelques mois, ou quelques semaines peut-être. Maximum un an, peut-être deux. Mais plus de vingt ans… Et il lui disait cela maintenant, alors qu’elle était dans ses bras, lui demandant de se laisser aller comme il pouvait ressentir ce qu’elle ressentait. En temps normal, la jeune femme aurait répondu qu’il ne pouvait pas la comprendre, ce qu’elle avait failli faire d’ailleurs, mais ici… Peut-être même s’amusait-il de voir ses arguments être réduits au silence les uns après les autres avec cette seule révélation. Mais elle n’avait jamais rien vu ! Et lui, il…

Chloé – Je… Je ne trouve pas d’autre argument qui tienne la route… Je suis désolée. C’est juste que je n’ai pas l’habitude de me sentir si… impuissante. Des paroles ne suffisent pas, parfois. Je ne peux pas simplement me laisser aller alors qu’elle est obligée de tenir son rôle jour et nuit… Ce serait égoïste de ma part. Nous sommes censés aider les citoyens, non ? Ce n’est pas ce que je fais, ici. C’est surtout cela qui me met dans cet état…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 132
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancé
Ecuyer : Colville
avatar
Chevalier d’Émeraude
Dempsey d’Émeraude
MessageSujet: Re: Un moment à deux   Dim 22 Oct - 21:03
Chloé – Je ne comptais pas en parler, même si je sais que je devrais, dit-elle tout bas. Etant donné ce qu’elle vit déjà, lui prendre le seul homme qu’elle aime et l’obliger à…

Non, ils ne devaient pas, ce n’étaient pas leurs affaires. Ils n’avaient pas à s’occuper des actes des Rois, que ce soit dans leurs décisions concernant leur pays ou dans leurs affaires de cœur, donc peu importe qui aimait vraiment la princesse et où était cet homme, ce qu’ils faisaient, ça ne les concernait pas. Chloé s’écarta un peu, sans se dégager de l’étreinte pour autant, toujours en soupirant, aussi pâle que toute à l’heure. Et comme à chaque fois qu’elle se sentait coincée, frustrée ou lorsqu’elle boudait, elle tenta de faire jouer la carte de l’injustice, ajoutant aussi qu’il savait déjà tout ce qu’elle pensait de toute façon et qu’il pouvait bien la laisser dormir tranquille. Dempsey ne se retint qu’à très grande-peine de ne pas lever les yeux au ciel, ni même de sourire. Incroyable, cette manie ne la lâchera donc jamais, de sa vie toute entière, même Elund s’était déjà gentiment moqué d’elle un jour, là-dessus. Elle se faisait embêter là-dessus tellement souvent, lorsqu’ils étaient entre aînés de l’Ordre, comment faisait-elle pour ne pas le réaliser ? Dempsey lui sourit doucement, sans faire le moindre commentaire, il sentait à quel point c’était en ébullition, dans ce jeune esprit, pour le moment. L’ébullition dans ce corps tout entier… Elle ressemblait beaucoup à Jasson, oui, dès lors qu’il s’agissait d’un sujet sensible, elle s’emportait aussitôt et n’écoutait plus la voie de la raison, du moins, pas avant un très long moment. C’était là l’apanage des caractères passionnés.

Chloé – Je ne me morfonds pas, je ne sais juste… pas comment parler de ça, et il y a plus important que mes sentiments à propos de cette histoire. Tant que je ne néglige pas mon rôle de chevalier, tout va bien.

Dempsey – Tu sais aussi que les sentiments sont importants car ils nous influencent, autant le moral que le physique. Et puis, parler, parler. Ne dis rien, laisse-toi aller, je peux ressentir ce que tu ressens. Et ce n'est pas qu'une question d'avoir grandi ensemble. Je suis tombé amoureux de toi lorsque j'avais cinq ans.

Il n'avait rien réalisé durant leur enfance et ce n'est qu'avec le recul qu'il avait pu comprendre les sentiments qui l'avaient toujours habité, depuis sa plus tendre enfance et la première fois qu'il avait rencontré Chloé. Il pouvait bien le lui dire, maintenant, après avoir enfin trouvé l'élan pour tout lui avouer. Elle ne se rendait pas compte à quel point les femmes pouvaient vous intimider d'un seul regard ! Même involontairement, un battement de cils, un regard, un mouvement, et vous voilà paralysé, incapable de parler et de vous ouvrir, attendant le bon moment, ou bien dévoilant tout à cause de la peur ou du danger. Elle se mit à le dévisager durant plusieurs secondes, comme choquée, alors que lui-même avait presque envie d'en rire, à présent. C'était peut-être idiot, mais c'était ainsi, on ne parlait pas aux femmes qu'on aimait de la même façon qu'on parlait à des amis, à des frères ou à une personne rencontrée au hasard des voyages. Lorsqu'il avait cru la perdre, ce fameux jour, il était d'un coup devenu incapable de ne pas lui parler, de ne pas la serrer contre lui en lui montrant tout l'amour qu'il avait pour elle, incapable de garder enfermés ces sentiments, pas dans de telles circonstances. Il leva une main douce pour repousser derrière l'oreille de sa belle une longue mèche blonde légèrement bouclée venue lui retomber sur la joue, sans quitter du regard celui de Chloé. Il y avait tant de choses qu'il avait envie de lui dire, maintenant, il avait aussi de la serrer contre lui et de la rassurer, de lui montrer que même dans ce monde d'hommes, dur et rigide, elle pouvait se permettre de s'exprimer en tant que femme et montrer ce côté d'elle-même qui avait été étouffé après avoir grandi au milieu de garçons.

Chloé – Je ne… Je ne savais pas, murmura-t-elle. Depuis tes cinq ans ? Je n’ai rien fait de spécial, je n’étais qu’une enfant… Pourquoi n’en as-tu pas parlé plus tôt ? Qui d’autre savait, au juste ? Non, ne réponds pas, je ne préfère pas savoir.

Comme s'il y avait besoin de faire "quelque chose de spécial" pour qu'on vous aime ! Il soupira un peu à cette réplique, tout en resserrant légèrement l'étreinte sur elle. Quant à qui savait, il n'en avait aucune idée, Dempsey n'en avait jamais parlé à personne avant l'attaque du dragon et ne s'était pas non plus demandé, ni autrefois ni aujourd'hui, si quelqu'un dans l'Ordre avait déjà deviné cette vérité. Peut-être Santo et Jasson, les plus sensibles à toutes ces choses dans l'Ordre ? Peut-être même Kevin, aussi, qui se débrouillait aussi très bien. Sinon, il ne savait pas et ne voulait pas y réfléchir non plus, c'était un détail sans importance. sa main remonta pour venir se poser à plat contre l'omoplate de Chloé, pour bien la maintenir contre lui, en une attitude protectrice. Pourquoi, comment, depuis quand, toutes ces questions perdaient de leur intérêt une fois qu'on avait franchi le cap et qu'on pouvait être vraiment proche de celui ou celle qu'on aimait, ce qui comptait ne sera jamais le passé mais bien le présent. En tout cas, c'était ainsi qu'il concevait la vie. Vivre et aimer dans le présent, sans se préoccuper du passé ni s'inquiéter à propos du futur, car l'un était oublié et l'autre ne pouvait pas être deviné donc qu'importe ? Il continuait d'écouter et suivre les pensées de Chloé, son désarroi toujours aussi important et qui ne devrait pas s'arranger les jours prochains, avec le mariage en approche. Il était heureux d'aimer une femme aussi sensible, qui s'attachait même à une toute jeune femme à peine rencontrée. Enfin, ce cas était un peu différent, leur future reine n'avait pas, elle non plus, un destin des plus aisés et devoir coucher avec un homme qui avait l'âge d'être son grand-père était répugnant. La Nature ne voulait pas ça.

Chloé – Je… Je ne trouve pas d’autre argument qui tienne la route… Je suis désolée. C’est juste que je n’ai pas l’habitude de me sentir si… impuissante. Des paroles ne suffisent pas, parfois. Je ne peux pas simplement me laisser aller alors qu’elle est obligée de tenir son rôle jour et nuit… Ce serait égoïste de ma part. Nous sommes censés aider les citoyens, non ? Ce n’est pas ce que je fais, ici. C’est surtout cela qui me met dans cet état…

Dempsey – Dans ce cas-ci, c'est plutôt elle qui va nous aider. Les pays doivent s'unir et s'allier, ce mariage va sceller un accord profond et l'armée du royaume de Perle viendra nous soutenir, comme celle d'Emeraude, en cas de besoin. Si tu lui montres que tu ne gères pas ou que tu ne supportes pas la situation, tu l'enfonceras au lieu de lui redonner courage.

Il passa un bras autour de ses épaules puis l'incita à venir se coucher, elle sera déjà un peu mieux que de rester plantée là, debout à la merci des courants d'air. Terminer de se préparer fut assez rapide et les bruits dans leur tour s'estompaient déjà, les écuyers et leurs maîtres s'enfonçant un à un dans le sommeil. Dès qu'ils furent tous les deux couchés, Dempsey reprit Chloé dans ses bras pour un long câlin, lui massant doucement la nuque pour l'apaiser le plus possible et parce qu'il savait que cela fonctionnait à merveille pour la détendre. Plongés dans la pénombre, il ne dit rien pendant un long moment, tout attelé à la tâche, effleurant parfois, sur son dos et sous les épaules, quelques fines traces lui restant des combats sur les plages qu'ils menaient depuis sept ou huit ans, ou d'entraînement un peu rudes. Ils en avaient tous, même leurs jeunes chevaliers en collectionnaient déjà. La tête posée sur l'oreiller, il observait en même temps la douce lumière des étoiles et de la lune, brillant par la fenêtre fermée. Il était rare que les rideaux soient fermés pour la nuit, ils étaient tous habitués à dormir à la belle étoile et donc à la lumière nocturne des étoiles, c'était réconfortant, en réalité. On se sentait à la fois tout petit et comme faisant parti d'un tout, sous le regard du ciel et des Dieux.

Dempsey – Callum n'a pas répondu, lorsque je l'ai remercié... J'ai le sentiment qu'être ici lui rappelle encore plus tout ce qu'il a perdu, en étant exilé.

Gagner la confiance d'un homme qui avait traversé ce genre de situation était particulièrement ardu et compliqué, on ne pouvait pas espérer qu'il baisse sa garde en étant ainsi entouré d'inconnus, surtout avec leurs pouvoirs, et dans l'endroit où se trouvait également la femme qu'il aimait et qu'il avait perdue... Dempsey soupira un peu puis rapprocha plus Chloé de lui, l'entourant de ses deux bras avec douceur.

Dempsey – Après sa rencontre avec le Roi, il faudra lui demander assez vite, pour les exercices de tir à l'arc, le laisser ressasser ne semble pas une très bonne idée. Et ça lui changera les idées. Comme à Jasson, il sera revenu d'ici là. Il pourra aider aussi, au début, il s'était entraîné avec les Elfes, en plus d'ici.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 360
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancée
Ecuyer : Ariane
avatar
Chevalier d’Émeraude
Chloé d’Émeraude
MessageSujet: Re: Un moment à deux   Dim 26 Nov - 12:31
Dempsey – Dans ce cas-ci, c'est plutôt elle qui va nous aider. Les pays doivent s'unir et s'allier, ce mariage va sceller un accord profond et l'armée du royaume de Perle viendra nous soutenir, comme celle d'Emeraude, en cas de besoin. Si tu lui montres que tu ne gères pas ou que tu ne supportes pas la situation, tu l'enfonceras au lieu de lui redonner courage.

Merci pour ce précieux conseil… Ce n’était pas cela qui allait l’aider, et elle gérait parfaitement, c’était seulement un léger… Les nerfs qui lâchaient face à son impuissance. Elle ne le montrait pas, jamais, ses frères et sœurs d’armes trichaient et la connaissaient bien plus que la princesse qui venait seulement d’arriver. Elle s’apprêtait à dire que cela ne l’aidait pas mais Dempsey passa un bras autour de ses épaules, l’attirant vers le lit pour l’inciter à s’allonger avec lui. Mais elle n’avait pas terminé de se préparer et n’avait pas envie de rester allongée tranquillement dans son lit, dans le noir, surtout maintenant qu’il savait qu’elle n’était pas au mieux de sa forme. Au moins, debout, elle pouvait mettre une certaine distance entre Dempsey et elle, ce qui lui permettait d’échapper aux discussions et au chantage affectif, à la manière qu’il avait de l’inciter à se reposer et à se laisser aller simplement. C’était reposant, oui, c’était sans doute plus sage et raisonnable aussi, mais elle détestait cette façon de faire. Comme pour les vagues que Santo jetait sur eux, comme il l’avait fait lors de la fête, et à toutes les autres occasions du même genre.

Mais Chloé ne résista pas, entendant les bruits de la Tour qui faiblissaient jusqu’à se taire au bout d’un moment tandis qu’ils allaient se coucher ensemble. La nuit reprenait ses droits, le château devenait aussi silencieux que s’il n’avait jamais existé. Sitôt allongé, Dempsey la reprit dans ses bras sans la relâcher, la serrant longuement contre lui pour un câlin dont elle n’avait pas encore l’habitude. Il se mit ensuite à lui masser la nuque, la gardant toujours dans ses bras sans rien dire, silencieux alors qu’ils ne voyaient rien sinon la faible lueur des étoiles et de la lune qui les éclairait sans les déranger par la force de l’habitude et des années. D’autres trouvaient la nuit effrayante et inquiétante mais pas eux, pas alors qu’ils passaient parfois des mois entiers à dormir à la belle étoile sans toit sur la tête au beau milieu de forêts ou plaines isolées.

Chloé ignorait si c’était la lueur de la nuit ou le massage de Dempsey, mais elle se sentait de plus en plus détendue, à mesure que le temps passait, toujours silencieuse. Elle réfléchissait, observant les étoiles sans regarder son compagnon, se mordant les lèvres. Plus détendue, oui, mais ses pensées ne se calmaient pas pour autant, fusant dans tous les sens en remuant ce qui s’était produit durant ces quelques jours. Désolée. Elle poussa un léger soupir, fermant brièvement les yeux pour essayer de dormir. Au moins, cela l’éviterait de devoir discuter… Et se calmer était primordial, elle devait redevenir maître de ses émotions et d’elle-même pour ne plus se faire avoir comme c’était le cas ici. Dempsey trichait, complètement, et il le savait. Comme Santo l’avait fait avec sa vague.

Dempsey – Callum n'a pas répondu, lorsque je l'ai remercié... J'ai le sentiment qu'être ici lui rappelle encore plus tout ce qu'il a perdu, en étant exilé.

Ce qui était parfaitement normal. Il avait plus ou moins réussi à enfouir sa douleur profondément dans son cœur, ou sa mémoire plutôt, n’y pensant sans doute que lorsque la solitude était trop dure à supporter. Pour le reste, il s’occupait de sa vie, cherchait à vivre avec son chat en évitant le plus de personnes possible tout au long de ses journées et en chassant les wyvernes qui traînaient sur le continent. Alors, comment le lui reprocher ? Comment ne pas comprendre qu’il n’apprécie pas les remerciements d’avoir sauvé leurs vies face au dragon puisque cela l’obligeait à les accompagner ? C’était un sort cruel qu’ils lui réservaient, jamais ils n’auraient dû aller le rechercher, ni parler de ce qui s’était passé. Chloé aurait pu s’en sortir seule, ou alors ils auraient pu dire que leur sauveur était bien trop loin. Mais c’était un choix égoïste, pour préserver deux personnes contre la perspective d’en sauver plusieurs à l’avenir si Callum acceptait de leur apprendre le tir à l’arc… Dempsey poussa un petit soupir et rapprocha Chloé de lui, toujours avec cette même douceur, l’entourant de ses bras. Elle se laissa faire et nicha sa tête dans le creux de son cou, fermant les yeux pour tâcher de se calmer, de s’apaiser.

Dempsey – Après sa rencontre avec le Roi, il faudra lui demander assez vite, pour les exercices de tir à l'arc, le laisser ressasser ne semble pas une très bonne idée. Et ça lui changera les idées. Comme à Jasson, il sera revenu d'ici là. Il pourra aider aussi, au début, il s'était entraîné avec les Elfes, en plus d'ici.

Chloé – Jamais il n’acceptera de nous aider…, murmura-t-elle en relevant un peu la tête. Nous l’avons obligé à venir jusqu’ici, il va entendre les cloches du mariage de la femme qu’il aime avec quelqu’un d’autre et il sera dans le même château que l’homme qui l’a banni de son royaume et qui lui a tout pris.

Encore une fois, Chloé ne put s’empêcher de penser que c’était de leur faute mais elle tenta de refouler cette pensée au plus profond d’elle pour se reprendre, comme ils le lui demandaient depuis l’arrivée de sa demi-sœur à Emeraude. Et puis, il y avait l’état de Jasson. Elle ressentait une immense peine, chez lui, même s’il essayait de la dissimuler par moment pour ne pas les inquiéter. Lui non plus ne voudrait peut-être pas les aider vu que c’était leur idée de ramener une elfe pour sauver Santo, et qu’au final ils s’étaient fait prendre. Mais, là encore, elle essaya de refouler ce qu’elle ressentait pour ne pas recevoir d’autres commentaires de la part de Dempsey et se serra seulement dans ses bras, entendant des bruits de pas à l’étage sur le plancher. Un dernier encore réveillé qui allait se coucher, un retardataire ou un écuyer qui remontait seulement maintenant après une longue journée d’entraînement.

Chloé – Quant à Jasson, j’ignore s’il nous aidera dès qu’il sera rentré, à moins qu’il n’ait absolument besoin de penser à autre chose et de s’occuper pour ne pas penser à ce qui le rend triste, ce qui le fait souffrir. Mais, dans ce cas, nous devrons le soutenir le plus possible vu la peine qu’il ressent…

Comme avec la princesse, en fin de compte. Elle comprenait ce que Dempsey et Santo lui avaient dit, bien sûr, mais trouvait ses propres paroles bien maigres face à ce que devait ressentir leur future reine. Elle ne lui montrait pas que ça la touchait, évidemment ! Mais cette impression d’être impuissante était horrible, le constat de ne pas pouvoir aider d’autres personnes proches d’elle par la force des choses la rendait presque malade par moment, lorsqu’elle ressassait comme elle l’avait fait ce soir. Mais elle allait se reprendre, tout allait très bien, c’était seulement un moment de faiblesse comme ils en avaient tous. Et Dempsey le savait, il devait bien comprendre ce qui la préoccupait réellement, au fond. Des paroles restaient des paroles lorsqu’elles n’avaient aucune conséquence… Et Chloé doutait qu’Elvira se sente vraiment mieux après lui avoir parlé, puisque sa « grande sœur » n’avait été qu’une épaule sur laquelle pleurer, sans pouvoir lui donner de véritable conseil.

Chloé – Pour la princesse… Je suppose qu’il est inutile de te dire ce que je pense vraiment, tu as tout ressenti et entendu, n’est-ce pas ? Je la connais à peine mais le fait qu’elle ait été obligée de suivre le chemin que j’aurais dû suivre, et d’en être malheureuse, me fait penser que c’est de ma faute. J’ai vraiment envie de l’aider et de la soutenir et j’ignore si mes simples paroles suffisent vraiment. Elle était tellement terrifiée lorsqu’elle est venue me trouver… En plus, très honnêtement, je ne pouvais pas très bien la conseiller à ce sujet. Au moment où elle avait le plus besoin de paroles rassurantes et réconfortantes… Je n’ai pas assuré mon rôle de « grande sœur ».

Hum, là, ça en devenait gênant pour elle. Ce n’est que maintenant, à tête reposée, qu’elle analysait la situation sous un autre angle. Les autres n’avaient pas écouté sa discussion avec la princesse, logiquement, puisqu’ils respectaient cette distance et la demande d’intimité lorsque cela leur était demandé. Surtout qu’Elvira ne connaissait pas leurs pouvoirs, sinon elle n’aurait pas parlé de ce genre de sujet dans la Tour des Chevaliers. Mais cela n’en restait pas moins gênant. Ils étaient habitués à affronter des dragons, des ennemis, des pièges, des sorciers… Mais pas ceci. Sur le moment, Chloé s’était concentrée sur l’âge du Roi, évidemment, mais il n’y avait pas que cela qui avait gêné Elvira. Il y avait aussi « le reste ». Et Chloé, elle, avait répondu en comparant sa situation à un combat alors que ce n’était pas vraiment similaire. Voire pas du tout, en fait. Par chance, la pénombre masquait sa gêne soudaine et elle enfouit à nouveau légèrement son visage dans le cou de Dempsey pour qu’il ne puisse pas voir son air tant c’était ridicule. Voilà pourquoi elle ne savait pas comment aider Elvira…

Chloé – Je n’ai pas eu la même vie qu’elle, dit-elle tout haut, sa voix un peu étouffée avant de relever la tête d’un coup. C’est pour cela que je n’ai pas réussi à l’aider ! Même pour nous deux, c’est toi qui as fait le premier pas, et je n’ai toujours pas compris pourquoi. Nous devons attendre d’être confronté au pire pour une chose si simple ? Je n’ai fait que te répondre, et encore je n’ai rien dit, c’est toi qui… as tout fait. Je veux dire, on était proches depuis le début, oui, depuis toujours, mais je n’ai jamais vu ça comme de l’amour. Alors comment pourrais-je aider la princesse à ce sujet ? C’est toi, le plus doué là-dessus. Avec Santo, mais je préférerais éviter de… Passons. Que lui dirais-tu, toi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 132
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancé
Ecuyer : Colville
avatar
Chevalier d’Émeraude
Dempsey d’Émeraude
MessageSujet: Re: Un moment à deux   Jeu 4 Jan - 11:47
La jeune femme risquait d’être surprise, autant dans le cas de Callum que de celui de Jasson, car tous les deux étaient du genre à faire passer leur Devoir en avant, dans une guerre, avant leurs sentiments personnels. Donc Dempsey restait fermement convaincu que Callum restera pour leur montrer quelques bases, même si ce n’était pas pour longtemps, tout comme Jasson, il reprendra le cours de sa vie comme il la menait autrefois, bien évidemment, et pas seulement pour « se changer les idées » ! Comment Chloé pouvait-elle avoir si peu Foi en leur frère, si peu confiance en le lien qui l’unissait à eux tous ? Il était un peu choqué de voir qu’elle doutait ainsi de la loyauté de Jasson et pensait qu’il pourrait vraiment ne plus vouloir les aider de lui-même mais juste parce qu’il devait penser à autre chose. Vraiment… Certes, leur jeune frère était un tantinet moins proche et plus distant, mais tout de même, il était leur frère, même s’il avait plus la tête dans les étoiles, ils avaient grandi ensemble, été élevés et entraînés ensembles. Ce lien, personne ne pourra le briser, même si l’un d’eux partait pour une très longue mission, admettons, ils n’en resteront pas moins frères et sœurs pour autant. Callum, Jasson… Face à leurs guerres, ils accompliront leur devoir, il n’y avait même pas à en douter, tous deux avaient été formés pour être des soldats.

Chloé – Pour la princesse… Je suppose qu’il est inutile de te dire ce que je pense vraiment, tu as tout ressenti et entendu, n’est-ce pas ? Je la connais à peine mais le fait qu’elle ait été obligée de suivre le chemin que j’aurais dû suivre, et d’en être malheureuse, me fait penser que c’est de ma faute. J’ai vraiment envie de l’aider et de la soutenir et j’ignore si mes simples paroles suffisent vraiment. Elle était tellement terrifiée lorsqu’elle est venue me trouver… En plus, très honnêtement, je ne pouvais pas très bien la conseiller à ce sujet. Au moment où elle avait le plus besoin de paroles rassurantes et réconfortantes… Je n’ai pas assuré mon rôle de « grande sœur ».

Chloé avait parfois un mode de pensée plutôt difficile à comprendre… Ou une logique bizarre, en fait. Encore une fois, voilà une preuve, il ne comprenait pas comment elle s’y prenait pour mener ses raisonnements. Son cerveau n’était peut-être pas construit de la même manière que les autres ? Un sourire vint effleurer ses lèvres à cette idée, ravi que le noir le cache, pendant qu’elle-même se replier un peu sur elle-même et cachait son propre visage. Un rapide tour dans son esprit lui apprit cependant que ce n’était pas son manque de logique, sur ce coup-là, qui la faisait rougir. Ah, dommage. Pourtant, d’ordinaire, cette femme était pourtant l’une des plus logiques d’eux tous, très pragmatique et terre-à-terre, parfois même trop. Allons… Elle perdait toute notion de distance une fois que ça touchait aux sujets sensibles pour elle, comme les enfants, par exemple. lorsqu’ils étaient encore écuyers, un jour de très grand froid, elle avait retrouvé dans la cour l’un des enfants des serviteurs du château, livré à lui-même et pleurant, et avait passé toute la journée à s’en occuper, le faire manger et jouer avec lui pour le réconforter. Ils n’avaient que quinze ans et ses frères n’avaient plus manqué de la taxer de mère-poule, depuis lors, surtout lorsque, le soir venu, le père de l’enfant l’avait récupéré et qu’elle avait passé une heure sans pouvoir s’en remettre, jugeant qu’il s’en occupait mal.

Chloé – Je n’ai pas eu la même vie qu’elle, dit-elle tout haut, sa voix un peu étouffée avant de relever la tête d’un coup. C’est pour cela que je n’ai pas réussi à l’aider ! Même pour nous deux, c’est toi qui as fait le premier pas, et je n’ai toujours pas compris pourquoi. Nous devons attendre d’être confronté au pire pour une chose si simple ? Je n’ai fait que te répondre, et encore je n’ai rien dit, c’est toi qui… as tout fait. Je veux dire, on était proches depuis le début, oui, depuis toujours, mais je n’ai jamais vu ça comme de l’amour. Alors comment pourrais-je aider la princesse à ce sujet ? C’est toi, le plus doué là-dessus. Avec Santo, mais je préférerais éviter de… Passons. Que lui dirais-tu, toi ?

Dempsey – Tu réalises que c’est idiot de te sentir responsable ou coupable ? Ce n’est pas toi qui as décidée d’être envoyée ici pour passer les épreuves, c’est ton père. Et on ignore comment cela s’est passé pour Elvira. Si ses parents ont accepté de les donner, son frère et elle, ils sont autant responsables que le Roi. Un père digne de ce nom refuse de donner ses enfants à un autre, souverain ou pas. Ou bien s’il n’a pas le choix car il ne peut pas nourrir son enfant, le lien ne doit pas être coupé à jamais malgré tout.

En tout cas, c’était la façon dont il jugeait ce genre de chose, un enfant était un être précieux qui ne pouvait tout simplement pas se vendre ni se « donner » de cette façon, sauf circonstances exceptionnelles et uniquement pour assurer le bien de l’enfant et non pas le bien des futurs parents adoptifs. Dempsey se redressa pour se mettre un peu mieux contre les oreillers t sur le dos, avant de reprendre Chloé contre lui et la laisser se reposer contre son torse, en l’entourant encore de ses bras pour la masser.

Dempsey – De ce que j’ai ressenti chez Elvira, j’en pense qu’elle est plus avancée sur le terrain de l’amour que toi ou moi. Elle sait ce que c’est et ce que ça signifie, au fond d’elle, elle sait déjà les sacrifices que ça demande. En amour, si conseils il doit y avoir, ce sera sans doute elle qui t’en donnera, pas l’inverse. Donc quoi dire ? Déjà, ne la traite pas comme une petite fille fragile, tu ne l’aideras pas. C’est une femme, elle a vécu, elle a dû grandir plus vite pour assurer son rôle et sa place, et comprend donc bien des choses. Tu n’as pas à te mêler de ses histoires de cœur, ça ne concerne qu’elle et Callum et ce qu’ils jugeront bon de faire, ce sera leur choix, personne n’a à les condamner ni à s’en occuper, sauf si eux le demandent.

C’était ainsi, on ne s’occupait pas des affaires de couple des autres, sauf en cherchant absolument à s’attirer des ennuis ou à en provoquer. C’était intime, personnel, privé, point final. Dempsey ne voudrait pas non plus que qui que ce soit vienne lui dire ce qu’il avait à faire avec sa femme ! La seule situation où c’était encore acceptable était lorsqu’une personne cherchait de l’aide ou des conseils pour savoir comment aborder une personne lui plaisant ou apprendre à la connaître.

Dempsey – Si ça te travaille tant, tu peux toujours demander à Elvira qui étaient ses vrais parents. Elle doit s’en souvenir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 360
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancée
Ecuyer : Ariane
avatar
Chevalier d’Émeraude
Chloé d’Émeraude
MessageSujet: Re: Un moment à deux   Dim 21 Jan - 11:43
Dempsey – Tu réalises que c’est idiot de te sentir responsable ou coupable ? Ce n’est pas toi qui as décidée d’être envoyée ici pour passer les épreuves, c’est ton père. Et on ignore comment cela s’est passé pour Elvira. Si ses parents ont accepté de les donner, son frère et elle, ils sont autant responsables que le Roi. Un père digne de ce nom refuse de donner ses enfants à un autre, souverain ou pas. Ou bien s’il n’a pas le choix car il ne peut pas nourrir son enfant, le lien ne doit pas être coupé à jamais malgré tout.

Chloé fit une moue que Dempsey ne pouvait pas voir grâce au noir, réfléchissant à ce qu’il lui disait. C’était idiot… Bon, peut-être. Mais c’était facile, dit comme cela, forcément que ce qu’elle pensait semblait ridicule et illogique ! C’était son père qui avait décidé de l’envoyer à Emeraude, son père qui avait donné sa fille au Royaume pour la faire devenir chevalier alors même qu’aucune autre fille ne l’était à l’époque. En fin de compte, elle n’avait absolument rien décidé et ne pouvait pas prédire que le Roi allait prendre d’autres enfants par volonté d’assurer sa descendance. Ce n’était qu’une hypothèse, l’enlèvement restait possible mais Dempsey avait sûrement raison. Chloé le savait tout au fond d’elle, sa raison le lui répétant depuis qu’elle était allongée près de lui à l’écouter sans répondre immédiatement, que ce qu’il disait n’était que la stricte vérité. Mais elle avait agi aussi dans le sens des parents d’Elvira, même s’ils avaient donné leurs enfants au Roi, jamais son père n’aurait cherché un autre enfant. Peut-être aurait-elle pu…

Dempsey remua un peu, se redressant pour arranger les oreillers avant de reprendre Chloé dans ses bras, sur le dos, et de la serrer contre lui. Elle posa sa tête contre son torse, se laissant faire tandis qu’il la massait comme tout à l’heure. Depuis qu’ils étaient allongés, il n’avait pas arrêté une seule minute et… Au fur et à mesure, la jeune femme était forcée d’admettre qu’elle se sentait un peu mieux. Plus détendue, plus disposée à écouter ce que son frère d’arme lui disait en abandonnant sa position habituelle. Et, maintenant qu’elle y repensait, Dempsey était un des seuls à savoir comment lui parler, comment s’y prendre pour ne pas la braquer lorsqu’un sujet plus délicat la travaillait. Comme ici… Ce qui était traitre de sa part, ils avaient toujours été plus proches mais jamais Chloé aurait imaginé qu’il se servirait de cette proximité pour essayer de la faire parler à propos de tout ce qui la préoccupait ces derniers jours.

Dempsey – De ce que j’ai ressenti chez Elvira, j’en pense qu’elle est plus avancée sur le terrain de l’amour que toi ou moi. Elle sait ce que c’est et ce que ça signifie, au fond d’elle, elle sait déjà les sacrifices que ça demande. En amour, si conseils il doit y avoir, ce sera sans doute elle qui t’en donnera, pas l’inverse. Donc quoi dire ? Déjà, ne la traite pas comme une petite fille fragile, tu ne l’aideras pas. C’est une femme, elle a vécu, elle a dû grandir plus vite pour assurer son rôle et sa place, et comprend donc bien des choses. Tu n’as pas à te mêler de ses histoires de cœur, ça ne concerne qu’elle et Callum et ce qu’ils jugeront bon de faire, ce sera leur choix, personne n’a à les condamner ni à s’en occuper, sauf si eux le demandent.

Mais Chloé ne traitait pas Elvira comme une petite fille fragile ! Elle faillit le rétorquer à Dempsey presqu’immédiatement mais s’abstint de tout commentaire, entendant déjà sa réponse aussi clairement que les paroles qu’il venait de prononcer. Elle savait que la princesse était responsable, qu’elle possédait une très grande maturité de par son éducation, mais elle restait tout de même très jeune et fragile à certains sujets. Sinon, pourquoi aurait-elle eu besoin de lui parler, vraiment ? C’est qu’elle avait besoin de conseils, d’un appui, de quelqu’un de plus âgé, non ? Ou alors, Chloé n’y connaissait vraiment rien. En amour, elle ne niait pas moins maîtriser le sujet, c’est même ce qu’elle avait avoué à son compagnon quelques instants auparavant. Seulement… Si Dempsey lui disait de ne pas se mêler des affaires d’Elvira, de ne pas la conseiller en amour, que c’était normal en fin de compte, qu’attendait-il qu’elle fasse précisément ? Elle était un peu perdue, pour être honnête, et ne put s’empêcher de lever la tête vers lui avec un air presque dépité lorsqu’il termina sa phrase, même s’il ne voyait rien ou presque.

Dempsey – Si ça te travaille tant, tu peux toujours demander à Elvira qui étaient ses vrais parents. Elle doit s’en souvenir.

Chloé – Ça ne me travaille pas tant que ça, je ne vais pas demander à Elvira qui étaient ses parents, imagine que c’est un sujet sensible ? Ce serait maladroit de ma part, et ce ne sont pas mes affaires en plus. Je m’inquiète seulement un peu pour elle… Tu l’aurais vue, je suis sûre que tu te serais inquiété aussi, ne me dis pas que c’est parce que je suis une « mère-poule », ce n’est pas vrai, je fais seulement attention aux plus jeunes.

Pour éviter les commentaires supplémentaires, Chloé bougea un peu en s’écartant brièvement de Dempsey afin d’attraper sa main et la serrer dans la sienne, toujours un peu allongée contre lui, sur son torse. Elle nicha sa tête dans le creux de son cou, respirant un peu plus doucement tandis que leurs frères et sœurs d’armes, ainsi que les écuyers, avaient l’air de s’être endormis ou de parler plus bas dans les chambres de la Tour. En fin de compte, cet endroit était familier, calme, reposant, sans oublier le contact proche de son frère, ami et compagnon. Puisque Dempsey semblait déterminé à l’apaiser, sans la laisser dans l’état dans lequel elle était entrée dans la chambre, autant ne pas le rejeter… Il avait raison, oui, elle le savait, mais c’était logique de s’inquiéter ! Il ne l’avait pas vue pleurer, cet air triste et perdu, puis ses questions, son comportement… Et puis, l’air de Callum, le semi-malaise qu’il avait fait en apprenant pour le mariage. Chloé ne pouvait pas rester insensible à ça ! Elle avait seulement essayé d’appliquer les conseils de Santo, se montrer disponible et être présente, soutenir Elvira.

Chloé – J’essayais juste d’appliquer ce que Santo et toi m’aviez dit… De l’aider et la soutenir, d’être là lorsqu’elle en aurait besoin. Mais là, tu me dis de ne pas me mêler des histoires de cœur, que je ne peux pas la conseiller non plus. Alors, que dois-je faire ? Je suis perdue quant à mon rôle, là-dedans, je peux seulement l’aider pour le futur bébé. Mais, même pour la grossesse, je ne pourrai pas être à ses côtés, et elle le sait.

Comme Dempsey le savait, elle aussi le savait. En étant chevalier et en pleine guerre, promettre une présence était bien plus difficile, maintenant comme dans neuf mois ou un an. Donc en quoi Chloé pouvait-elle être utile, précisément ? Elle éprouvait de grandes difficultés à voir où ils voulaient en venir, à ce niveau, désolée. Mais elle n’avait pas non plus envie de ne penser qu’à cela de la soirée, surtout qu’ils étaient tranquilles et allongés au calme, pour une fois, avec quelques jours d’accalmie avant de reprendre leur quotidien agité. Jasson allait rentrer, le roi des Elfes allait leur donner des cours sur les dragons et wyvernes, ils allaient tous partir en mission aux quatre coins du continent… C’était pour cette raison que Chloé avait été si réticente lorsque la princesse lui avait demandé d’être la marraine de son futur bébé, partant de l’optique qu’elle risquait de mourir toutes les semaines au combat, comme cela avait été le cas avec l’attaque de wyverne. Elle avait eu tellement peur que… Eloignant cette pensée d’elle pour ne pas la montrer, Chloé resserra inconsciemment sa main sur celle de Dempsey, un peu après ses paroles, reprenant d’une voix plus honteuse ensuite.

Chloé – Je crois que j’ai fait une bêtise… Elle m’a demandé d’être la marraine du bébé et j’ai été… bloquée. Mais si je suis ce que vous avez dit, je dois accepter pour la soutenir et la rassurer, au moins un minimum… Je lui laisserai une lettre demain matin pour lui dire que j’accepte et m’excuser. J’espère seulement être en mesure de l’aider réellement, le plus possible. D’ailleurs… Regarde pour nous, il n’y a aucun couple officiel dans l’Ordre, je pense que la raison est évidente. Faire des projets personnels est incroyablement difficile sur la longue durée. Tu es le seul à avoir fait le premier pas, on ne pense pas à la vie à côté, à tout ce qui ne concerne pas notre devoir de chevalier. J’avoue ne pas comprendre comment tu as fait…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 132
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancé
Ecuyer : Colville
avatar
Chevalier d’Émeraude
Dempsey d’Émeraude
MessageSujet: Re: Un moment à deux   Lun 22 Jan - 20:54
Chloé – Ça ne me travaille pas tant que ça, je ne vais pas demander à Elvira qui étaient ses parents, imagine que c’est un sujet sensible ? Ce serait maladroit de ma part, et ce ne sont pas mes affaires en plus. Je m’inquiète seulement un peu pour elle… Tu l’aurais vue, je suis sûre que tu te serais inquiété aussi, ne me dis pas que c’est parce que je suis une « mère-poule », ce n’est pas vrai, je fais seulement attention aux plus jeunes.

Mère-poule tout de même, tout le monde le lui affirmera sans ciller et, sans aucun doute, pour toute le reste de son existence, voire au-delà de sa mort. Il secoua un peu la tête, souriant devant autant de mauvaise foi sur ce sujet, tandis qu’elle remuait à son tour et lui serrait la main. Il continuait à la masser doucement pour l’apaiser, du moins comme il le pouvait pour l’instant, la laissant exprimer ce qu’elle avait sur le cœur tout en suivant le souffle tumultueux de ses pensées, émotions, sentiments presque à vif. Curieux comme le passé venait parfois vous rattraper, vous sauter à la gorge de cette façon, alors qu’on croyait l’avoir laissé à jamais derrière soi. Ceci étant, ils ne pouvaient rien faire pour le modifier, eux-mêmes étaient encore enfants à cette époque, par ailleurs, dans le contexte actuel, c’était malheureusement le genre de problèmes perdant bien des places sur la liste des priorités. Que valaient les soucis personnels face au danger imminent d’une guerre où des populations toutes entières pouvaient être massacrés ? Cela passait dans le flot, chacun gérait comme il le pouvait et la communauté n’en savait jamais rien. Horrible ? C’était comme ça, voilà tout. Ni terrible, ni merveilleux, c’était juste… comme ça.

Chloé – J’essayais juste d’appliquer ce que Santo et toi m’aviez dit… De l’aider et la soutenir, d’être là lorsqu’elle en aurait besoin. Mais là, tu me dis de ne pas me mêler des histoires de cœur, que je ne peux pas la conseiller non plus. Alors, que dois-je faire ? Je suis perdue quant à mon rôle, là-dedans, je peux seulement l’aider pour le futur bébé. Mais, même pour la grossesse, je ne pourrai pas être à ses côtés, et elle le sait.

Dempsey – L’aider comme tu le peux, selon le temps que tu as, c’est déjà très bien.

Elle pouvait être à ses côtés, bien évidemment, même si ce n’étaient que quelques heures volées ici et là, ce qu’il lui affirma sans une once d’hésitation dans la voix. C’était le mieux qu’ils puissent faire en temps de guerre et oui, la princesse, future reine, le savait très bien. Ce n’était pas une raison pour dramatiser ou s’en sentir mal, ils n’accomplissaient que leur devoir.

Chloé – Je crois que j’ai fait une bêtise… Elle m’a demandé d’être la marraine du bébé et j’ai été… bloquée. Mais si je suis ce que vous avez dit, je dois accepter pour la soutenir et la rassurer, au moins un minimum… Je lui laisserai une lettre demain matin pour lui dire que j’accepte et m’excuser. J’espère seulement être en mesure de l’aider réellement, le plus possible. D’ailleurs… Regarde pour nous, il n’y a aucun couple officiel dans l’Ordre, je pense que la raison est évidente. Faire des projets personnels est incroyablement difficile sur la longue durée. Tu es le seul à avoir fait le premier pas, on ne pense pas à la vie à côté, à tout ce qui ne concerne pas notre devoir de chevalier. J’avoue ne pas comprendre comment tu as fait…

Dempsey – La seule raison, qui est pourtant évidente en effet, est que notre génération n’a pas eu le temps, en débutant l’âge adulte, de penser immédiatement à l’amour et que la seconde flirte déjà plus que nous. Ça n’a rien à voir avec la prétendue difficulté de faire des projets personnels… Je te rappelle juste qu’on avait des wyvernes qui venaient toutes les deux semaines pique-niquer sur nos plages et que nous n’étions que sept.

Il n’avait pu s’empêcher de lever les yeux au ciel, même si elle ne pouvait pas le voir, avec un énorme soupir. Elle n’était pas mal, celle-là ! Elle ne voyait pas à quel point les jeunes sortaient et flirtaient, entre eux ou avec des personnes du coin ? Elle ne voyait donc pas que Falcon bavait littéralement sur Wanda sans oser l’approcher ? Elle ne voyait pas Bridgess qui faisait tout pour montrer à Wellan qu’elle le voyait plus que comme un simple ami ? Elle ne voyait pas que Bergeau avait souvent les pensées tournées vers la jolie rouquine qu’il avait rencontré à Zénor ? Elle ne voyait pas que Santo avait été touché par la femme rencontrée à Alhombria ? Non, vraiment ? Perplexe, il lui assena alors tout ça point par point, sans même essayer de cacher à quel point il la trouvait aveugle, sur ce sujet.

Dempsey – Le seul dans cet Ordre qui ne pense qu’au travail en permanence et qui ne fait jamais de projets personnels, c’est Wellan. Tu le sais, pourtant… Pourquoi penses-tu ne pas être capable de soutenir Elvira ? Même si tu ne la vois pas souvent, c’est déjà cela, étant donné sa position.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 360
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancée
Ecuyer : Ariane
avatar
Chevalier d’Émeraude
Chloé d’Émeraude
MessageSujet: Re: Un moment à deux   Mer 24 Jan - 19:02
Dempsey – La seule raison, qui est pourtant évidente en effet, est que notre génération n’a pas eu le temps, en débutant l’âge adulte, de penser immédiatement à l’amour et que la seconde flirte déjà plus que nous. Ça n’a rien à voir avec la prétendue difficulté de faire des projets personnels… Je te rappelle juste qu’on avait des wyvernes qui venaient toutes les deux semaines pique-niquer sur nos plages et que nous n’étions que sept.

Bon… D’accord, c’était vrai, Chloé avait peut-être jugé un peu trop vite. Mais elle était fatiguée, à cran, et ne pouvait s’empêcher d’être prise de… d’elle ne savait trop quoi, en réalité. Peut-être qu’ils avaient eu énormément de travail depuis leur arrivée à Emeraude, plus encore lorsqu’ils étaient devenus adultes et seuls face aux wyvernes et attaques régulières. Dempsey avait peut-être raison à ce niveau-là, mais pourquoi personne n’était en couple alors ? Ils étaient les premiers, les autres étaient seulement amoureux sans oser faire le premier pas. Son frère d’arme ne manqua pas, d’ailleurs, de citer tous leurs frères et sœurs amoureux de quelqu’un, comme pour lui prouver qu’elle avait tort à ce sujet et qu’ils pensaient à leurs projets personnels. Il cita tous les « couples » un à un, comme s’il pensait qu’elle était aveugle, sans même cacher son exaspération.

Mais il ne faisait que lui dire ce qu’elle savait déjà ! Oui, Chloé avait vu toutes ces histoires de cœur, elle n’était pas aveugle, loin de là ! Elle devait être dans les premiers à y faire attention sans s’imposer pour autant, attendant que la personne fasse le premier pas si elle voulait des conseils. C’était ce qu’elle avait fait avec Wanda, la surveiller sans rien dire, être silencieuse et patiente même si, intérieurement, elle fondait littéralement devant les sentiments de son ancienne écuyer pour Falcon. Elle n’était pas aveugle, elle savait déjà tout cela ! Mais personne ne s’était lancé, de tous, Dempsey avait été le premier à faire le grand saut sans qu’elle ne s’en doute le moins du monde. Pourtant, ce n’était pas les occasions qui manquaient, tous lisaient dans l’esprit les uns des autres, les sentiments étaient officiels dès le moment où ils commençaient à naître. Mais personne n’osait concrétiser tout cela. C’était tout de même bizarre, Dempsey ne pouvait pas le nier, ça !

Dempsey – Le seul dans cet Ordre qui ne pense qu’au travail en permanence et qui ne fait jamais de projets personnels, c’est Wellan. Tu le sais, pourtant… Pourquoi penses-tu ne pas être capable de soutenir Elvira ? Même si tu ne la vois pas souvent, c’est déjà cela, étant donné sa position.

Chloé – Je… Je ne sais pas, dit-elle un ton plus bas. D’habitude, nous pouvons vraiment aider un maximum de gens. Seulement, ici, j’en suis incapable, j’ignore ce que je peux lui dire pour l’apaiser, la soutenir réellement, sans paroles creuses qui ne signifient rien. Il ne me suffit pas d’agir comme je le fais avec vous ou les enfants pour l’aider… C’est peut-être ça le problème. Pour vous, c’est simple et évident à chaque fois, on n’arrive pas à cacher quoi que ce soit, comme tu l’as dit. Et on sait comment parler, ce dont chacun a besoin. Pour les enfants aussi parce qu’on a été dans les mêmes…

… conditions. Chloé s’interrompit, ne terminant pas sa phrase, troublée par cette constatation. Ils avaient vécu les mêmes choses, connu le même quotidien et les mêmes pensées que leurs écuyers puisqu’eux-mêmes se confiaient tout, enfants. Ils n’avaient pas vraiment d’adultes à qui parler et qui veillait sur eux vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept. Maître Elund, oui, mais pas comme eux le faisaient avec les enfants aujourd’hui. Alors qu’Elvira… Au fond, Chloé et elle étaient différentes. Elles n’avaient pas les mêmes préoccupations, n’avaient pas le même vécu. Même pas les mêmes parents ! Elvira devait diriger le Royaume, ou plutôt le représenter et lui donner une descendance là où Chloé devait simplement en assurer la protection, y compris celle du continent tout entier, avec ses frères et sœurs. En parlant un peu, dans la chambre de leur future reine, la jeune femme avait pu partager des choses avec elle, ayant également découvert qu’elle devait rêver de voyage aussi souvent qu’elle. Elle se redressa un peu, relâchant la main de Dempsey pour s’adosser contre l’oreiller, ouvrant les yeux dans la pénombre, à demi-assise, consciente que son compagnon avait sans doute tout suivi de ses pensées. Plus encore maintenant, ses frères d’arme plus protecteurs avaient la fâcheuse habitude de lire ses pensées lorsqu’elle allait moins bien. Mais, très sincèrement, pour l’instant, cela lui importait peu.

Chloé – Je ne la connais pas… J’agis avec elle comme avec les autres, comme si je la connaissais depuis longtemps. Et elle ne me connaît pas non plus… Pourtant, elle me fait suffisamment confiance pour me demander d’être la marraine de son futur enfant, sans même savoir qui je suis réellement. Je crois que, ce qui m’effraie, c’est de… d’être surestimée. Qu’elle ait des attentes trop élevées par rapport à ce que j’ai l’habitude de faire.

Chloé poussa un soupir, remuant encore sans trouver de bonne position pour finir par rester assise dans le lit, tout simplement, avant de se frotter un peu le visage. Désolée, réaliser cela était… stupide ? Non, ce n’était pas le mot. Inattendu correspondait mieux. C’était une sensation étrange, se dire que quelqu’un lui faisait confiance à ce point pour autre chose que ce pourquoi elle s’entraînait depuis enfant était un peu terrifiant. A priori, oui, soutenir quelqu’un n’était pas difficile pour elle qui soutenait ses frères naturellement mais elle connaissait leurs pensées et n’avait, parfois, même pas besoin de parler pour les comprendre et les rassurer. Comme Dempsey ici, en soi, excepté qu’il ne lâchait pas le sujet ce soir là où il avait dit qu’elle n’avait pas besoin de parler, qu’elle devait seulement se laisser aller. C’est ce qu’elle faisait, en plus ! Chloé était détendue, elle s’était laissé faire lorsqu’il avait commencé à la masser et l’avait incitée à s’allonger. Elle faisait de gros efforts, d’habitude, c’était elle qui s’inquiétait pour les autres et cherchait à ce que chacun aille bien, surtout s’ils ressentaient que l’un des leurs n’était pas au meilleur de sa forme.

Chloé – C’est le monde à l’envers… D’habitude, ce n’est pas moi qui dois être rassurée ou qui dois parler. Surtout que, tout ce que tu viens de dire, je le sais déjà, j’ai remarqué tous ces sentiments, je les ai ressentis comme toi et probablement chacun au sein de l’Ordre. J’y fais très attention, tu me connais ! Ce que je voulais dire, c’est que… C’est officieux, personne ne s’est lancé et… Je pense que c’est la fatigue qui me fait dire cela, et puis tous les changements récents. C’est vrai, Elvira est arrivée, le Roi se marie, ils vont avoir des enfants, je suis tombée sur Callum… Et tu m’as avoué que tu m’aimais juste après qu’une wyverne m’ait croqué la jambe. Le plus ironique, là-dedans, c’est que le combat et ta déclaration ne me choquent pas. Enfin, pas trop.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 132
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancé
Ecuyer : Colville
avatar
Chevalier d’Émeraude
Dempsey d’Émeraude
MessageSujet: Re: Un moment à deux   Mer 21 Fév - 12:11
Chloé – Je… Je ne sais pas, dit-elle un ton plus bas. D’habitude, nous pouvons vraiment aider un maximum de gens. Seulement, ici, j’en suis incapable, j’ignore ce que je peux lui dire pour l’apaiser, la soutenir réellement, sans paroles creuses qui ne signifient rien. Il ne me suffit pas d’agir comme je le fais avec vous ou les enfants pour l’aider… C’est peut-être ça le problème. Pour vous, c’est simple et évident à chaque fois, on n’arrive pas à cacher quoi que ce soit, comme tu l’as dit. Et on sait comment parler, ce dont chacun a besoin. Pour les enfants aussi parce qu’on a été dans les mêmes…

Le chevalier lut la fin dans son esprit, hochant lentement la tête comme pour y répondre alors même qu’elle ne pouvait pas le remarquer, dans cette obscurité. C’est vrai, il y avait ça aussi, il était plus difficile de comprendre une personne qui n’avait pas eu la même éducation, les mêmes préoccupations, les mêmes peurs et les mêmes rêves que soi-même. Il ne bougea guère lorsque Chloé se rassit à moitié, en s’appuyant contre les oreillers, rouvrant juste les yeux pour lui rendre son regard. Dans un certain sens, ils avaient tout de même les mêmes priorités qu’Elvira aujourd’hui, car tous pensaient à la préservation des peuples vivant sur ce continent. On ne choisissait pas de vivre en pareils temps de trouble, pourtant, c’était ainsi, puisqu’ils étaient condamnés à traverser ces périodes, ils devaient tous faire au mieux de leurs capacités pour préserver ceux qui n’avaient les mêmes ressources pour se défendre. En tout cas, c’était ainsi qu’il concevait les choses, Dempsey estimait que cette magie, reçue à la naissance, devait servir au bien commun et non pas pour leur accomplissement personnel. Elvira avait cette même préoccupation, à la différence qu’elle n’usait pas de magie mais devait glisser dans les méandres noueux de la politique et des jeux de pouvoir, ce que le chevalier ne lui enviait pas du tout, au passage. Peut-être deviendra-t-elle plus que ce qu’on attendait d’elle, plus qu’une simple « jolie décoration » et mère des héritiers du royaume.

Chloé – Je ne la connais pas… J’agis avec elle comme avec les autres, comme si je la connaissais depuis longtemps. Et elle ne me connaît pas non plus… Pourtant, elle me fait suffisamment confiance pour me demander d’être la marraine de son futur enfant, sans même savoir qui je suis réellement. Je crois que, ce qui m’effraie, c’est de… d’être surestimée. Qu’elle ait des attentes trop élevées par rapport à ce que j’ai l’habitude de faire.

Dempsey – Vous avez tout de même un lien.

Aussi étrange puisse-t-il lui paraître… Par ailleurs, peu importe, au final, comment Elvira et son frère jumeau étaient devenus membres de cette famille. Ils l’étaient depuis des années, maintenant, ils avaient reçu l’éducation adéquate à leurs rangs, et devaient le tenir. Il était tout à fait naturel qu’Elvira considère Chloé comme sa véritable grande sœur, même si elle ne l’avait jamais connue avant d’arriver ici, car elle avait dû entendre parler d’elle par ses parents adoptifs. Ce genre de lien est très dur à coup, qu’on soit éloigné de nos proches ou non, il en savait quelque chose. Il finit par se redresser un peu à son tour, en réprimant un long bâillement.

Chloé – C’est le monde à l’envers… D’habitude, ce n’est pas moi qui dois être rassurée ou qui dois parler. Surtout que, tout ce que tu viens de dire, je le sais déjà, j’ai remarqué tous ces sentiments, je les ai ressentis comme toi et probablement chacun au sein de l’Ordre. J’y fais très attention, tu me connais ! Ce que je voulais dire, c’est que… C’est officieux, personne ne s’est lancé et… Je pense que c’est la fatigue qui me fait dire cela, et puis tous les changements récents. C’est vrai, Elvira est arrivée, le Roi se marie, ils vont avoir des enfants, je suis tombée sur Callum… Et tu m’as avoué que tu m’aimais juste après qu’une wyverne m’ait croqué la jambe. Le plus ironique, là-dedans, c’est que le combat et ta déclaration ne me choquent pas. Enfin, pas trop.

Dempsey – Hum, si, Bergeau s’est lancé, je ne pensais d’ailleurs pas qu’il passerait autant de temps à écrire des lettres de plus de trois mètres chacune, il ne nous avait jamais dévoilé ce côté si romantique. Nogait aussi s’est lancé. Même Santo doit être tombé un peu amoureux, à mon avis… Cette femme, au Nord, l’a touché.

Mais est-ce qu’ils se reverront un jour, ça, c’était une toute autre affaire… Peut-être auront-ils un jour une union officielle entre le guérisseur-magicien issu du Sud et d’un désert brûlant et la sorcière venue tout droit d’un royaume Nordique glacé comme jamais et isolé de tout. Il repris Chloé dans ses bras pour l’embrasser longuement, tout en la câlinant. Allongé contre elle, sur le côté, il prit tout son temps pour échanger de longs baisser sur la bouche et le coin des lèvres, parfois très doucement, parfois plus passionnément, sans dire un seul mot, il n’y en avait guère besoin. Voilà des années qu’il avait envie d’être avec elle et il sentait aujourd’hui plus en « paix ». Une de ses mains glissa le long de son bras, puis contre sa hanche, remontant avec lenteur vers la poitrine. Même pour qui n’avait ainsi jamais touché une autre personne de cette façon, cela venait naturellement, jouer avec les sens, les ressentis, en restant doux. Il ne l’avait encore jamais touchée ainsi et prenait tout son temps, veillant à ne pas lui faire mal ou l’oppresser, à l’écoute de ce qu’elle ressentait elle aussi. Car s’il avait envie d’elle, il ignorait si elle se sentait prête, si c’était aussi son cas, ou si elle préférait attendre, si elle ne voulait pas aller plus loin. L’amour consistait avant tout à être à l’écoute de l’autre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 360
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancée
Ecuyer : Ariane
avatar
Chevalier d’Émeraude
Chloé d’Émeraude
MessageSujet: Re: Un moment à deux   Dim 25 Fév - 19:33
Dempsey – Hum, si, Bergeau s’est lancé, je ne pensais d’ailleurs pas qu’il passerait autant de temps à écrire des lettres de plus de trois mètres chacune, il ne nous avait jamais dévoilé ce côté si romantique. Nogait aussi s’est lancé. Même Santo doit être tombé un peu amoureux, à mon avis… Cette femme, au Nord, l’a touché.

Vu comme ça… D’accord, Dempsey avait raison, pour Bergeau et Nogait, c’était officiel. Quant à Santo, Chloé pensait la même chose que son compagnon, ses pensées étaient souvent occupées par cette femme qu’il avait rencontrée dans le Nord et avec qui il avait beaucoup discuté, apparemment. Elle l’avait touché, c’était le bon mot, oui. Seulement, pourraient-ils se retrouver un jour, réaliseraient-ils même qu’ils avaient peut-être des sentiments l’un pour l’autre, si tel était le cas ? Mais oui, certains étaient en couple, c’était officiel, Chloé était peut-être trop négative pour le voir, surtout ce soir où les nerfs avaient légèrement craqué. Désolée… Elle s’apprêtait à le dire à Dempsey lorsqu’il la reprit dans ses bras, l’incitant à s’allonger contre lui pour l’embrasser longuement et la câliner. Fatiguée, elle se laissa faire, répondant à ses baisers en se blottissant un peu plus dans ses bras, fermant les yeux et trouvant le réconfort dont elle avait vraiment besoin, sans même le savoir. Ce n’était pas une fatigue physique qu’elle ressentait mais plutôt une fatigue morale. Elle s’était isolée trop longtemps, avait gardé tout cela pour elle sans vraiment en parler depuis l’arrivée d’Elvira, du moins pas à cœur ouvert, et… Voilà le résultat.

Mais la douceur de Dempsey, ses baisers passionnés ou caresses parvinrent à la détendre un petit peu, Chloé essayant d’écarter au maximum toutes les pensées négatives qu’elle pouvait avoir pour ne penser qu’à Dempsey. Il glissa une de ses mains le long de son bras, comme ils étaient couchés sur le côté, puis contre sa hanche avant de remonter vers sa poitrine sans qu’elle ne l’arrête, frissonnant sous ces caresses inhabituelles, comprenant ce qu’il souhaitait et ressentait. Il était… Il était vraiment sûr de lui ? Pour être honnête, elle-même n’était pas très rassurée, plutôt tendue même, ce que Dempsey dut ressentir puisqu’il continua à jouer avec ses sensations sans l’oppresser, se montrant incroyablement doux. Il s’appliquait à la détendre, l’atmosphère de la chambre semblant se réchauffer à mesure que le temps s’écoulait alors que c’était impossible. C’était elle qui avait de plus en plus chaud, sentant que, s’ils continuaient ainsi, ses vêtements pour la nuit seraient insupportables à porter. Sans doute ses joues étaient-elles plus d’un rose plus soutenu, même si Dempsey ne pouvait le voir dans la pénombre. Voilà ce que l’on ressentait, alors, si on devenait beaucoup plus intime avec quelqu'un…

Gagnant un peu en confiance, la jeune femme suivit son instinct, se basant sur ce que ressentait Dempsey, sur ses gestes, les réactions qu’il avait, ses pensées… Bien plus hésitante que lui, Chloé le laissait guider en grande partie, tâchant surtout de se détendre et de ne penser à rien d’autre. Elle n’avait jamais pensé à lui de cette manière… jamais en étant aussi proche. Par ailleurs, personne ne l’avait touchée comme il le faisait en ce moment, ne l’avait regardée comme lui, la faisant se sentir « femme » et aimée autrement. C’était nouveau et, même si elle avait peur, il la rassurait, provoquant chez elle une foule de sensations nouvelles qui lui donnaient envie d’aller plus loin. Elle le découvrait avec un nouveau regard, voyait une nouvelle facette de lui qu’elle n’aurait, jusqu'ici, jamais soupçonnée. Ils avaient toujours été proches, plus proches qu'avec les autres, mais Chloé n’avait jamais pensé à l’amour avant comme elle se concentrait sur la protection de Wanda puis d'Ariane. Et ici, pour une fois, elle pensait à elle. A eux deux et rien qu'eux.

Chloé glissa une main sous la chemise de Dempsey sans interrompre ses baisers, caressant d'abord timidement son torse marqué par les années de guerre et combats en plus des entraînements parfois plus durs. Ils en avaient tous une multitude, même certains de leurs écuyers avaient déjà connu quelques blessures – qui ne laisseraient sans doute pas de cicatrices, cependant – alors qu’ils venaient seulement de réellement commencer leur apprentissage avec les armes. Eux, en revanche, devaient la plupart de leurs marques aux guerres… Elle-même venait d’en gagner une de plus à la jambe qu'elle garderait à vie malgré les soins apportés. Continuant ses caresses avec plus d'assurance et d'insistance, ses doigts suivaient parfois les tracés des cicatrices, d’autres fois ceux des muscles acquis après toutes ces années de travail, la jeune femme embrassant plus longuement, avec plus de passion et de fougue, son compagnon. Elle passa une jambe au-dessus de la sienne, se rapprochant encore plus de lui, leurs jambes à présent emmêlées. Après un long moment, leur souffle à tous les deux plus rapide et saccadé, elle interrompit son baiser pour reprendre sa respiration et lui murmura qu’elle l’aimait, le regardant dans les yeux, ôtant sa main de son torse pour la repasser par-dessus son vêtement afin de lui caresser la joue. Elle l’aimait, oui, et avait pris tellement de temps pour le réaliser que c’en était risible. Aujourd’hui, elle n’avait plus envie d’attendre, de traîner pour rien alors qu’ils risquaient leur vie tous les mois, voire toutes les semaines. Et elle avait envie d’aller plus loin, autant que lui, mais…

Chloé – J’ai peur…, souffla-t-elle tout bas. Tu es sûr de toi ?

Elle ne savait pas comment s’y prendre, n’osait pas non plus continuer si lui était gêné ou trop nerveux, ou quoi que ce soit d’autre. Ils s’étaient déjà vus dans des tenues plus légères, bien sûr, mais jamais dans cette situation et Chloé n’osait pas franchir le premier pas. S’ils allaient plus loin, qu’ils étaient déçus ou trop gênés par la suite, elle préférait en rester là pour ne pas le perdre alors qu’ils étaient aussi proches.

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un moment à deux   
Revenir en haut Aller en bas
 
Un moment à deux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit moment a deux
» Un moment à deux ( Jean Paul )
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Deux humoristes virés du poste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Piliers de la Terre :: Continent d'Enkidiev :: Royaumes Forestiers :: Émeraude :: Domaine Royal d’Émeraude :: Aile des Chevaliers :: Les Tours :: Tour des Chevaliers-
Sauter vers: