Au cœur des temps anciens, le mal se répand sur terre, il faut se battre ou accepter de disparaître, le danger est partout...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Petites bêtes à Argent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dempsey d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 115
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancé
Ecuyer : Colville

MessageSujet: Petites bêtes à Argent   Dim 31 Juil - 14:50

Il ne restait qu’à prier les Dieux pour que l’expédition de leurs frères et sœurs au royaume des Ombres se déroule au mieux et qu’ils réussissent à récupérer Santo sain et sauf. En partant avec Bergeau et leurs deux écuyers, Dempsey s’était beaucoup retourné vers le château en ruines jusqu’à ce qu’il disparaisse de leur vue, tandis qu’ils filaient à travers le royaume de Zénor. Eux aussi avaient une mission à effectuer, ils devaient se concentrer dessus. Santo devait absolument tenir ! Il était solide, l’un des plus solides d’entre eux, et avait une âme forte, il pourra sûrement tenir, bien entendu, c’était certain. Dempsey voulait s’en convaincre et avoir confiance en leur frère. Si ce sorcier ne l’avait pas tué, sans doute n’avait-il aucune intention de le faire dans l’immédiat. Baissant un peu la tête, il soupira en talonnant un peu sa monture pour se remettre au niveau de son frère, échangeant un long regard avec lui. Ils ne pouvaient qu’avoir confiance et garder espoir, rien de plus, rien de moins.

Dempsey – Tu as entendu ça ? demanda-t-il tout à coup en faisant ralentir son cheval.

Le jeune homme étendit ses sens aux alentours, stoppant son cheval, ses yeux clairs perçant balayant le paysage. Ils venaient d’arriver au royaume d’Argent, franchissant les hautes murailles par une des nouvelles portes, gardées en permanence, sous un ciel assez bas et gris, l’air était lourd. Il percevait la présence de nombreux animaux sauvages dans le bois non loin, ainsi que de paysans en plein travail dans les différents champs. Tout était très calme, le vent faisait voleter les graines et les feuilles, on voyait des animaux courir ci et là, quelques lapins sautaient dans les champs, ils apercevaient les silhouettes des hommes et femmes dans les pairies cultivées, le dos courbé à bêcher et travailler la terre. Tout était très calme et pourtant, Dempsey était convaincu d’avoir entendu un cri. Il ne saurait affirmer s’il s’était s’agit de la voix d’un homme ou d’une femme, une voix assez forte, aiguë, ponctuée de détresse. Cependant, il en ressentait aucun danger non loin ni de présence maléfique. Peut-être s'était-il trompé ? Avec le bruit des chevaux, sur ce chemin de terre et de pierre, il avait dû confondre.

Repartant, il resta attentif à leur environnement, continuant de sonder régulièrement les environs. Ils approchaient peu à peu du château, passant non loin sans s'y arrêter et continuant leur route vers l'océan afin, tout d'abord, d'y inspecter les pièges sur les plages. Les habitants les entretenaient toujours avec soin, en ôtant les galets et le sable qui pouvaient tomber dans les trappes et tenant une garde vigilante des plages. Comme toujours, Dempsey eut un léger soupir d'admiration en voyant l'océan. Cette étendue d'eau immense et magnifique, à la puissance dévastatrice, avait le don de l'émerveiller à chaque fois qu'il l'avait sous les yeux. Il pourrait passer bien des heures à la contempler et regrettait que les différents royaumes côtiers n'aiment pas de gros bateaux et de marins pour s'aventurer sur ces eaux. On pourrait lui répondre "pour aller ou ?". Certes, l'empire noir était proche, mais il devait bien exister d'autres continents, accessibles par l'océan, n'est-ce pas ? Avec des humains, des Elfes ou même d'autres races inconnues.

Dempsey – Bien, c'est parti pour l'inspection, dit-il en détachant son regard des plages et des pièges les parsemant. Penses-tu qu'on doive se séparer ? Je n'ai pas ressenti la présence de sorciers dans les environs, cependant, ça ne veut rien dire, ils peuvent très bien camoufler leur présence. En se séparant, nous pourrions couvrir un plus large territoire, mais si nous tombons sur un ennemi, ce sera plus compliqué.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bergeau d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Modérateur
Présence :
  • Actif
Messages : 192
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Célibataire
Ecuyer : Curtis

MessageSujet: Re: Petites bêtes à Argent   Ven 23 Sep - 12:08

Santo avait intérêt de tenir ! Ils allaient le retrouver alors il devait tenir en les attendant, il n'avait pas le droit de mourir comme ça, si simplement. Bergeau inspira profondément pour se redonner courage et confiance, tournant la tête pour s'assurer que Curtis suivait toujours bien et n'avait pas mal quelque part. Quelle idée de vouloir le cacher, lorsqu'on était malade ou blessé... Enfin. Il se redressa sur la selle lorsque les chevaux grimpèrent une autre colline avant d'en filer sur le versant opposé, échangeant brièvement un regard avec Dempsey, son regard balayant les alentours. Le royaume d'Argent n'était pas affreux, loin de là, cependant, il dégageait encore un sentiment assez oppressant pour le visiteur le traversant et sensible à ce genre de choses. Comme à Zénor, ce royaume était l'un des plus attaqués et on ne pouvait repousser la menace d'un danger imminent en passant dans ces terres. Même si rien n'avait l'air menaçant, sinon le ciel très bas annonçant un orage, on ne pouvait pas savoir, ils devaient rester sur leurs gardes. Bergeau ne cessait sonder les alentours proches et plus éloignés, à la recherche d'un éventuel sorcier ou serviteur de l'Empire. Rien ne permettait d'affirmer que le type qui s'en était pris à Santo voyageait seul, loin de là, ses complices pouvaient être n'importe où sur le continent. Pouvaient-ils dissimuler leur aura maléfique ? Si oui, le problème devenait plus épineux.

– Tu as entendu ça ? demanda-t-il tout à coup en faisant ralentir son cheval.

De quoi ? L'immense chevalier tira sur les rênes de sa propre monture pour la faire stopper, lançant un regard interrogateur à Dempsey. Qu'avait-il ressenti ? Une menace imminente ? Un danger au loin ? Une perturbation dans les flux de magie ? Encore autre chose ? Il n'y avait pourtant rien, aux alentours ni même au loin... En tout cas, il ne percevait rien, ce qui ne signifiait pas nécessairement qu'il n'y avait réellement rien. S’ils commençaient déjà devenir trop nerveux, ça n’allait pas les aider à faire face à ce qui se préparait. Le calme régnait en maître, dans le coin, si ce n’est parfois un peu d’agitation dû au travail des champs ou à la chasse d’animaux dans la forêt. En repartant, Bergeau posa un long regard sur la forêt, plus loin en contrebas, non loin de l’océan, qui s’étendait sur des lieues. A vrai dire, il n’avait jamais vraiment été à l’aise dans les forêts, sauf lorsqu’il était accompagné de ses frères d’armes. Né dans le désert, il avait gardé cette chaleur infernale accrochée à la peau, gardé en lui l’attaque féroce du soleil et n’était pas pas dans son élément une fois sous le couvert de hauts arbres et de l’humidité régnant là-dedans.

Le château du royaume d’Argent se fit rapidement voir, structure très imposante, de pierre blanc et anguleuse, où ils ‘étaient déjà rendus quelques fois. Cette architecture avait un air quelque peu étrange, lorsqu’on était habitué aux château comme celui d’Émeraude ou d’autres royaumes. Même si le plus étrange de tous restait celui de Shola, fait de pierre et de glace, très haut, fin et élancé, un château étrange et digne de la réputation de sorciers et maîtres-magiciens qu’il avait abrité comme souverains. La légende voulait que tous les rois et reines de Shola se devaient de maîtriser a magie ou la sorcellerie s’ils voulaient régner, un humain ordinaire ne pouvait pas monter sur le trône. Rumeur ou histoire véridique ? Peut-être la petite Kira le savait-elle. Il sourit un peu, aimant bien les différentes légendes découvertes à mesure de leurs voyages dans les différents royaumes. Bergeau tira sur les rênes de son cheval pour le faire ralentir en arrivant sur la longue plage du royaume, non loin du château ,une fois les remparts franchis. L’océan brillait sous la lumière sous la soleil, des vagues douces venant s’échouer sur le sable et emportant parfois des galets ou coquillages. C’était magnifique, comme toujours, même les pièges contre les dragons parsemant les côtés n’étaient pas de nature à rendre ce paysage effrayant.

– Bien, c'est parti pour l'inspection, dit-il en détachant son regard des plages et des pièges les parsemant. Penses-tu qu'on doive se séparer ? Je n'ai pas ressenti la présence de sorciers dans les environs, cependant, ça ne veut rien dire, ils peuvent très bien camoufler leur présence. En se séparant, nous pourrions couvrir un plus large territoire, mais si nous tombons sur un ennemi, ce sera plus compliqué.

– Vaut mieux ne pas se séparer maintenant, ça n’a pas réussi à notre frère… Allons-y, inutile de trop traîner maintenant que nous sommes là.

Le géant des chevaliers lança un sourire rassurant à Colville et Curtis pour qu'ils ne s'en fassent pas trop. Ils étaient avec eux, non ? Santo s'était retrouvé seul et dans un pays dangereux, inhospitalier, face à un sorcier, il avait fait ce qu'il avait pu et avait réussi à protéger son apprenti. Parcourant la plage, ils commencèrent par vérifier l'état de tous les pièges, bien qu'il n'y ait pas grand-chose à en dire. Les habitants de ce royaume prenaient soin de les entretenir, c'était visible, et ils ne relevèrent que deux ou trois choses à corriger. Tout comme à Zénor, les civils avaient à cœur de défendre leur territoire à tout prix. Personne ne l'évoquait plus, personne ne semblait touché, pourtant, ce qui était arrivé aux Sholiens restait gravé dans les mémoires, aucun peuple n'avait envie de terminer de cette façon, de périr en une seule nuit sous les crocs des dragons. La démonstration de force contre Shola avait été assez terrifiante pour réveiller les consciences dans les royaumes côtiers, exposés au danger, pour réveiller la peur ancestrale enfouis dans l'âme des habitants de Zénor depuis la première guerre. Après la plage, ils repassèrent derrière les remparts, longeant un long fleuve partant sous le couvert de la forêt.

Les deux chevaliers et leurs écuyers avançaient depuis dix bonnes minutes sans rencontrer âme qui vive n rien d'anormal lorsqu'une odeur assez lourde et âcre flotta jusqu'à eux. Ils étaient au bord du fleuve, plus amoindri en passant dans la forêt, suivant un long sentier et le ciel presque entière,et masqué par les ramures, les chênes et les sapins poussant ici, n'entendant rien sinon le bruit sourd de l'eau contre les rochers et les piaillements des animaux. Cependant, cette odeur-là, ils l'avaient déjà senti assez souvent pour la reconnaître du premier coup, il s'agissait de l'odeur du sang. Un goût âcre qui vous prenait à la gorge, une odeur de fer et de sel, donnant mal à la tête et laissant un profond sentiment de malaise. Sans se concerter, ils talonnèrent aussitôt leurs chevaux pour avancer plus vite, sondant les environs sans trouver autre chose que des animaux, des renards, des sangliers, des oiseaux et des dizaines de bestioles vivant habituellement sous le couvert des arbres. C'est quelques instants plus tard qu'ils découvrirent, sur la rive dans les hautes herbes, le corps d'une jeune femme, la gorge et les membres déchiquetés, couverte de sang et le visage figé en une dernière expression d'horreur, ses yeux grands ouverts. Ils posèrent pied à terre, s'approchant du corps, épées en mains.

Bergeau songea tout d'abord à l'attaque d'un loup ou d'un puma, qui aurait trouvé là une proie isolée donc facile d'accès, avant de rejeter cette idée. Ces traces de croc étaient trop petites pour appartenir à ces bêtes et pourtant, elles en avaient la même force et étaient très profondes, un chasseur pouvait juger de cela d'un coup d'oeil. Par ailleurs, il y en avait beaucoup, avec des traces de griffes. Il lança à voix haute, d'un ton interloqué, qu'un aurait dit qu'un puma ou un carnivore miniature avait sauté sur cette femme pour la lacérer de ses griffes tout en la mordant partout où il le pouvait. Sans doute avait-elle dû mourir d'avoir perdu trop de sang. Plus étrange encore, l'animal l'ayant agressé ne l'avait même pas dévoré, ce qui aurait semblé logique pourtant, aucun animal n'attaque pour le seul plaisir, il attaque pour se nourrir ou apporter à manger à ses petits, ou bien pour défendre son territoire. Un panier renversé, avec des racines et plantes d'eau, gisait non loin de la jeune femme. Elle n'était venue ici que pour cueillir des plantes comestibles et avait été tuée, si sauvagement, alors qu'il n'y avait pas de tanière proximité. Rangeant son épée pour avoir les mains libres, il tira la jeune femme, à moitié dans l'eau, pour l'allonger plus loin sous la berge, fermant ses yeux de deux doigts.

– Que les Dieux vous accueillent dans les grandes plaines de lumière, murmura-t-il. Il faut que nous ramenions cette pauvre enfant aux siens, ensuite, savoir ce qui l'a tuée, ça ne peut pas être un animal ordinaire... Ressens-tu quelque chose de plus ?

Le grand chevalier n'était pas le plus sensible aux forces invisibles et de nombreuses choses lui échappait parfois. Il se fiait donc aux jugements de ses compagnons lors de pareils cas, lorsqu'il ne ressentait rien de particulier lui-même.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Dempsey d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 115
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancé
Ecuyer : Colville

MessageSujet: Re: Petites bêtes à Argent   Mar 18 Oct - 20:03

Bergeau – Vaut mieux ne pas se séparer maintenant, ça n’a pas réussi à notre frère… Allons-y, inutile de trop traîner maintenant que nous sommes là.

Oui… Dempsey se força à sourire pour ne pas trop inquiéter les deux enfants, bien qu’il n’en pense pas moins. Colville avait néanmoins le temps un peu plus pâle que toute à l’heure et Curtis se mordillait légèrement l’ongle, avant de se reprendre et de s’emparer des rênes de son cheval pour suivre, affichant un air tendu mais prêt à tout. Ces enfants étaient braves, ils ne se laissaient pas ronger par la peur, c’était très bien. Le jeune homme tapota les flancs de son cheval pour le faire avancer, aux côtés de son ami, il inspecta les différents pièges de la plage, songeant aux nuits sombres passées ici à se battre contre ces terrifiants dragons. L’information trouvée par Chloé au Royaume des Elfes remettait pas mal de leurs plans en question, ces pièges ne pouvaient pas fonctionner contre les bêtes pouvant voler. Même si ça ne concernait que quelques individus, c’était bien suffisant pour mettre les troupes de défense en déroute et permettre aux dragons terrestres de s’engouffrer dans leurs lignes et arriver sur les terres du continent. A moins de les arrêter au maximum avant que les volants n’arrivent à leur tour ? La stratégie à adopter n’était pas très certaine, ils n’en savaient pas encore assez pour s’adapter. Une fois la plage inspectée, ils revinrent vers les remparts et passèrent de l’autre côté, rejoignant l’immense forêt, traversé par le fleuve qui allait se jeter dans la mer.

Le sentier longeant les eaux n’était pas plus calme que les abords de l’océan, la forêt était un abri pour de multiples bêtes et ils les entendaient en permanence, comme leur présence faisait fuir dans une envolée certains oiseaux abrités dans les hauts arbres. Ils chevauchaient ainsi depuis dix bonnes minutes sans rencontrer âme qui vive, sinon quelques renards qui déguerpirent aussitôt devant le bruit des chevaux, lorsqu’une odeur très lourde vint flotter jusqu’à leurs narines. Dempsey porta une main à sa bouche en grimaçant, reconnaissant cette odeur après un court instant. Le sang… Le sang qui avait coulé et en quantité affreuse, pour que son odeur se répande ainsi. Ils avancèrent aussitôt plus vite vers la source, tous leurs sens ouvertes, balayant la région de leur magie. Ce n’est qu’un peu plus tard qu’ils la trouvèrent. Une femme, une jeune paysanne selon ses vêtements, allongée au sol et couverte de sang, portant de très larges blessures béantes, les yeux encore grands ouverts. Dempsey sauta à terre en tirant son épée, inspectant les alentours. Avait-elle été attaquée par une bête sauvage ? Ici, si prêt d’un village, au bord du fleuve, alors que les animaux évitaient habituellement les humains ? Ils n’étaient pas en hiver ni en période de famine, rien pour affamer un animal et le pousser ainsi à s’attaquer à cette jeune femme. Elle ne se trouvait pas non plus roche d’un terrier ou une tanière, qui aurait pu pousser la bête à l’attaquer pour défendre ses petits.

La jeune femme ne devait avoir qu’à peine vingt ans, peut-être un peu moins. A moitié immergée dans le fleuve, ses deux grands yeux bleus ouverts renforçaient l’horreur qui avait envahi son expression, dans les derniers instants de sa vie. Sa gorge était déchiqueté, comme ses membres, son corps… Dempsey se redressa, balayant à nouveau les environs, sondant la forêt, concentré. Bergeau lança d’un ton perplexe qu’on aurait dit qu’une bestiole carnivore miniature lui avait lacéré le corps et l’avait mordue partout où il pouvait l’atteindre. Il la tira ensuite hors de l’eau pour la mettre sur la berge, fermant de deux doigts ses yeux très bleus. Dempsey fronça légèrement les sourcils en sentant, dans un rayon plutôt large autour d’eux, les animaux sauvages plus effrayés que de coutume, terrés dans leurs tanières, alors que la majorité d’entre eux devraient être dehors en train de chasser pour se nourrir et nourrir leurs petits. Que se passait-il dans cette forêt ? Épée en main, il inspira doucement, se concentrant encore plus. Oui, il y avait bien un effroi régnant dans le coin, même de la part des animaux carnivores.

Bergeau – Que les Dieux vous accueillent dans les grandes plaines de lumière, murmura-t-il. Il faut que nous ramenions cette pauvre enfant aux siens, ensuite, savoir ce qui l'a tuée, ça ne peut pas être un animal ordinaire... Ressens-tu quelque chose de plus ?

Dempsey – Oui… De la peur et… Les bêtes ont un sentiment d’insécurité, je le ressens, même les carnivores. Ramenons cette jeune femme au village, oui, il faudra inspecter cette forêt ensuite, en profondeur. Ce n’est peut-être qu’un nouveau carnivore inconnu dans les environs jusqu’ici.

De telles migrations étaient certes étranges mais pas exceptionnel, si une bête carnivore était venue s’installer dans cette forêt, les autres espèces mettront sans aucun doute un moment avant de l’accepter et s’adapter en considération, c’était la loi de la nature. Avec Bergeau, ils tinrent la jeune femme à eux deux en confiant les chevaux à leurs écuyers, puis remontèrent ainsi le long chemin jusqu’au village. Leur arrivée provoqua un très vive émois, les premiers villageois poussèrent des cris d’effroi en les voyant transporter ainsi la victime. Dempsey trouva très douloureux la scène qui s’ensuivit, lorsque le père de cette jeune femme arriva en courant et leur arracha sa fille des bras en la serrant contre lui, criant et pleurant, tombant à genoux dans la terre et la poussière. Le père ne se calma pas et ce fut le chef du village qui leur demanda ce qui s’était produit. Les deux chevaliers expliquèrent qu’ils étaient en inspection dans la forêt lorsqu’ils étaient tombé sur le corps déchiqueté de la jeune femme, près du fleuve, sans trouver ce qui l’avait tué, mais ils allaient repartir pour éclaircir cette affaire.

Bien sûr, des attaques d’animaux sauvages arrivaient régulièrement… Il n’en restait pas moins que ce genre de chose était affreuse pour la famille de la victime. Le père berçait son enfant contre lui, toujours à genoux, en poussant de longs gémissements, le sang de sa fille imprégnant ses propres vêtements. Dempsey s’agenouilla à ses côtés en lui procurant une grosse vague d’apaisement, avec sa magie, puis lui murmura qu’il fallait à présent s’occuper dignement du corps de sa fille pour lui rendre un dernier hommage, lui dire au revoir, ajoutant qu’elle se trouvait maintenant près de tous ses ancêtres dans les grandes plaines de lumière. Les deux frères de la jeune femme vinrent l’emporter pour la conduire à la maison, leur mère étant sur le seuil de la porte, livide et tremblante comme une feuille. Dempsey était terriblement désolé pour cette petite famille, autant qu’il brûlait de savoir quelle bête avait bien pu attaquer la jeune femme. Une fois avoir assuré au chef du village qu’ils lui communiqueront le résultat de leurs recherches, ils repartirent vers la forêt, à cheval. Les abords du fleuve n’avaient toujours pas bougé, la boue gardait encore en trace les contours du corps de la victime.

Sautant à terre, Dempsey s’aventura dans les hautes herbes de la berge, les bougeant avec le bout de son épée, il chercha l’entrée d’une tanière ou d’un terrier, l’abri d’une bête, sans rien trouver. Il avança ainsi avec lenteur puis sentit quelque chose craquer sous son pied. Dempsey appela aussitôt Bergeau et ramassa ce qui avait craqué. C’était des morceaux d’une coquille d’œuf, très épais, d’un blanc cassé moucheté de points marrons et noirs, avec une surface rocailleuse. Si le chevalier était lui aussi un chasseur passionné, il ne parvenait cette fois pas du tout à reconnaître de quel animal avait pu être pondu cet œuf. Il retourna les morceaux entre ses mains, perplexe, sourcils froncés. Les animaux pondant des œufs n’étaient déjà pas légion dans cette forêt, mais des animaux pondant des œufs aussi gros, au bord d’un fleuve ? Plus loin, les fourrés bougèrent tout à coup et un petite rugissement s’éleva. Dempsey brandit son épée en revenant sur le sentier puis poussa une exclamation stupéfaite en voyant surgir, à quatre mètres devant eux sur le chemin, rien de moins qu’un bébé dragon, leur arrivant peut-être aux genoux, qui rugit dans leur direction.

*Écoutez, tout le monde !* eut-il tout juste le temps de s’écrier mentalement avant que la bête ne leur fonce dessus. *Il y a des bébés dragons sur le continent !*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bergeau d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Modérateur
Présence :
  • Actif
Messages : 192
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Célibataire
Ecuyer : Curtis

MessageSujet: Re: Petites bêtes à Argent   Jeu 8 Déc - 15:01

– Oui… De la peur et… Les bêtes ont un sentiment d’insécurité, je le ressens, même les carnivores. Ramenons cette jeune femme au village, oui, il faudra inspecter cette forêt ensuite, en profondeur. Ce n’est peut-être qu’un nouveau carnivore inconnu dans les environs jusqu’ici.

Un nouveau carnivore ? Peut-être… Bergeau n’avait toujours aucune idée de quel animal pourrait provoquer ce genre de morsures, petites mais profondes, assez graves pour donner la mort, et pourtant, sans dévorer la victime, sans aucune raison identifiable d’attaquer. C’était tout simplement incompréhensible ! Après avoir confiés les rênes des chevaux à leurs apprentis, il aida Dempsey à transporter le corps de la jeune femme sur le chemin menant vers le village d’où elle venait sans doute. Si jeune encore, tuée si brutalement… En arrivant au village, les premiers habitants donnèrent vite l’alerte et il ne fallut que très peu de temps pour que le père de cette femme arrive encourant pour venir leur arracher sa fille des bras et la serrer contre lui, tombant à genoux au sol en criant et en pleurant. Une scène très dure à supporter, ils ressentaient la douleur de cet homme sans difficulté. La tête de la jeune femme était légèrement renversée en arrière, penchant sur le côté, blême, les yeux maintenant fermés, un filet de sang ayant coagulé sur son visage encore enfantin. Ils expliquèrent au chef du village, arrivé précipitamment, comment ils avaient trouvé la jeune victime, qui n’était sans doute pas morte depuis bien longtemps, à leur arrivée. Ils allaient repartir pour en savoir plus, bien entendu. Ne serait-ce que pour la famille de cette enfant, ce père et cette mère qui étaient en droit de savoir ce qui avait pris si violemment la vie de leur fille.

Ce fut Dempsey qui essaya, comme il le put, de soulager un peu la peine du père, lui procurant une vague d’apaisement. De son côté, Bergeau assura au chef du village qu’ils allaient tout faire pour découvrir quelle bestiole avait attaqué cette jeune femme, lui demandant ensuite de conseiller aux villageois d’éviter de s’enfoncer dans les bois pour le moment. Ils promirent également de revenir communiquer le résultat de leur enquête, repartant ensuite avec leurs écuyers. Une fois arrivés, ils commencèrent par observer plus attentivement l’endroit où ils avaient trouvé le corps de cette femme. Dempsey avança dans les fourrés et hautes herbes, pendant que Bergeau s’agenouillait au bord du fleuve en cherchant des traces, des empruntes de l’animal qu’ils traquaient. La berge avait été malmenée, il devint vite évident que cette femme s’était beaucoup débattue, sans doute avait-elle chuté puis essayé de s’échapper, d’une façon ou d’une autre, peut-être même en plongeant dans le fleuve, étant donné la position de son corps lorsqu’ils l’avaient retrouvé. Il y avait des petites traces… La bête avait des griffes, plutôt petites, même si on ne doutait plus de leurs puissance. Son frère d’arme l’appela tout à coup, ayant trouvé quelque chose.

Bien qu’il chassait depuis des années, Bergeau ne sut pas reconnaître quelle espèce avait bien pu pondre cet œuf. La coquille était plus épaisse que tout ce qu’il avait déjà pu voir, avec une surface semblable à un caillou, piqué de multiples points marrons et noirs. Étrange… Le chevalier porta un morceau à son nez pour renifler l’odeur, sans rien trouver de particulier. Tout à coup, un fourré bougea seul et un rugissement s’éleva dans l’air. Bergeau jeta les morceaux d’œuf à terre et dégaina son épée, se plaçant près de Dempsey devant leurs écuyers puis écarquilla les yeux en voyant un bébé dragon surgir du fourré, à trois ou quatre mètres devant eux, rugissant une seconde fois vers eux. Le chevalier poussa un juron retentissant tant le choc était puissant, comprenant maintenant cet œuf bizarre et comment la jeune femme avait été tuée. Un Paltonière de bébé dragon sur leur continent ! Il y a avait des œufs de bébés dragons qui se promenaient dans les fleuves d’Enkidiev en attendant leurs éclosions !

*Écoutez, tout le monde !* cria Dempsey mentalement avant que la bête ne leur fonce dessus. *Il y a des bébés dragons sur le continent !*

Pas le temps de faire plus dans le détail ou explications, Bergeau bondit sur le côté pour éviter que la bête ne plonge ses crocs dans sa cheville puis frappa avec son épée, la lame ricochant sur les écailles du dos déjà très dures de la bête et tremblant dans sa main. La bestiole rugit de rage, ouvrant grand une gueule où brillait des crocs blancs. Elle était petite, ne dépassant pas la hauteur de leurs genoux, mais promettait malgré tout d’être un adversaire redoutable. Le chevalier lui envoya un long jet de feu que la bestiole évita avec une souplesse remarquable, enfonçant ses petites griffes dans le sable, la boue et la terre lorsqu’elle se déplaçait, sur ses quatre pattes. Ses écailles d’un vert profond lui permettraient d’être invisible au milieu de la forêt et des hautes herbes, le camouflage parfait. Il pouvait sentir en esprit que leurs jeunes compagnons, dispersés sur le continent, avaient tous entendus ce cri d’alerte mais on ne pouvait pas être certain que l’appel avait aussi été perçu de ceux qui étaient au royaume des Ombres. La bête fonça de nouveau et Bergeau brandit son épée pour essayer de lui couper le cou et la tuer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
Fondateur
avatar

Fonction :
  • Fondateur
Présence :
  • Actif
Messages : 228
Double-compte : Magister
Âge in-RP : Immortel
Situation marital : Marié au monde
Maître : Mais qu'est-ce ?

MessageSujet: Re: Petites bêtes à Argent   Jeu 8 Déc - 15:01

Le membre 'Bergeau d’Émeraude' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de la destinée' : 80

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://lespiliersdelaterre.forumactif.org
Dempsey d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 115
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancé
Ecuyer : Colville

MessageSujet: Re: Petites bêtes à Argent   Jeu 8 Déc - 15:02

Sois gentil petit dé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
Fondateur
avatar

Fonction :
  • Fondateur
Présence :
  • Actif
Messages : 228
Double-compte : Magister
Âge in-RP : Immortel
Situation marital : Marié au monde
Maître : Mais qu'est-ce ?

MessageSujet: Re: Petites bêtes à Argent   Jeu 8 Déc - 15:02

Le membre 'Dempsey d’Émeraude' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé de la destinée' : 13

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://lespiliersdelaterre.forumactif.org
Maître des Events
Friend or not...
avatar

Fonction :
  • Fondateur
  • Administrateur
Présence :
  • Actif
Messages : 65
Double-compte : Maître du Jeu
Âge in-RP : Immortel
Situation marital : Marié au monde
Maître : ...

MessageSujet: Re: Petites bêtes à Argent   Jeu 8 Déc - 15:07

Résultat des dés

Bergeau : Ton coup rate car le bébé dragon fait un saut très agile sur le côté et te mords aussitôt. Il parvient à sauter sur toi et enfonce ses crocs dans ta jambe, te mordant profondément. Il parvient ensuite à te blesser au niveau du flanc.

Dempsey : La bête est concentrée sur ton frère d'armes et tu as donc le loisir de l'attaquer. Tu peux lui porter un coup à la tête ou bien te servir de ta magie pour la tuer. L'avantage t'appartient puisque ton adversaire est trop concentré sur Bergeau.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Dempsey d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 115
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancé
Ecuyer : Colville

MessageSujet: Re: Petites bêtes à Argent   Ven 27 Jan - 14:21

Le chevalier attrapa très brusquement son écuyer, Colville, par le bras, pour l’écarter du passage du monstre, l’envoyant presque à un bon mètre hors du chemin aussi facilement que si le petit ne pesait pas lourd qu’une plume. Bergeau avait lui aussi écarté son propre écuyer et frappé aussitôt la bête, la lame de son épée ricochant sur les écailles déjà dures sans lui faire le moindre mal, produisant un son strident. Tous leurs compagnons avaient reçu l’alerte, même si ceux qui étaient partis au royaume des Ombres n’avaient as réagi en pensée, sans doute n’avaient-ils pas été prévenus. Dempsey y réfléchira plus tard, cependant, ils avaient une affaire un poil plus urgente sur les bras ! Elle esquiva l’attaque de feu avec une souplesse remarquable, tout comme le coup suivant de Dempsey destiné à lui trancher les pattes. Il jura entre ses dents et se remit aussitôt entre la bête et les deux enfants, aux côtés de son frère d’arme, sentant par leur lien mental que leurs jeunes compagnons s’étaient aussitôt tous mis en route pour traquer les autres œufs et dragoneaux. La bestiole fonça à nouveau, rugissant de rage, esquivant à nouveau en un saut agile pour éviter le coup d’épée de Bergeau, puis plongea sur lui, enfonçant ses crocs dans sa jambe.

Son frère poussa un cri de douleur et de surprise lorsque la bête le mordit profondément dans la cuisse puis se mit à lui déchirer le flanc à coup de griffes. Sans perdre une seconde, profitant que le petit dragon ne veillait plus à son environnement, Dempsey lui porta un puissant coup d’épée, lui tranchant tout net son long cou à la base. Il repoussa d’un coup de pied le corps de la bestiole et cria à son apprenti de la brûler aussitôt, s’agenouillant auprès de Bergeau. Il ne ressentait pas la présence d’autres bébés dragons dans le coin, néanmoins, il fallait faire très vite, n’avoir trouvé qu’un seul œuf dans le coin ne signifiait pas que d’autres ne s’étaient pas échoués, sans avoir encore éclos. A genoux près de son frère, une lumière blanche illumina ses mains, alors qu’il les apposait sur les blessures du grand chevalier. Il avait de la chance qu’elle ne l’ait pas directement atteint au cou… Pressé, il fit de son mieux pour bien refermer les plaies puis aida son frère à se redresser et regagner son cheval, incitant leurs écuyers à grimper eux aussi en selle et vite. Une fois les enfants en selle, il grimpa à son tour et prit aussi les rênes de la monture de Bergeau, en lui disant de s’accrocher.

Dempsey – On va d’abord au village pour les avertir, les habitants ne doivent plus aller dans cette forêt pour le moment. Il faut aussi qu’un messager coure prévenir le roi.

Dempsey tenta à nouveau de contacter Wellan, directement cette fois, alors qu’ils galopaient vers le village, sous les ombres des arbres, le long du chemin de terre assez serré et oppressant. Mais il ne répondait pas… Le chevalier voulut ensuite contacter Chloé, Nogait, Jasson, Kevin, puis leurs apprentis respectifs, sans de meilleurs résultats. On aurait dit qu’un mur magique bloquait toutes leurs transmissions ! Assez agacé, il contacta ensuite maître Elund, afin qu’il mette le souverain au courant de ce nouveau problème et que des messagers puissent parcourir tout le royaume pour alerter les villes et villages. Il prévint ses compagnons de faire de même, il fallait que cette alerte se répande sur le continent tout entier et ce le plus vite possible, c’était d’une urgence vitale. Une fois revenu au village, ils trouvèrent très vite le chef à ses frontières, avec une population inquiète, beaucoup de personnes en larmes et d’autres parlant de la mort atroce de la jeune fille. Posant pied à terre, Dempsey alla retrouver le patriarche, lui expliquait d’abord de quoi était morte cette pauvre enfant, puis le mettant en garde. Malgré tous ses efforts pour juguler la panique, la peur s’empara en un instant des villageois, en apprenant que des bébés dragons avaient été lâchés sur tout le contient.

Dempsey – Un messager doit se rendre immédiatement chez votre souverain, ajouta-t-il.

Chef du village – Bien sûr, ce sera fait. En attendant, que pouvons-nous faire ? Participer à cette chasse ? Il y a ici de bons chasseurs et traqueurs, nous avons de quoi nous défendre.

Beaucoup de regards soudains plus féroces et emplis d’espoirs se relevèrent, parmi les hommes du village réunis autour d’eux, alors que Dempsey était tout à coup un peu gêné. Il était bien entendu parfaitement naturel que ces hommes veuillent défendre leurs terres et chasser ces monstres, malgré tout, son rôle de chevalier n’était pas d’inciter des personnes, qui n’étaient pas des soldats, à se jeter dans la bataille, tout particulièrement contre des monstres pareils. Ce n’était pas à lui de prendre cette responsabilité et empiéter sur les prérogatives du Roi. Il répondit donc que c’était au Roi d’Argent de décider si ce travail devait rester entre les mains des soldats du royaume ou s’il autorisait les chasseurs du pays à participer eux aussi à la traque. La grogne remonta presque aussitôt, tout comme l’exaspération. Il était désolé, c’était ainsi, seul le roi pouvait autoriser ou interdire pareilles expéditions ! Leur interlocuteur soupira un peu puis fit disperser les villageois, leur lançant qu’ils seront déjà bien occupés à préparer les funérailles de la malheureuse jeune femme et à réconforter sa famille. Dempsey soupira longuement et retourna vers Bergeau et les enfants, s’arrêtant un instant pour vérifier qu’il n’avait pas fait mal à son écuyer en le poussant comme ça toute à l’heure.

Dempsey – Te sens-tu en état de reprendre la traque, Bergeau ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bergeau d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Modérateur
Présence :
  • Actif
Messages : 192
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Célibataire
Ecuyer : Curtis

MessageSujet: Re: Petites bêtes à Argent   Dim 5 Fév - 19:05

Un cri de douleur échappa au grand chevalier lorsqu’il sentait des crocs puissants s’enfoncer dans sa jambe et une brûlure fulgurante l’accompagner. Il voulut attraper son poignard à tâtons, chutant à terre avec un hoquet, la bête lui lacérant le flanc à coups de griffe avec des rugissements de rage. A moitié évanoui, sa tête roula contre terre et il sentit le dragon être arraché et un cri intimant de brûler la bête. L’instant d’après, son frère d’arme était agenouillé à ses côtés, une grande lumière blanche illuminant ses mains, qu’il porta contre son flanc tout d’abord. Un immense soulagement l’envahit en sentant la plaie se refermer, bien qu’il se sente toujours très nauséeux, essayant de tourner la tête pour s’assurer que leurs apprentis étaient indemnes. Une fois que Dempsey eut terminé de refermer les plaies, Bergeau s’accrocha à lui pour se relever, grimaçant en prenant appui sur sa jambe, le feu lui dévorant toujours les muscles. Un juron lui échappa lorsqu’il fallut grimper malgré tout à cheval, lançant un regard reconnaissant à son frère qui prit les rênes pour lui, en lui disant de s’accrocher. Il s’en souviendra, de cette sale bête ! Les enfants avaient eux aussi sauté en selle, les bêtes piaffant d’énervement et moins aisées à contrôler.

Dempsey – On va d’abord au village pour les avertir, les habitants ne doivent plus aller dans cette forêt pour le moment. Il faut aussi qu’un messager coure prévenir le roi.

Oui, oui, c’était urgent. Bergeau s’accrocha à sa selle en retenant de nouveau une grimace de douleur à cause de la brûlure lui dévorant de plus en plus la jambe, d’autant plus alors qu’ils galopaient sur le chemin. En cours de route, son frère tenta de contacter un par un tous ceux qui étaient actuellement au royaume des Ombres, sans que personne ne leur réponde. Ce silence devenait vraiment angoissant. Il contacta ensuite maître Elund et le reste de l’Ordre, pour que le message parte dès maintenant et traverse tout le continent au plus vite. Revenus au village, Bergeau ne descendit pas de sa monture, même si ça pouvait apparaître des plus grossiers ou condescendants, ayant le sentiment qu’il allait s’effondrer au sol comme un vulgaire sac s’il tentait de descendre. Pendant que son frère parlait au chef et aux villageois, le grand chevalier s’allongea à moitié sur sa scène en sentant la brûlure gagner toute la jambe puis courir sur son flanc et dans le creux du ventre, se répandant avec lenteur. La douleur l’accompagnant lui fit grincer des dents. Curtis tendit tout à coup la main pour toucher son bras, l’appelant dans un murmure, sur un ton effrayé, demandant si tout allait bien. Bergeau essaya de lui sourire pour le rassurer mais ce ne fut pas très concluant.

Dempsey – Un messager doit se rendre immédiatement chez votre souverain, ajouta-t-il.

Chef du village – Bien sûr, ce sera fait. En attendant, que pouvons-nous faire ? Participer à cette chasse ? Il y a ici de bons chasseurs et traqueurs, nous avons de quoi nous défendre.

Mauvaise idée. Très mauvaise idée, même. Le chevalier ferma les yeux un instant, entendant en esprit l’appel de Flacon, qui pouvait sentir sa douleur, comme tous les cinq autres chevaliers de la première génération, avec une facilité déconcertante. C’est bon, ça allait sans doute passer et Dempsey l’avait déjà soigné, n’est-ce pas. Ça devait être le contrecoup du choc ou… Autre chose. Les villageois se dispersèrent tout à coup, dans des murmures de mécontentement, certains pressant d’aller rendre compte de tout cela au Roi et lui demander de les autoriser à partir eux aussi en traque. Franchement, non, Bergeau ne doutait pas de leurs capacités à la chasse ou autre, mais ici, on parlait de bébés dragons ! Dont certains allaient sans aucun doute avoir le temps de grandir un peu avant qu’on ne les retrouve et qu’on les abatte. Dempsey revint près d’eux, une fois tout le monde dispersé et rentré chez soit, allant préparer les funérailles de la malheureuse enfant tuée par la bête. Ce ne sera pas la dernière victime s’ils ne parvenaient pas à contenir puis détruire le fléau au plus vite. Il gémit un peu en sentant la brûlure attendre son cœur, la tête lui tournant.

Dempsey – Te sens-tu en état de reprendre la traque, Bergeau ?

Bergeau – Non, avoua-t-il dans un souffle. Je suis… désol…

Le reste de sa phrase s’évanouit en même temps que lui, le noir l’envahissant complètement, alors qu’il chutait, ne sentant même pas son corps rencontrer brutalement le sol alors qu’il sombrait dans l’inconscience.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Petites bêtes à Argent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?
» Dossier Corruption 2:L'ONU et l'argent vole par JC Duvalier
» Haiti en Marche: L'argent de la drogue et les élections!
» La salle de l'argent
» L'argent du Pouvoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Piliers de la Terre :: Territoires Côtiers :: Domaine océanique :: Argent :: Maove-
Sauter vers: