Au cœur des temps anciens, le mal se répand sur terre, il faut se battre ou accepter de disparaître, le danger est partout...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Apprendre à tirer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jasson d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 159
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 26 ans
Situation marital : Amoureux
Ecuyer : Morgan

MessageSujet: Apprendre à tirer   Dim 3 Juil - 19:08

Il y avait eu de l'orage une majeure partie de la nuit et Morgan n'avait apparemment pas réussi à dormir une bonne partie de la nuit. Jasson se pencha pour le secouer par l'épaule avec un petit sourire attendri. Allez, debout ! Il lui avait laissé un peu de temps en plus mais maintenant, il devait se lever pour aller aux bains, puis prendre le petit-déjeuner. Morgan marmonna quelque chose d'intelligible puis consentit enfin à se lever, empêtré dans ses couvertures. Voilà. Jasson le poussa un peu dans le dos pour le faire sortir de la chambre, passant dans le couloir. Il perçut la présence des quelques filles, qui venaient elles de quitter les bains. Son apprenti traîna tout le long du chemin, ne se réveillant enfin un peu plus qu'en entrant dans l'immense bain d'eau chaude. Jasson lui envoya un peu d'eau à la figure pour le taquiner et le réveiller, riant en le voyant protester et s'éloigner. Ses frères d'armes et les nouveaux écuyers arrivaient eux aussi, peu à peu. Santo non plus n'était pas très bien réveillé, appuyé contre une des paroi du bassin, les yeux à moitié fermés. Jasson salua ses frères d'un signe de la main, plongeant entièrement dans l'eau avant d'en sortir, se frottant le visage.

Jasson – Tu as si mal dormi que ça, Santo ? demanda-t-il en le voyant bâiller à s'en décrocher la mâchoire.

Santo – L'orage a été très violent, cette fois, c'est étonnant, la saison des pluies est encore loin. Je vais partir avec Hettrick au village, ce matin, voir s'il y a des personnes qui ont besoin de soins. Tu as déjà quelque chose de prévu, aujourd'hui ?

Jasson – Simplement entraîner Morgan, je ne pars pas chasser avec les autres aujourd'hui.

Il voulait aussi s'exercer lui-même à un autre type d'arme qu'il avait envie de tester. Après le bain, il enfila sa tunique verte habituelle, serrant une ceinture avec un poignard à la taille, avec un pantalon en toile et des bottes souples et solides. Ils rejoignirent les filles pour le petit-déjeuner, certains, comme Santo, mal réveillés à cause de l'orage de cette nuit. Jasson but un peu d'eau et mangea des fruits en écoutant Nogait, qui lui était toujours aussi vif, raconter un rêve bizarre qu'il avait fait avec un très large sourire. Son ancien apprenti était toujours de bonne humeur et croquait sa vie de jeune adulte à belles dents, ça faisait vraiment plaisir à voir. Nogait avait tout juste dix-neuf ans, comme ses camardes de la seconde génération de chevaliers. Jasson les observa un petit moment puis reporta son attention sur le morceau de pain qu'il était en train de couper, planifiant mentalement sa journée. Il pourra profiter du début de l'après-midi pour faire lire Morgan, il y avait des leçons d'histoire qu'il n'avait pas eu le temps de voir avec maître Elund.

Une fois le petit-déjeuner terminé, il sortit dans la cour d'entraînement avec son apprenti, s'échauffant tout d'abord avec lui. Ils se trouvaient dans une période plus calme, Irianeth n'avait plus lancé d'offensive depuis bien des jours, les côtes étaient étroitement surveillés, dans chacun des pays concernés. Chacun d'eux pouvait donc consacrer plus de temps aux jeunes apprentis. Il passa l'heure suivante à monter une nouvelle botte à Morgan, à l'épée, décomposant chacun des mouvements avec précision puis lui faisant refaire plusieurs fois les gestes, d'abord lentement puis un peu plus vite. Morgan pouvait apprendre vite, lorsqu'il le voulait, en revanche, il manquait très clairement d'assurance et de confiance en lui, stressé dès qu'on lui montrait une nouvelle façon de faire. Il fit placer son apprenti devant un des mannequins d'entraînement, en lui demandant de bien décomposer chaque geste et de s'exercer, jusqu'à ce qu'il les maîtrise bien. A force de faire, il verra qu'il était capable de réussir et y mettra du cœur. Le laissant à cela, Jasson s'éloigna vers l'espace des cibles, avec les lances et des arcs. L'arc, une arme que personne n'utilisait, dans l'Ordre. Jasson en prit un, tirant un peu sur la corde pour en tester la solidité.

Dempsey – Tu veux apprendre à tirer avec ça ?

Jasson – Pourquoi pas... Si j'y arrive.

On ne leur avait jamais apprit à tirer à l'arc, sur les champs de bataille, il fallait y aller à l'épée et foncer, personne ne s'était demandé si utiliser un arc pourrait aider ou non. Les écailles des dragons étaient très solides, même pour le fil acéré d'une épée, inutile d'espérer qu'une flèche puisse le traverser. En revanche, tirer un carreau dans l’œil d'un dragon serait suffisant pour le déstabiliser. Il passa le doigt le long du fil, très tendu, pensif.

Jasson – Tu penses qu'un dragon touché à l’œil serait plus facile à abattre ? Si on part du principe qu'ils sont comme le gibier que nous chassons, ils pourraient perdre leur équilibre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Dempsey d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 121
Double-compte : Non
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Fiancé
Ecuyer : Colville

MessageSujet: Re: Apprendre à tirer   Dim 3 Juil - 22:12

Ah là là, cet instant magnifique où vos apprentis vous clouaient sur place avec leur logique enfantine implacable. Heureusement que Dempsey avait eu de l'entraînant, lorsqu'il avait eu Kevin pour apprenti, cela lui permit de se sortir tout en douceur de cette situation délicate et il put pousser son jeune apprenti dans un combat amical à l'épée avec celui de Falcon. Dempsey croisa le regard assez narquois de son frère d'armes, se retenant à très grande-peine de lui tirer la langue comme s'ils étaient toujours enfants. Croisant les bras, il observa plutôt le duel, lançant des conseils à son apprenti sur son jeu de jambes, l'enjoignant de ne pas rester trop près de son adversaire lorsqu'il bataillait. Il y avait peu d'agitation, dans la cour, la majorité des nouveaux adoubés étaient partis pour une chasse au gros gibier, ce matin, avec leurs apprentis. Ils venaient de quitter le château à grands rires, prêt pour une longue matinée de chasse. Lui-même adorait ce genre de sport, mais ce matin, il n'avait guère envie de patauger jusqu'aux genoux dans la gadoue. Il avait tellement plu, cette nuit, que leurs jeunes frères et sœurs allaient revenir dans un bel état. Falcon sourit en entendant cette pensée, lui renvoyant l'image de Kevin et Nogait, tous deux très proches, râler ensemble dans la forêt en essayant de se tirer des mares de boue.

Tout en observant le combat, Dempsey fut rattrapé par d'autres pensées, perdant peu à peu son sourire. Autre chose le tracassait, même s'il n'y avait sûrement pas de quoi. Jasson semblait moins bien ces derniers temps, moins insouciant qu'à son habitude. Enfin, il se comportait comme avant, si, il était toujours souriant et de bonne humeur, toujours vif. Cependant, il y avait aussi un sentiment, en lui, que le jeune chevalier n'arrivait pas à s'expliquer, une sorte de part d'ombre infime mais qui n'avait rien à faire là. Il se faisait sans doute des idées pour rien, c'est vrai... peut-être Jasson était-il simplement agacé étant donné qu'il s'était encore disputé avec Wellan l'autre jour à propos des Elfes. Le sujet était devenu très sensible et tendu entre eux deux. Dempsey chercha leur frère d'armes du regard, le trouvant occupé avec son propre apprenti. Il le sonda, ne décelant chez lui qu'une humeur assez détendue et tranquille. Dempsey fit signe à Falcon qu'il allait voir Jasson, le laissant seul avec les deux apprentis. Il tourna les talons puis alla rejoindre leur jeune frère, prêt d'une table où étaient posés quelques carquois remplis de flèches et des arcs. Jasson en examinait un, tirant un peu sur le fil. Dempsey le rejoignit près de la table, lançant un long regard aux arcs disposés.

Dempsey – Tu veux apprendre à tirer avec ça ?

Jasson – Pourquoi pas... Si j'y arrive.

Les dragons et les hommes-insectes étaient très bien protégés contre les flèches, ce genre d'armes ne pourrait sans doute pas servir sur le champ de bataille. Il fallait être à la fois rapide et habile, pour cette arme, Dempsey savait qu'il ne serait pas très bon tireur. Jasson, lui, pourquoi pas, avec de l'entraînement, il avait d'assez bons réflexes. Dempsey resta silencieux tandis que son frère examinait la corde de l'arc, cherchant comment aborder le sujet et éviter qu'il ne se braque directement. Même s'il n'y avait sans doute aucun problème, le chevalier préférait s'en assurer, afin d'agir dès le début s'il sentait que la situation dérapait. D'autant plus que Jasson pouvait aussi être vif et direct que secret et renfermé, selon la situation.

Jasson – Tu penses qu'un dragon touché à l’œil serait plus facile à abattre ? Si on part du principe qu'ils sont comme le gibier que nous chassons, ils pourraient perdre leur équilibre.

Dempsey – Oh, souffla-t-il, c'est une très bonne idée ! La douleur et l'aveuglement seraient de gros avantages pour les abattre, même si toucher une cible mouvante aussi petite est sans doute plus que délicat.

Le tireur devrait aussi être placé à l'écart, la fenêtre de tir serait minuscule. Mais c'était vraiment une bonne idée, ça valait le coup d'essayer. Dempsey tapota l'épaule de son frère d'arme en l'encourageant à s'y mettre tôt, dans ce cas-là, s'il voulait arriver à ce niveau avec un arc et des flèches. Il souleva une des armes pour l'observer, reposant ensuite l'arc avec les autres. Ce n'était pas une arme familière, pour eux, ils utilisaient principalement leurs épées et la magie, parfois des lances. Dempsey s'appuya contre le rebord de la table, croisant le regard de Falcon, plus loin avec les enfants, qui avait pris part au combat, les apprentis luttant tous deux contre lui. Près de l'enclos, il vit aussi Santo grimper à cheval, suivi par son écuyer, tous deux quittant également le château. C'est vrai qu'il comptait se rendre au village, ce matin, afin de demander si des villageois avaient besoin de soins. Il chercha Chloé du regard, sans la trouver, elle devait être occupée autre part avec son écuyer. Par contre, Wellan était lui aussi à proximité, avec Cameron, dans l'enclos des chevaux, pour des exercices d'équitation. Une journée comme une autre, une journée ordinaire, dans un temps de paix.

Dempsey – Alors, tu t'es habitué à voir ton premier apprenti courir librement ? commença-t-il en cherchant une approche assez douce. Personnellement, j'ai toujours un peu de mal à arrêter de couver Kevin pour m'assurer qu'il finisse bien son assiette.

Jasson – C'est bon, maintenant, je n'avais jamais eu de gros soucis avec Nogait, la transition n'a pas été terrible. Et Morgan n'est pas un enfant terrible non plus.

C'était plutôt Jasson qui avait été ce qu'on appelait un enfant terrible, ce que Dempsey glissa avec un petit rire. Son frère d'armes sourit un peu, sans rien ajouter, prenant l'arc et une flèche. Dempsey perdit aussitôt son propre sourire, ayant la confirmation qu'il y avait vraiment un problème quelque part. D'ordinaire, Jasson aurait dû rebondir là-dessus, il se serait défendu en répliquant que maître Elund était trop susceptible ou autre chose. Restait à savoir ce qui le dérangeait, si c'était grave ou non, s'il pouvait être aidé et pourquoi il n'en parlait pas. Dempsey le regarda tester l'arc et s'exercer avec la position de la flèche, réfléchissant à toute vitesse.

Dempsey – Je suis un peu inquiet en imaginant ce que Irianeth va pouvoir inventer, comme nouveaux plans, continua-t-il. Que penses-tu qu'il puisse arriver, toi ? Tu n'es pas inquiet pour la suite ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jasson d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Membre
Présence :
  • Actif
Messages : 159
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 26 ans
Situation marital : Amoureux
Ecuyer : Morgan

MessageSujet: Re: Apprendre à tirer   Mar 5 Juil - 15:28

Dempsey – Oh, souffla-t-il, c'est une très bonne idée ! La douleur et l'aveuglement seraient de gros avantages pour les abattre, même si toucher une cible mouvante aussi petite est sans doute plus que délicat.

C’était certain, il faudra beaucoup de temps avant d’être capable d’atteindre une cible aussi petite et en mouvement. Jasson sourit faiblement lorsque son frère lui tapota l’épaule en lui lançant qu’il avait tout intérêt à s’y mettre tôt et travailler dur. Il se remémora les gestes qu’on leur avait déjà détaillés, sans la pratique par -derrière, il y a déjà longtemps, la façon de se placer, tendre les bras, placer les coudes. C’était rendu bien loin, il faudra qu’il demande à nouveau aux gardes de lui montrer l’exacte façon dont il fallait s’y prendre. Il y avait aussi d’autres personnes qui pourraient l’aider… Le jeune homme cligna légèrement des yeux, chassant les idées noires et la tristesse, ce n’était pas le moment de se laisser aller. Il ne voulait qu’on s’inquiète pour rien à cause de lui. Tendant la corde et cherchant à se souvenir des bons gestes, Jasson tourna la tête vers son écuyer, l’observant s’entraîner aux différents mouvements. C’est parfait, il commença à prendre le coup de main. Jasson le fera aussi s’entraîner toute à l’heure dans un combat plus long, puis ils auront le temps de faire une leçon d’équitation avant d’aller déjeuner. L’après-midi sera un peu plus calme, aujourd’hui.

Dempsey – Alors, tu t'es habitué à voir ton premier apprenti courir librement ? commença-t-il en cherchant une approche assez douce. Personnellement, j'ai toujours un peu de mal à arrêter de couver Kevin pour m'assurer qu'il finisse bien son assiette.

Jasson – C'est bon, maintenant, je n'avais jamais eu de gros soucis avec Nogait, la transition n'a pas été terrible. Et Morgan n'est pas un enfant terrible non plus.

Dempsey l’accusa avec un petit rire d’être lui-même un enfant terrible, ou plutôt de l’avoir été. Hum, ce n’était pas exactement faux. Jasson sourit à nouveau, doucement, plaçant ensuite la flèche avec plus ou moins de mal, silencieux. Il ne se souvenait pas très bien… Quelques gestes finirent par lui revenir, rien de très notable cependant. Se mordillant les lèvres, il se remémora également la façon dont quelques Elfes avaient tiré devant lui, lors de sa dernière mission, il es avait beaucoup observé, avec Morgan. Son apprenti avait d’ailleurs été favorablement impressionné par leur dextérité, ce peuple était bien plus à l’aise avec genre d’armes qu’avec les épées, sans doute grâce à leurs réflexes. Le jeune homme jeta un regard aux cibles plus loin, doutant de pouvoir les touchers lors de ses premiers essais. Il aimait beaucoup les défis et brûlait d’envie de s’y mettre, de travailler afin de progresser. Si on imaginait que ces cibles étaient des dragons ou des guerriers-insectes, ce devrait motiver à les toucher. Il passa le doigt sur les plumes légères de la hampe de la flèche, la plaçant ensuite avec soin. Il répétait ce qu’il avait observé pour la position de l’arc et du carreau, assez hésitant.

Dempsey – Je suis un peu inquiet en imaginant ce que Irianeth va pouvoir inventer, comme nouveaux plans, continua-t-il. Que penses-tu qu'il puisse arriver, toi ? Tu n'es pas inquiet pour la suite ?

Jasson – Hum, marmonna-t-il, à moitié perdu dans ses pensées. Inquiet, non, pas vraiment, je pense qu’on pourra s’en sortir si on continue de se préparer et de nous tenir sur nos gardes.

Il décocha une première flèche, qui partit de travers et se cogna dans le mur, ricochant et retombant au sol. Bon, au moins, il avait pu tirer sur plus de deux mètres, c’était un premier pas. Mais ils ‘était fait mal à la main au passage, la pointe du carreau lui avait griffé une bonne partie de la peau. Il porta sa main à sa bouche, voyant un peu de sang couler. Premier essai, ça ne pouvait que finir ainsi. Dempsey lui attrapa tout à coup le poignet puis lui enveloppa la main de cette lumière blanche jaillissant lorsqu’ils utilisaient leurs pouvoir de guérison. Jasson le remercia, reposant l’arc sur la table. Il avait besoin que quelqu’un lui montre à nouveau comment s’y prendre et l’entraîne. Faisant un signe à Dempsey, il repartit rejoindre son apprenti, vérifiant comment il se débrouillait. Il continua de l’entraîner toute la matinée, tout comme ses frères d’armes. Santo était revenu avec son apprenti, Chloé était également arrivée dans la cour avec la sienne. Il lui jeta un regard de loin, son regard se voilant de tristesse en se souvenant qu’elle devra bientôt partir pour le royaume des Elfes. Enfin. Morgan avait repris ses attaques contre le mannequin, ayant encore du mal à soulever sa petite épée. Jasson l’observait d’un peu plus loin, perdu dans ses pensées, n’en sortant que Chloé arriva à son tour, demandant s’il allait bien.

Jasson – Pourquoi ça n’irait pas ? répondit-il en lui rendant son regard.

Chloé – Parce que je ressens de la tristesse chez toi, ça m'a frappée dès que je suis arrivée. Tu sais que tu peux nous le dire si quelque chose ne va pas, n'est-ce pas ?

En principe, oui. Le jeune homme hocha la tête, répondant simplement qu’il le savait. Il devrait faire attention à mieux contrôler ses émotions, il n’avait vraiment pas envie qu’on vienne sans cesse lui poser cette question. Il se força donc à sourire, assurant à Cloé que tout allait bien, étant donné qu’elle n’avait pas l’air plus convaincu que ça. Il était juste un peu mélancolique, ce matin, ça allait lui passer. Le problème en pouvait être résolu, il devait donc l’oublier et le cacher au plus profond de son cœur. Cette pensée fit jaillir un élan de colère, qu’il étouffa aussi, prenant une longue inspiration.

Jasson – On a tous des jours où se sent plus fatigué, voilà tout, ça passera.

Chloé – Jasson, tu sais que tu n'as pas à nous cacher ce qui ne va pas, rassure-moi ? Tu passes de la tristesse à la colère en quelques secondes, ce n'est pas simplement de la fatigue... Qu'as-tu ? Je peux t'aider, je suis là pour toi. On est tous là pour toi, s'il le faut.

Elle lui avait posé une main sur l’épaule, juste avant qu’il n’esquisse un geste pour s’éloigner. Il croisa son regard très bleu, se mordillant les lèvres, puis ravala ce qu’il aurait pu lui dire. Ce n’était pas la peine d’en faire toute une histoire et il n’existait aucune solution. Ils en pouvaient pas aider, ni eux ni personne, étant donné que le problème venait du fait qu’il était humain et ne pouvait changer cela. Il y avait aussi Wellan qui n’acceptera jamais la situation. Jasson avait camouflé ses pensées, cachant ainsi le doux visage d’Aveleen. S’il parvenait à ne plus penser à elle et qu’elle faisait de même, ils parviendront peut-être à s’oublier. Cela n’aura été qu’une sorte de parenthèse, une amitié qui ne pouvait aller plus loin et qu’il fallait donc enterrer pour ne pas souffrir. Tout à cause de lois stupides et injustes, des lois qui séparaient deux espèces alors qu’ils avaient sans doute plus de points communs que chacune ne voulait bien l’avouer. Des lois dont il ne comprenait pas l’intérêt et qui lui donnaient un goût amer dans la bouche.

Chloé – Dis-moi ce qui ne va pas... Même si je ne peux pas t'aider dans l'immédiat, en parler te libérera. Et je t'aiderai à trouver une solution, quelque chose pour apaiser ta tristesse. Que se passe-t-il ?

Jasson – Merci, mais tu ne peux rien faire, ni toi ni personne, répliqua-t-il d’un ton plus raide qu’il ne l’aurait voulu en lui enlevant sa main de l’épaule.

Il s’écarta d’elle en réprimant un soupir. Chloé ne le poursuivit pas, heureusement. Jasson trembla un peu et se frotta le visage, s’obligeant à se reprendre. C’est bon, ce n’était rien… Il s’en voulait d’avoir renvoyé balader Chloé, il faudra qu’il aille s’excuser un peu plus tard. Il continua à s’occuper de Morgan jusqu’à l’heure du déjeuner, où ils se retrouvèrent tous. Les jeunes adoubés étaient revenus de la chasse couverts de boue mais riant et très détendus. Ils avaient filé se changer puis étaient venus déjeuner, racontant leu matinée avec entrain. Jasson mangea assez peu, n’aimant pas du tout le regard que les six autres lui lançaient. Qu’est-ce qu’il avait fait, encore ? Il n’avait rien dit, fait aucune blague ni aucune remarque, il se tenait très tranquille. Après le déjeuner, il alla avec Morgan dans la bibliothèque, lui donnant les livres dont il aurait avoir besoin pour lire et étudier. C’est en passant dans une autre pièce de la bibliothèque pour chercher un livre sr les arcs qu’il sentit la présence de ses frères et de Chloé, sans leurs apprentis. Jasson ferma un instant les yeux, stoppant son geste en prenant le livre, leur tournant le dos. Il se retourna enfin, sentant le traquenard à plein nez.

Jasson – Il ne faut pas vous en faire à cause de moi, soupira-t-il. Il n’y a rien de grave. Et on a tous mieux à faire que ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Wellan d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Administrateur
Présence :
  • Actif
Messages : 286
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Amoureux
Ecuyer : Cameron

MessageSujet: Re: Apprendre à tirer   Mar 5 Juil - 20:22

Wellan lança d'une voix forte à son apprenti de ralentir et de serrer un peu plus les jambes pour diriger sa monture, les rênes seuls n'étaient pas suffisant, tout le corps devait être manié en équitation. Il lui fit signe de faire un tour de l'enclos au petit trot, debout contre la barrière en bois. Ce nouvel écuyer différait tant de Bridgess que le chef des chevaliers en était assez troublé. Maître Elund avait, cette fois, attribué des enfants qui ne leur ressemblaient pas du tout, ils devaient apprendre la patience et savoir se débrouiller d'une autre façon. Wellan fronça un peu les sourcils, corrigeant le maintien de Cameron lorsqu'il revint à sa hauteur. Ce sera à force de pratique qu'il se sentira à l'aise à cheval, il devait continuer et ne pas se laisser décourager. Les bras croisés, le chef de l'Ordre fut quelques pas pour continuer à suivre son jeune élève, attentif. Il devra continuer également cet après-midi, puis s'occupera de son cheval. Tisser un lien avec leurs montures était très important, car ainsi, ils pouvaient plus facilement les monter et les contrôler au milieu d'un champ de bataille, gérer le stress et la peur. Doucement, Cameron, les chevaux pouvaient sentir votre nervosité.

Il allait reprendre sur un petit galop lorsqu'il perçut l'inquiétude soudaine de Chloé, tournant la tête vers elle. Elle filait vers son mari, le cœur soudain lourd et l'air grave. Il y avait eu un problème ? Il l'appela mentalement puis l'interrogea du regard, tout en faisant signe à Cameron de continuer et de ne pas s'occuper de ça. Il rejoignit son frère et sa sœur, demandant à Chloé pourquoi elle s'était mise dans un tel état, tout à coup, ce qui lui arrivait. La jeune femme n'était pas du genre à s'angoisser pour rien, d'ordinaire, si elle avait réagi ainsi, c'est qu'une chose l'avait vraiment touchée. Il la sonda avec rapidité, ressentant son angoisse et ses questionnements. Son inquiétude pour Jasson. C'était lui qui avait un problème ? Wellan tourna le regard pour l'observer, l'avisant plus loin avec son écuyer, près des mannequins d'entraînement, le sondant à son tour. Leur frère était plongé dans une certaine confusion, mêlée de tristesse et de colère, dissimulant ses pensées. Que se passait-il... Chloé regarda autour d'elle, Santo les rejoignant au même moment, alerté par leur soudain rassemblement et leurs visages inquiets.

– Jasson n'est pas bien du tout. Il a eu une soudaine vague de tristesse puis de colère en me voyant. Et il m'a renvoyé balader quand j'ai insisté... Je m'inquiète.

Renvoyer balader quelqu'un, lui ? Santo aussi avait fortement sourcillé en entendant cela, marmonnant que c'était difficilement possible. Il demanda plus de détails à Chloé, l’entièreté de leur courte conversation, afin d'y voir plus clair dans cette histoire. Très bien, s'il était mal et refusait de parler... Wellan se frotta un peu les yeux et leur demanda de prévenir Bergeau et Falcon, ils allaient essayer tous ensemble après le repas. Si Jasson avait un problème, quel qu'il soit, il devait leur en parler et le savait parfaitement. Ils ne firent rien de particulier jusqu'au déjeuner, indiquant simplement à leurs apprentis respectifs qu'ils avaient quartier libre pour l'après-midi. Durant le repas, leurs jeunes compagnons racontèrent assez vivement leur partie de chasse, la boue n'ayant visiblement pas gâché leur plaisir. Wellan ne participait que peu à la conversation, couvant Jasson du regard. Que pouvait-il bien leur cacher... Wellan s'était demandé à plusieurs reprises sir leur frère allait bien, cependant, comme il se comportait de façon parfaitement habituelle, il ne lui avait jamais rien dit.

Une fois le repas terminé, chacun s'égaya pour les activités de l'après-midi. Wellan rassembla Dempsey, Bergeau, Chloé, Falcon et Santo, partant avec eux vers la bibliothèque du château, où Jasson était parti avec son apprenti. Grimpant les escaliers, Wellan sonda les lieux pour repérer où était exactement Jasson, le dénichant dans l'aile Est de la grande bibliothèque. Il s'y rendit avec les autres, soulagé qu'il n'y ait personne d'autre à cette heure. Ils trouvèrent Jasson dans la section des armes et armures, en train de choisir un livre. Il s'arrêta net lorsqu'ils arrivèrent à leur tour, se retournant avec lenteur. Il devait bien se douter du pourquoi ils étaient venus, n'est-ce pas ? Wellan était exaspéré qu'il garde ce qui n'allait pas pour lui. Il était leur frère, avoir un minimum de confiance serait vraiment trop demandé ? Ce n'est pas comme s'ils avaient été élevés tous ensemble et qu'ils partageaient tout depuis leur petite enfance, après tout. Mais non, monsieur pensait que ses problèmes ne regardaient personne.

– Il ne faut pas vous en faire à cause de moi, soupira-t-il. Il n’y a rien de grave. Et on a tous mieux à faire que ça.

– Comment veux-tu qu'on le sache, qu'il n'y a rien de grave ? s'énerva Wellan en levant les yeux au ciel. As-tu oublié, donc, que tu peux nous parler de tout ? Ou penses-tu être obligé de te rendre malade tout seul dans ton coin ?! Tu as besoin qu'on te rappelle le Code de l'Ordre, que tu t'es engagé à suivre ta vie durant ?! "Chasse le mensonge de ta vie à jamais", ça te dit quelque chose ?

Il lui rappela sèchement de le regarder dans les yeux lorsqu'il s'adressait à lui. Jasson s'était un peu mordu les lèvres et avait pâli, appuyé contre la bibliothèque derrière lui. Bergeau marmonna quelque chose d’inintelligible derrière lui, que Wellan ne fit pas répéter. Il redemanda à Jasson ce qui le travaillait et pourquoi il refusait de leur en parler, alors qu'il était leur frère et pouvait tout leur dire. Jasson eut une grimace peu convaincue pour toute réponse, les bras croisés et bloquant ses pensées. Donc il rejetait toute aide, pour de bon. Absolument brillant, que pouvait-on demander de plus ? Il n'avait quand même pas pu vraiment oublier qu'il pouvait compter sur eux tous !

– Tu me déçois, Jasson, je ne pensais pas que tu puisses avoir si peu confiance en nous, en réalité...

– Ce n'est pas une question de confiance ! lança-t-il en les regardant, apparemment piqué au vif. Je vous fais confiance, mais là, c'est... Vous ne pouvez rien faire du tout.

Comment le savait-il, cela aussi ? Quel problème était si délicat que personne ne puisse avoir la moindre solution ? Cela n'existait pas, même lors de la situation la plus compliquée et difficile qui soit au monde, il existait une ou plusieurs solutions à appliquer, toujours, quoi qu'il arrive. Une solution qui pouvait parfois prendre longtemps à mettre en place, soit, mais qui existait. Il allait reprendre lorsque Chloé s'avança à son tour, interrompant son geste. Bien, qu'elle essaye, elle aussi, elle était plus diplomate que lui et arrivera peut-être à faire parler Jasson. Elle adopta un ton très doux, approchant de celui qu'elle utilisait lors de longs débats pour trancher un sujet délicat.

– Mais parler pourrait t'aider, te libérer, comme je te l'ai dit ce matin... Ce qui te préoccupe te déconcentre, tu ne peux pas le nier. On ne te veut aucun mal, au contraire. Même si on ne peut rien faire, t'épauler peut t'être plus que bénéfique.

– Je ne suis pas certain que vous voudrez vraiment m'épauler, pour cette fois... Tu vas hurler, Wellan, si je te parle.

Hurler ? Pourquoi ? Il haussa les sourcils, perplexe à présent, complètement perdu, d'autant plus lorsque Jasson laissa transparaître la colère qui l'agitait, ainsi qu'un profond sentiment d'injustice. Que s'était-il passé ? Il ne pouvait pas deviner, cette fois, ne voyant pourtant rien qui ait pu arriver à leur frère ces derniers mois. Pas de choc ou de traumatisme, personne en l'avait menacé, il était solide sur le champ de bataille, donc que se passait-il ? Il n'était pas le seul à rester perplexe, tout le monde semblait assez perdu, à présent. Chloé avait grimacé, Bergeau s'était gratté la tête, Falcon et Dempsey échangeaient des regards troublés. Seul Santo ne disait rien, fixant à présent intensément leur frère du regard, la bouche entrouverte. Wellan n'y prêta pas attention, bien trop occupé à essayer de comprendre ce que Jasson voulait dire. Il n'allait pas hurler contre son frère alors qu'il avait un souci ! Wellan était colérique mais il n'était pas un monstre.

– Tu ne peux pas garder cela pour toi pour autant... Il faut que tu parles à quelqu'un. A qui accepterais-tu de te confier, si tu as peur à ce point ?

– Mon âme-sœur est une Elfe, avoua-t-il tout à coup.

Wellan eut le brusque sentiment d'avoir reçu un coup dans les poumons, lui arrachant toute l'air dont il disposait pour respirer. Il ouvrit la bouche pour répondre, puis la referma, sentant qu'il ne pourrait en échapper qu'un cri. On se calme, on ne hurle pas, on se détend, on analyse la situation, on vérifie que ce n'est pas une grosse mauvaise blague, on respire doucement. Il eut une sorte de grimace bizarre, croisant les bras en se contenant avec effort surhumain. Seul Santo n'avait pas grimacé ou été choqué, ayant juste fermé les yeux un court instant avec un air résigné. Il avait bien dû deviner avant.

– Il ne peut pas y avoir de couple entre un Elfe et un Humain, siffla-t-il.

Leur frère répondit simplement "Je sais" d'une voix brisée, commençant à pleurer doucement, en se mordant les lèvres. Bergeau les repoussa tous aussitôt du chemin et fila pour serrer Jasson contre lui, sans rien dire. Il aimait une Elfe, une Elfe, bon sang ! Une Elfe, son âme-sœur... C'était complètement impossible, une Elfe ne pouvait tout de même pas être la personne que les Dieux avaient créé pour lui ! Il secoua la tête, complètement effarée. Dempsey, lui, s'était rapprochée de Chloé pour la serrer par l'épaule, comme la culpabilité avait grimpé en flèche, chez elle. Le silence était retombé, on n'entendait que Jasson pleurer doucement pendant que Bergeau le réconfortait. Un problème sans solution... Très bien, Wellan revoyait son jugement, cela existait bel et bien.

– Une Elfe, marmonna-t-il. Mais c'est interdit...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bergeau d’Émeraude
Chevalier
avatar

Fonction :
  • Modérateur
Présence :
  • Actif
Messages : 199
Double-compte : Aucun
Âge in-RP : 27 ans
Situation marital : Célibataire
Ecuyer : Curtis

MessageSujet: Re: Apprendre à tirer   Mar 12 Juil - 11:39

Ils trouvèrent leur frère dans la bibliothèque, occupé à choisir des livres, leur tournant le dos lorsqu'ils entrèrent. Bergeau sonda ce qu'il ressentait avec attention, s'en voulant lui-même de ne pas avoir compris avant qu'il allait si mal. Ils étaient amis, aussi proches que des frères, il aurait dû le réaliser bien plus tôt. Cependant, Bergeau avait beau accomplir bien des efforts d'imagination, il ne trouvait toujours rien qui puisse rendre Jasson malheureux à ce point. D'ordinaire, il était toujours celui qui souriait face à toutes les situations et qui réconfortaient les autres, tout comme Bergeau, donc qu'est-ce qui pourrait bien le tracasser ainsi ? Ce ne pouvait pas être une maladie, Santo l'aurait décelé et aidé aussitôt. Il se retourna vers eux, le regard plus sombre qu'il ne l'avait d'habitude. C'est vrai, comme ça, ça faisait un peu traquenard. Enfin, un peu... S'en était un, très clairement. Il le fallait bien s'il refusait obstinément de se confier à eux, ils étaient là pour l'aider, même juste le soutenir s'il n'existait pas de solution. Enfin, en résumé, ils pouvaient l'écouter sans qu'il n'ait peur de quoi que ce soit ! Il le savait bien, pas vrai ? S'il avait oublié un point aussi important, Bergeau allait lui taper sur le crâne pour lui remettre les idées en place.

Jasson – Il ne faut pas vous en faire à cause de moi, soupira-t-il. Il n’y a rien de grave. Et on a tous mieux à faire que ça.

Wellan – Comment veux-tu qu'on le sache, qu'il n'y a rien de grave ? s'énerva Wellan en levant les yeux au ciel. As-tu oublié, donc, que tu peux nous parler de tout ? Ou penses-tu être obligé de te rendre malade tout seul dans ton coin ?! Tu as besoin qu'on te rappelle le Code de l'Ordre, que tu t'es engagé à suivre ta vie durant ?! "Chasse le mensonge de ta vie à jamais", ça te dit quelque chose ?

Eh, Wellan, on avait dit "doucement", à la base ! Ce n'est pas en braquant Jasson dès le début qu'ils allaient parvenir à quoi que ce soit de positif ! Agacement qui n'atteignit absolument pas leur frère car il rappela ensuite à Jasson de le regarder dans les yeux lorsqu'il lui parlait, d'un ton sec à souhait. Bergeau marmonna qu'il était incapable de parler sans s'énerver, en ce moment, ce que leur chef ne releva pas. Avait-il seulement entendu ? Oh, peu importe après tout. Sur le fond, il avait entièrement raison, en revanche, il y avait une autre manière de le dire. L'immense chevalier soupira lorsque Wellan redemanda à Jasson ce qui le travaillait et pourquoi il ne leur en parlait pas. Bizarrement, ça avait l'air plutôt mal parti, comme affaire... Si Wellan était affreusement borné, Jasson pouvait l'être tout autant, on allait tomber dans un dialogue de sourds, à ce rythme. L'un bloquait ses pensées et l'autre s'énervait, au bout de deux minutes de conversation, autant dire que c'était quasiment raté. Cette entrée en matière brillante aura donné de magnifiques résultats tout à fait positif, que chacun, dorénavant, retienne cette méthode exceptionnelle pour faire parler les gens.

Wellan – Tu me déçois, Jasson, je ne pensais pas que tu puisses avoir si peu confiance en nous, en réalité...

Jasson – Ce n'est pas une question de confiance ! lança-t-il en les regardant, apparemment piqué au vif. Je vous fais confiance, mais là, c'est... Vous ne pouvez rien faire du tout.

Comment cela, rien faire ? Rien faire ! Ils pouvaient au moins lui remonter le moral ! Chloé s'avança à son tour, chacun allait sans doute essayer à tour de rôle. Pour le moment, le grand chevalier ne savait pas trop comment s'y prendre, c'était bien la première fois qu'il voyait son frère si triste et surtout, la première fois de sa vie toute entière qu'il voyait s'isoler ainsi d'eux. Aucun d'eux n'agissait jamais de cette façon, ils étaient tous trop liés pour se repousser mutuellement et pouvaient, de toute façon, sentir si l'un ou l'autre allait moins bien ou avait un problème. Les autres aussi affichaient le même air que lui, sauf Santo, qui lui était tout à coup plus tendu et concentré, dévisageant Jasson. Il avait deviné quelque chose ? Bergeau s'aventura dans ses pensées et vit plusieurs idées filer très vite, passant d'un bord à l'autre, mais tournant autour d'un même sujet. Ce serait une question d'amour ? Allons ! C'était stupide, si leur frère aimait une jeune demoiselle, il ne serait pas en train de pleurer dans son coin, il irait aussitôt lui déclamer des poèmes pour la conquérir, ce n'était pas quelqu'un de timide. Pas vrai ? Non, imaginer Jasson timide, c'était la stupidité même, comme imaginer que Santo fermerait les yeux dès qu'il verrait une personne blessée ou malade.

Chloé – Mais parler pourrait t'aider, te libérer, comme je te l'ai dit ce matin... Ce qui te préoccupe te déconcentre, tu ne peux pas le nier. On ne te veut aucun mal, au contraire. Même si on ne peut rien faire, t'épauler peut t'être plus que bénéfique.

Jasson – Je ne suis pas certain que vous voudrez vraiment m'épauler, pour cette fois... Tu vas hurler, Wellan, si je te parle.

Heu... Hein ? Cette fois, Bergeau était complètement perdu. Wellan ne hurlerait pas pour une histoire d'amour ! Même si la femme en question avait un mauvais caractère ou détestait la magie, ou n'importe quoi d'autre, enfin ! Il se gratta un peu la tête, aussi perdu que les autres, à présent. Santo avait dû se tromper, ça ne pouvait pas être une histoire de femme, ça ne correspondait absolument pas. Il devait y avoir tout autre chose, un problème sur le... la... Il... Il n'en savait rien ! En tout cas, il devenait de plus en plus urgent de trouver, leur frère allait vraiment mal et plus ils arrivaient, péniblement, à évoquer le problème, plus Bergeau imaginait le pire. Peut-être qu'on le menaçait, même ? Il était tombé sur un de leurs ennemis et on lui faisait du chantage ? Enfin, ça ne pouvait quand même pas être ça ! Et ce n'est pas non plus un motif pour faire hurler Wellan... Non, là vraiment, il ne parvenait pas à comprendre.

Chloé – Tu ne peux pas garder cela pour toi pour autant... Il faut que tu parles à quelqu'un. A qui accepterais-tu de te confier, si tu as peur à ce point ?

Jasson – Mon âme-sœur est une Elfe, avoua-t-il tout à coup.

Quoi ?! Bergeau en resta bouche bée, fixant tout d'abord son meilleur ami en croyant à une blague puis comprit à son air qu'il était extrêmement sérieux. Une Elfe... Il était tombé amoureux d'une Elfe ? C'était ça qui le tracassait et pour ça qu'il avait peur que Wellan ne hurle ? Bon, pour la réaction de Wellan, il avait parfaitement de quoi s'en faire, c'est vrai, il détestait les Elfes depuis le massacre de Shola et la mort de sa reine, n'acceptant que difficilement ceux de ce peuple qui étaient actuellement au château. Quant au reste... Oui, c'est vrai que ce n'était pas autorisé... Les deux peuples avaient des contacts plus ou moins fréquents, ne se faisaient pas la guerre, travaillaient parfois ensemble, un peu plus depuis le début de cette nouvelle guerre, cela dit, chacun en restait là. Les unions entre les deux races étaient parfaitement interdites et Bergeau ne pensait même pas qu'il y avait, en ce moment même, des enfants métis, hybrides, nés de l'union entre un Elfe et un Humain. Le Roi Hamill ne tolérait que quelques humains, dont faisait d'ailleurs parti Jasson, et refusait toute approche plus poussée. De leur côté, les lois de tous les royaumes humains réprouvaient l'union avec les Elfes. Cela ne se faisait pas, point finale, on épousait une femme de son espèce et on allait pas voir ailleurs. Mais si cette femme était son âme-sœur ... ? Ils allaient en être déchirés tous les deux.

Wellan – Il ne peut pas y avoir de couple entre un Elfe et un Humain, siffla-t-il.

Tout le monde sait cela, pas la peine d'appuyer un peu plus ! Jasson murmura "Je sais" puis fondit tout à coup en larmes. Ah bah bravo, merci ! Bergeau les repoussa tous de son chemin et alla directement prendre son frère dans ses bras pour le réconforter, le serrant contre lui avec force. Il ne disait strictement rien, il n'y avait rien à dire de toute manière, c'était ainsi. Leur frère avait toujours été celui d'entre eux qui comprenait mieux le peuple Elfique, mais de là à penser que son âme-sœur serait une Elfe... L'âme-sœur, la personne créée uniquement pour vous, la personne représentant la seconde moitié de votre âme, celle que vous aimiez profondément tout au long de votre vie. Une seule et unique personne qui vous était destinée, votre moitié, celle qui venait vous compléter. Voilà ce que les Dieux créaient, et ceci était troublé par des lois propres aux différents peuples. C'était horrible à se dire.

Wellan – Une Elfe, marmonna-t-il. Mais c'est interdit...

Bergeau – On sait que c'est interdit, soupira Bergeau, pas la peine d'appuyer là-dessus. Viens, Jasson, t'as besoin de boire un truc chaud.

Il passa son bras autour de ses épaules et l'entraîna avec lui sans lui laisser le temps de protester. Son écuyer était plongé dans ses études, il pourra bien se passer de son maître une heure ou deux. Il ressortit de la bibliothèque en tenant bien son ami, l'emmenant aux cuisines, presque vides à cette heure. Le poussant à s'asseoir au bout d'une des tables, Bergeau lui fit rapidement chauffer un peu de thé, posant le gobelet devant lui. Allez, qu'il se remettre, ils finiront bien par trouver une solution...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Apprendre à tirer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» apprendre les noeuds de cordes
» Martelly doit tirer leçon de la réalité politique
» S'entrainer et apprendre [PV Aldan Navalan]
» une école pour apprendre la politesse...
» Apprendre l'elfe et le latin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Piliers de la Terre :: Territoires du Centre :: Royaume d’Émeraude :: Domaine Royal d’Émeraude :: Aile des Chevaliers :: Parties d'Entraînement :: Cour centrale-
Sauter vers: